Toyota, TS030, N.8
La Toyota TS030 N.8 | JEAN FRANCOIS MONIER / AFP

Audi sous la pression de Toyota

Publié le , modifié le

Après onze heures de course, le suspense demeure aux 24 Heures du Mans. Au cœur de la nuit mancelle, l’Audi N.2 occupe toujours la tête devant deux Toyota. La belle histoire continue pour le Oak Racing. Ses deux Morgan-Nissan sont au commandement du LMP2.

Depuis le problème d’alternateur qui a coûté onze tours et la victoire à la R18 N.1 de Fässler-Lotterer-Tréluyer et les ennuis sur la N.3 (crevaison et problème électrique), il n’y a plus qu’une seule Audi face à deux TS030 Hybrid. La N.2 tient bien les rênes en assurant un tempo suffisant pour éviter tout retour des Japonaises. Mais Kristensen, McNish et Duval n’ont aucun droit à l’erreur alors que la fatigue commence à se faire sentir. Avec un tour d’avance, la menace n’est pas immédiate. Mais elle est réelle. L’Audi N.3 peut toutefois revenir dans le coup puisqu’elle talonne déjà les Toyota.

Le Oak Racing espère lui que la nuit ne va pas mettre fin à ses rêves de victoire comme les années précédentes. A 2h00, soit une heure avant la mi-course, deux Morgan-Nissan étaient en tête de la catégorie LMP2. La N.35 et la N.24 roulent presque de concert en alignant les tours sans accroc. La Zytek de Jota Sport n’a pas abdiqué et est dans le même tout que les protos de Jacques Nicolet.

Le premier événement de la nuit, c’est le relais de Patrick Dempsey. Sous une nuée de photographe, le comédien-pilote a remplacé Patrick Long au volant de la Porsche N.77. Dempsey est habitué aux crépitements des flashes. Pas son compatriote qui a eu beaucoup de mal à se frayer un chemin pour rejoindre son stand. L’équipe Dempsey Del Piero – Proton  a très vite fait le ménage sur la pit-lane. En piste, Dempsey a réalisé son meilleur tour au Mans cette semaine mais la Porsche N.77 a perdu quelques places, notamment à cause d’un tête-à-queue suite à une touchette avec un prototype. C’est le métier qui rentre…