L'Audi e-tron quattro N.1 a remporté les 24 Heures du Mans
L'Audi e-tron quattro N.1 a remporté les 24 Heures du Mans | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Audi électrise Le Mans

Publié le , modifié le

Après avoir imposé l’injection directe et le diesel, Audi continue de marquer le sport automobile en remportant les 80e 24 Heures du Mans avec un véhicule hybride, mi-diesel mi-électrique, la R18 e-tron quattro. Au terme d’une course spectaculaire, le trio Tréluyer-Fässler-Lotterer a triomphé pour la 2e fois consécutive devant McNish-Capello-Kristensen. Si la marque allemande réalise le triplé, on n’oubliera pas les promesses de Toyota, malheureux rival.

Davidson s’est fait peur
"Ça a été quelques chose. Me retrouver dans un hôpital français avec le dos cassé n'est pas ce que j'envisageais." Comme il le raconte sur son compte Twitter, Anthony Davidson n’avait pas prévu de détour par l’hôpital ce week-end. Il n’avait pas non plus d’entamer une carrière de spationaute. L’Anglais n’a rien pu faire quand une Ferrari s'est rabattue devant sa Toyota au freinage du virage de Mulsanne, au bout de la ligne droite des Hunaudières. Les deux voitures ont été détruites. Perazzini sortait indemne. Pas Davidson, touché aux vertèbres 11 et 12 touchées. A l’hôpital jusqu’à lundi, il sera indisponible pour la suite immédiate du Championnat du monde d'endurance dont la prochaine manche est prévue fin août à Silverstone.

Une nouvelle page d’histoire s’est écrite ce week-end au Mans. A l’heure où la sauvegarde de la planète est engagée, les courses automobiles peuvent paraître bien futiles. Audi et Toyota ont pourtant leur mot à dire sur ce banc d’essais que représente cet Everest manceau. Le sport auto ne se nourrit plus exclusivement de passion et de vapeur d’essences, il œuvre aussi pour trouver des solutions innovantes. Cela passe par moins de consommation à la pompe. En treize ans de présence dans la Sarthe, Audi a déjà réussi à réduire sa consommation de 20 % sur les 24 Heures. Aujourd’hui, les grands constructeurs veulent aller encore plus loin et se sont lancé dans le défi des véhicules hybrides. Quoi que mieux que les 24 Heures pour démontrer le potentiel de ces nouvelles technologies. A l’inverse de Toyota qui est un pionnier dans l’hybridation grand public depuis une décennie, Audi a choisi la voie du sport automobile pour faire ses preuves. Le résultat est à la hauteur de l’espoir qu’il suscite. Le constructeur d’Ingolstadt a réussi le doublé avec ses deux véhicules hybrides, les R18 e-tron quattro. La récupération d’énergie n’est pas encore maximale mais le nouveau règlement des 24 Heures du Mans pour 2014 va permettre d’accélérer le mouvement. Le courant sera bientôt continu sur les circuits.

C’était une constante depuis l’arrivée de Peugeot en endurance. Pendant quatre années, Audi et le Lion s’étaient battus comme des chiffonniers, livrant des courses intenses et indécises. Cette 80e édition n’a pas échappée à la règle. Toyota a été un valeureux adversaire pour le seigneur des anneaux, même si la confrontation n’a pas résisté à l’apparition de la nuit. En retrait au départ à 15h00, les TS030 ont commencé à prendre leur marque avant d’hausser le rythme en fin d’après-midi. Surpris par ce soudain regain de forme, Audi a connu son premier moment de flottement de la course. Pendant quelques minutes, la N.7 et la N.8 ont mené la vie à l’e-tron quattro N.1, leader pour quelques secondes. C’est au moment où Toyota regoûtait à la première place pour la première fois depuis 1999 que l’impensable se produisit. Dans la même minute, Lapierre grimpait en tête et Davidson montait s’envolait dans le ciel sarthois. Accroché par la Ferrari d’un gentleman driver italien, Pier-Guiseppe Perazzini, chirurgien dans le civil, le Britannique effectuait un looping, retombait sur ses roues et compressait quelques piles de pneu au virage de Mulsanne. S’ils se disent vraiment préoccupées par la sécurité, la FIA et l’ACO vont devoir prendre les solutions qui s’imposent car ce genre d’accrochage devient malheureusement trop fréquent au Mans.

Toyota avait perdu une voiture et Nakajima son sang froid. Quand la voiture de sécurité lâchait les voitures, plus d’une heure après l’accident, le pilote japonais envoyait la Delta Wing dans le mur et provoquait des dégâts sur sa Toyota. Quelques minutes plus tard, l’alternateur rendait l’âme puis le moteur. Avant la tombée de la nuit, Audi avait le champ libre pour remporter ses onzièmes 24 Heures. Le duel entre les « Audistes » de la N.1 et de la N.2 allaient tenir les spectateurs en haleine jusqu’à midi. A l’heure du déjeuner et du deuxième moment de flottement des Allemands, comme Marc Gené un peu plus tôt, Allan McNish préférait piqueniquer au soleil contre le rail du Karting. Emporté une nouvelle fois par sa fougue, l’Ecossais sabordait les chances de son hybride. La N.1 pouvait s’envoler vers un succès mérité, le deuxième en deux ans pour Tréluyer, Lotterer et Fässler avec à chaque fois la pole en prime.

