Arrivée 24 H 2013
Audi triomphe encore au Mans | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Audi imbattable aux 24 Heures du Mans

Publié le , modifié le

90 ans après sa première édition, les 24 Heures du Mans n’en finissent plus de surprendre. L’édition 2013 restera gravée dans l’histoire. Par le décès du Danois Allan Simonsen, victime d’un accident samedi sur une Aston Martin. Par les conditions très difficiles durant deux tours d’horloge. Par les plus de cinq heures de neutralisation. Et par le sans faute de l’Audi N.2 de Kristensen – Duval – McNish qui a remporté l’épreuve moins d’un tour devant la Toyota N.8.

De ses neuf succès au Mans, Tom Kristensen aura une pensée particulière pour celui de 2013. Le Danois a certes renforcé son statut de « Monsieur Le Mans » mais il a perdu un compatriote sur son circuit fétiche. Aucun succès n’effacera cette douleur. La course a été dramatique dès les premières minutes pour le pauvre Allan Simonsen. Dantesque presque pendant 24 heures pour tous les autres. Grandissime favori, Audi n’a pas maîtrisé tous les éléments mais une voiture a réussi le sans faute qu’il fallait pour terrasser le rêve de Toyota de s’imposer au Mans pour la première fois. Cette R18 e-tron quattro victorieuse est celle qui était parti en pole dans les mains Allan McNish, la N.2. L’Ecossais ajoute un troisième succès à son palmarès, juste un tiers de Kristensen. Pour Loïc Duval, nouveau dans l’équipe, ce sentiment est nouveau.

Duval décisif

Si la victoire d’Audi est belle, Toyota y a sa part. Profitant des ennuis des deux autres LMP1 allemandes, les TS030 hybrid n’ont jamais lâché la bride des leaders. Moins performantes, les Japonaises ont lutté avec leurs armes, celles de la consommation, de la fiabilité, du courage. Ça a failli marcher mais Audi avait la force du nombre et l’expérience de ses onze précédentes victoires. L’équipage de la N.2 était le meilleur depuis le début de la semaine. L’apport de Loïc Duval en remplacement de Dindo Capello a apporté ce petit plus qui avait peut-être manqué ces dernières années à Kristensen et McNish. Avec deux succès dans la Sarthe, Audi se rapproche des seize glorieuses de Porsche. La confrontation des deux monstres n’aura plus lieu à plusieurs années d’intervalle mais dès l’année prochaine. On en salive d’avance.

Oak Racing enfin

Depuis le temps que le Oak Racing tournait autour de la victoire en LMP2, la chance allait bien finir par sourire. L'écurie sarthoise a fait encore mieux avec un doublé qui ne doit à rien au hasard. En tête quasiment toute la course avec la N.24 ou la N.35, l'écurie de Jacques Nicolet a fait preuve d'une grande sérénité pour aller au bout sans accroc ou presque. Puisqu'il fallait un vainqueur, c'est la N.35 de Baguette-Gonzalez-Plowman qui a inscrit son nom sur les tablettes. L'écurie sarthoise a bien fait de recentrer ses activités sur le LMP2 où elle peut devenir l'un des acteurs majeurs pendant quelques années.

Porsche le retour​

En LMGTE Pro, Aston Martin a vécu des 24 Heures horribles. Elles se sont achevées sur un ultime couac dans la dernière heure. Au plus fort du déluge, Porsche a porté un coup fatal en restant en pneu slick avec ses N.92 et N.91. La Vantage N.97 devait se contenter de la 3e place alors que toute l'équipe de David Richards voulait la victoire pour honorer Allan Simonsen. Ce n'était pas mieux en GTE Am avec les circonstances que l'on connaît. Le team Imsa Performance Matmut s'est adjugé la victoire avec sa 911 TG3 RSR N.76 devant les Ferrari N.55 et N.61. Porsche vainqueur dans deux catégories, le constructeur de Stuttgart annonce déjà la couleur pour 2014.

Vidéo: Les dernières minutes en piste du vainqueur Tom Kristensen Voir la video

Vidéo: La réaction de Loïc Duval sur le plateau de Stade 2 Voir la video