Audi marque son territoire

Audi marque son territoire

Publié le , modifié le

A quelques jours du coup d’envoi de la nouvelle saison du championnat du monde d’endurance (WEC), Audi a dévoilé les couleurs de sa R18 e-tron quattro en roulant dans les rues du Mans.

Audi cultive son jardin. Au moment où l’ancien maître des lieux, Porsche, refait surface tel le fantôme des 24 Heures dans Michel Vaillant, il n’est pas question de partager, ne serait-ce qu’un mètre carré de bitume. A deux mois et demi des 24 Heures du Mans (14-15 juin), la R18 est venue marquer son territoire le temps d’une balade entre la Place des Jacobins, future lieu des vérifications techniques et administratives dans le centre-ville, et le circuit. Une route inhabituelle pour dévoiler sa nouvelle livrée et conquérir les faveurs du public. Car si Audi se rapproche d’année en année du palmarès de son cousin germain (12 victoires pour Audi et 16 pour Porsche, ndlr), le prestige de Porsche reste incomparable, notamment dans la Sarthe. « On est à la maison ici. Comme l’a dit Tom, on est les premiers à venir cette année. Ce sera une course difficile mais au niveau marketing, c’est important d’avoir une bonne visibilité. Donc on essaye de faire des choses intéressantes », glisse Loïc Duval, vainqueur des 24 Heures en 2013 avec Tom Kristensen et Allan McNish.

Au dessus de la vitesse autorisée...

A voir les flashes crépiter et les demandes d’autographe, le succès était au rendez-vous de ce « warm-up ». Au volant, Monsieur Le Mans Tom Kristensen a fait des jaloux. « Traverser la Ville du Mans en convoi, c’était sympa. C’est sûr que la RS7 est une très bonne voiture j’aurais préféré être dans la R18, avoue Benoît Tréluyer, double vainqueur au Mans. On va essayer de gagner à nouveau pour refaire ça dans le futur. » Sous escorte policière et légèrement au dessus de la vitesse autorisée (la R18 ne peut pas rouler sous les 60 km/h, ndlr), le Danois a effectué une petite dizaine de kilomètre dans le trafic avant de rejoindre la piste du Bugatti pour un tour plus rapide. Côté nouveauté, la R18 e-tron quattro s’est dévoilée dans sa nouvelle robe blanche, grise et noire avant de participer aux essais d’avant saison sur le Paul Ricard en fin de semaine.

De toutes les couleurs

Une déco qui a du sens pour le design de chez Audi. « Les couleurs sont symboliques, explique Dirk van Braeckel, responsable des projets spéciaux de la firme aux anneaux. Le gris souligne le succès passé de la course. Cette couleur étant très calme, elle constitue la base de notre livrée. En tant que deuxième couleur, le blanc s’harmonise bien avec le gris et apparaît plus légèrement. C’est synonyme d’hybride. Le blanc est utilisé de manière asymétrique afin de symboliser la complexité de cette technologie du groupe motopropulseur. » Le noir se situe lui à l’arrière de la R18 et sur les ailes. « Nous avons opté pour le noir mat, comme un contraste avec le blanc brillant. Le noir est synonyme de légèreté. Sa présence sur le capot moteur est destinée à représenter quelque chose qui fait penser à une épine dorsale. » Selon van Braeckel, c’est surtout la nuit que la voiture « flashera ». Et pas seulement grâce à lumière laser. « La livrée est particulièrement impressionnante de nuit et procurera un sentiment particulier aux spectateurs, raconte van Braeckel. En raison de son orientation longitudinale, les graphiques expriment la vitesse, qui est si présente au Mans. Même les jantes ont du rouge. Avec la rotation de la roue, cela donne un effet très dynamique. » Dans les rues du Mans, les fans ont eu la chance de voir le prototype à allure réduite. Depuis 15 ans, ce n’est pas si courant.

Xavier Richard @littletwitman