Comme souvent au Mans, on n'en a que pour les "gros". Derrière le duel Audi-Toyota, une écurie a fait sa course en toute discrétion. Le team suisse Rebellion a pourtant réussi l'exploit de mettre sa Lola-Toyota en 4e position (à 11 tours des leaders) et est la première équipe privée de cette 80e édition. Henri Pescarolo a lui traîné sa misère toute la semaine. La 03-Judd a rendu l'âme très vite samedi. La Dome a elle vu le drapeau à damiers mais en dernière position à 201 tours des vainqueurs. Bien entendu, elle n'a pas été classée car elle est largement en dessous des 75% de la distance parcourue par la N.1. En LMP2, la course a consacré la HPD du Starworks Racing. Troisième au général à Sebring avec Sarrazin comme pilote, l'écurie vénézuélienne a dompté la meute des Oreca-Nissan. qui avaient l'avantage du nombre (6). Déception pour le Oak Racing, en tête jusqu'à la nuit mais trahi par son moteur Judd, une constante dans beaucoup d'équipes. La belle histoire de ces 24 heures est pour l'écurie AF Corse qui impose sa Ferrari 458 Italia en LM GTE Pro après l'avoir détruit en essais mercredi soir. Enfin, Corvette a remporté sur le fil la catégorie GTE Am grâce à son client Larbre Compétition (N.50). La Porsche N.67 d'IMSA Performance a échoué de quelques minutes. C'est la loi de la course. C'est la loi du Mans.

Classement de la course

1. Tréluyer-Fässler-Lotterer (FRA-SUI-GER/Audi R18 e-tron quattro) 378 tours
2. Kristensen-Capello-McNish (DEN-ITA-GBR/Audi R18 e-tron quattro) à 1 tour
3. Jarvis-Bonanomi-Rockenfeller (GBR-ITA-GER/Audi R18 ultra) 3 tours
4. Prost-Heidfeld-Jani (FRA-GER-SUI/Lola-Toyota) 11 tours
5. Dumas-Duval-Gené (FRA-FRA-ESP/Audi R18 ultra) 12 tours
6. Brabham-Dumbreck-Chandhok (AUS-GBR-IND/Honda HPD-ARX) 21 tours
7. Kimber-Smith-Dalziel-Potolicchio (GBR-GBR-VEN/Honda HPD-ARX) 24 tours (1er catégorie LMP2)
8. Thiriet-Beche-Tinseau (FRA-SUI-FRA/Oreca-Nissan) 25 tours
9. Ayari-Kaffer-Perez Companc (FRA-GER-ARG/Oreca-Nissan) 26 tours
10. Ragues-Panciatici-Rusinov (FRA-FRA-RUS/Oreca-Nissan) 27 tours
11. Belicchi-Primat-Bleekemolen (ITA-SUI-NED/Lola-Toyota) 28 tours
12. Zugel-Julian-Gonzalez (GER-USA-MEX/Zytek-Nissan) 30 tours
13. Martin-Charouz-Graves (AUS-CZE-THA/Oreca-Nissan) 32 tours
14. Martin-Leinders-Heinemeier Hansson (BEL-BEL-DEN/Morgan-Nissan) 37 tours
15. M. Brundle-A. Brundle-Ordonez (GBR-GBR-ESP/Zytek-Nissan 38 tours
16. Tresson-Mailleux-Lombard (FRA/Oreca-Nissan) 38 tours
17. Fisichella-Bruni-Vilander (ITA-ITA-FIN/Ferrari 458) 42 tours (1er catégorie GTE-Pro)
18. Makowiecki-Melo-Farnbacher (FRA-BRA-GER/Ferrari 458) 45 tours
19. Turner-Mücke-Fernandez (GBR-GER-MEX/Aston Martin Vantage) 46 tours
20. Lamy-Canal-Bornhauser (POR-FRA-FRA/Chevrolet Corvette) 49 tours (1er catégorie GTE-Am)
21. Pons-Narac-Armindo (FRA/Porsche 997) 50 tours
22. Bertolini-Beretta-Cioci (ITA-MON-ITA/Ferrari 458) 52 tours
23. Garcia-Magnussen-Taylor (ESP-DEN-USA/Chevrolet Corvette) 52 tours
24. Brière-Petersen-Nakano (FRA-GER-JPN/Oreca-Nissan) 53 tours
25. Krohn-Jonsson-Rugolo (USA-SWE-ITA/Ferrari 458) 55 tours
26. Frey-Meichtry-Hirschi (SUI/Oreca-Judd) 58 tours
27. Pilet-Pumpelly-Neiman (BEL-USA-USA/Porsche 997) 65 tours
28. Bourret-Gibon-Belloc (FRA/Chevrolet Corvette) 69 tours
29. Rosier-Thirion-Haezebrouck (FRA/Norma-Judd) 70 tours
30. Kane-Leventis-Watts (GBR/Honda HPD-ARX) 75 tours
31. Kauffman-Aguas-Vickers (USA-POR-USA/Ferrari 458) 84 tours
32. Rodrigues-Illiano-Ferté (POR-FRA-FRA/Ferrari 458) 86 tours
33. Daniels-Palttala-Camathias (GBR-FIN-SUI/Porsche 997) 88 tours

Non-classés (n'ont pas couvert 75% de la distance parcourue par le  vainqueur)
Gavin-Milner-Westbrook (GBR-USA-GBR/Chevrolet Corvette), 215 tours couverts
Bourdais-Minassian-Ara (FRA-FRA-JPN/Dome-Judd), 203 tours couverts

Meilleur tour: Loïc Duval (FRA/Audi R18 ultra): 3:24.189 au 269e tour

Voir la video

Voir la video

Xavier Richard @littletwitman