L'Audi R18 e-tron quattro devance une Toyota TS030 Hybrid
L'Audi R18 e-tron quattro devance une Toyota TS030 Hybrid, lors de la Journée Test des 24h du Mans. | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Audi domine Toyota à la journée test du Mans

Publié le , modifié le

A deux semaines des 24 Heures du Mans, le match entre Audi et Toyota a commencé. Les deux R18 e-tron quattro hybrides ont réussi les deux meilleurs chronos de la Journée Test. Allan McNish a été le plus rapide sur la N.2 (3'25''927) devant la N.1 (3'26"468) et l'Audi R18 Ultra N.3 (3'26"561). Pour leur entrée en piste, les deux Toyota TS030 Hybrid sont elles aux 4e et 5e place. Légèrement en retrait, elles ont surtout cherché à s'adapter au circuit sarthois.

Depuis Spa, les ingénieurs d'Audi ont tourné à plein régime pour comprendre ce qui n'avait pas fonctionné sur la e-tron quattro (ndlr : Une R18 Ultra s'est imposé en Belgique devant une hybride). Sur piste sèche ou humide, les deux hybrides germaniques ont retrouvé leur vélocité en dominant les deux séances d'essais. La N.2 de Capello-Kristensen-McNish a même réussi un excellent chrono, à moins de deux dixièmes de la pole de l'an passé (3'25"738). Et ce n'est pas seulement au nouveau revêtement de la ligne droite des Hunaudières. "Elle se montre très performante et surtout plus facile à conduire que ne l'était la R18 TDI à ses débuts l'année dernière, a déclaré Dindo Capello. Au niveau aérodynamique, elle se montre aussi très efficace sur cette piste." Cette Audi a toute fois perdu 1h30 aux stands, le matin, suite à un problème de son système d'essence, avant de connaître une fin de journée assez mouvementée quand McNish a commis une faute au virage du Tertre Rouge qui a endommagé tout le côté gauche de la voiture. Déjà impliqué dans un gros crash en 2011, l'Ecossais n'est plus aussi souverain qu'avant.

L'objectif est volontairement modeste. Embêter Audi sur ses terres, titiller les R18 pour la pole et acquérir de l'expérience. De retour au Mans après treize années d'absence, Toyota a passé la journée à reprendre ses marques. 39 tours pour la N.7, 34 pour la N.8, les deux TS030 ont limé le bitume sur le sec comme sur le mouillé. Hormis une petite alerte en fin de journée, tout s'est déroulé comme prévu et le 3'27"204 réalisé par la N.7 a presque une valeur de pole. "Clairement, nous aurions préféré finir 1er et 2e, a déclaré Pascal Vasselon, le directeur technique de l'équipe japonaise. Toutefois, nous avons pu travailler de manière très satisfaisante sans rencontrer de problèmes techniques." Titulaire sur la N.7, Nicolas Lapierre était lui plus réjouit de sa journée. "On a passé la journée à tester différentes configurations aérodynamiques et notre système hybride, a indiqué Lapierre. Nous avons appris beaucoup de choses. Même si on ne sait pas ce qu'a fait la concurrence, on n'est pas loin des Audi et c'est rassurant." Forfait pour cette journée test en raison d'une chute de vélo, Stéphane Sarrazin a quitté le circuit dimanche matin afin se "réparer" en vue de la grande semaine du Mans. "Je serai à 100 % mercredi prochain" a assuré le quadruple poleman au Mans.

Y aurait-il une malédiction sur les équipes sarthoises du Technoparc ? Entre Pescarolo et Oak, il y a un chat noir qui se balade... Du côté des Verts, après les ennuis judiciaires avec Luxury et Julien Jousse, c'est la mécanique dicte sa loi. Si la tant attendue 03 a bien pris la piste, elle n'a couvert que 18 tours. C'est tout de même un de plus que la Dome de Pesca, elle aussi coincée au stand pour des problèmes de jeunesse. Ce n'est pas demain qu'on fera la fête des voisins au Mans car le Oak Racing a également connu une journée délicate. Malgré le meilleur chrono de la Morgan-Nissan N.35 en LMP2, l'écurie de Jacques Nicolet a encore connu un gros crash sur l'une de ses voitures. Cette fois c'est la LMP1 N.15 pilotée par Guillaume Moreau qui a eu un contact inamical avec le mur du virage du karting. La voiture est réparable mais le pilote a trinqué. Transféré au CHU d'Angers, il devait être opéré de la 12ème vertèbre. A la suite de cet accident, la séance d'essais libres du matin avait été interrompue pendant environ 25 minutes. Derrière les Audi et Toyota, le meilleur temps des privés est revenu à la HPD-Honda de l'équipe Strakka, 7e à 8 sec 3/10e de McNish.

Attraction de la journée test, Sébastien Loeb s'est repiqué au virus de l'endurance et au Mans. Six ans après sa deuxième place sur une Pescarolo, l'octuple champion du monde WRC a repris le volant sur le grand circuit en vue d'un engagement aux 24 Heures 2013. "Dans un premier temps, pas facile de remonter dans un proto quand on ne roule pas régulièrement dans cette discipline, a expliqué l'Alsacien. J’ai fait une séance d’essais à Magny–Cours en début de semaine : il s’agissait de mes premiers tours avec une LMP2. Je n’avais plus roulé au Mans depuis mon expérience en 2006. C’est une sensation bizarre au volant… Les points de corde, je les vois une fois que je suis passé ! J’ai eu un peu de mal à prendre mes marques ce matin mais les bonnes sensations sont revenues et c’est vraiment sympa. Notre objectif était d’y aller progressivement, sans prendre de gros risques tout en essayant d’améliorer les réglages et surtout d’être en confiance avec la voiture. Les résultats sont bons, pari gagné ! » Les résultats sont même très bons puisque l'équipe a signé le 5e chrono de la catégorie LMP2 et le 18e au général. Pas mal pour un début !

Classement de la journée test

1. Capello-Kristensen-McNish (ITA-DEN-GBR/Audi R18 e-tron quattro) 3:25.927
2. Lotterer-Faessler-Tréluyer (SUI-GER-FRA/Audi R18 e-tron quattro) 3:26.468
3. Bernhard-Dumas-Duval (ESP-FRA-FRA/Audi R18 ultra) 3:26.561
4. Wurz-Lapierre-Nakajima (AUT-FRA-JAP/Toyota TS 030 Hybrid) 3:27.204
5. Davidson-Buemi-Sarrazin (GBR-SUI-FRA/Toyota TS 030 Hybrid) 3:28.298
6. Jarvis-Bonanomi-Gené (GBR-ITA-ESP/Audi R18 ultra) 3:28.765
7. Leventis-Watts-Kane (GBR-GBR-GBR/Honda HPD) 3:34.243
8. Belicchi-Primat-Bleekemolen (ITA-SUI-NLD/Lola-Toyota) 3:35.357
9. Prost-Jani-Heidfeld (FRA-SUI-GER/Lola-Toyota) 3:36.876
10. Minassian-Ara-Bourdais (FRA-JAP-FRA/ Dome-Judd) 3:37.149
11. Brabham-Chandhok-Dumbrek (GBR-IND-GBR/Honda HPD) 3:37.358
12. Collard-Boullion-Hall(FRA-FRA-GBR/Pescarolo-Judd) 3:40.385
13. Heinemeier Hanson-Leinders-Martin (DEN-BEL-BEL/Morgan-Nissan) 3:41.291
(1er catégorie LMP2)
...
16. Moreau-Baguette-Kraihamer (FRA-BEL-AUT/Oak Pescarolo-Judd) 3:41.790
...
18. Loeb-Marroc-Vernay (FRA/Oreca-Nissan) 3:42.248
(5e catégorie LMP2)
...
39. Barthez-Bazaud-Caillon (FRA/Oreca FLM 09) 3:58:734
(1er catégorie LMPC)
40. Makowiecki-Melo-Farnbacher (FRA-BRA-GER/Ferrari 458 Italia) 3:58.869
(1er catégorie LMGTE Pro)