Audi R18 N.2 Le Mans 2011 essais nuit
L'Audi R18 N.2 dans la nuit du Mans | DR

Audi dame le pion aux 908

Publié le , modifié le

A chacun son tour. A Peugeot le mercredi. A Audi le jeudi. Quid de dimanche ? En attendant le verdict des 79èmes 24 Heures du Mans, deux R18 occuperont la première ligne de la ligne de départ sous les yeux de Jean Todt. Rien de définitif mais une preuve supplémentaire que les deux favoris sont vraiment très proches.

Personne ne s’y attendait. Alors que tous les spectateurs avaient les yeux rivés sur les écrans géants à suivre le chrono de Stéphane Sarrazin, une Audi traçait son chemin dans le sillage de la 908. Depuis plusieurs tours et le bon de sortie accordé par son patron Olivier Quesnel, le « Monsieur Pôle » de Peugeot avalait les kilomètres en quête de record. « Franck (Montagny) a travaillé le set-up toute la soirée puis on avait planifié deux runs en fin de séance », glissait Sarrazin, rougi par l’effort. Plusieurs fois, les partiels s’allumaient en rouge, synonymes de meilleur temps mais un tête à queue ou le trafic empêchaient la N.8 de toucher sa cible. A dix secondes du terme de la première séance, Sarrazin claquait enfin son chrono référence. Religieusement pendu aux écrans, le team Peugeot avait la pole en poche. « J’avais un chrono en 3’25’’5 mais il y avait une Aston dans la dernière chicane et je ne peux pas lui monter dessus », racontait le pilote Peugeot. Derrière, une Audi avait le champ libre. La R18 N.2 de Marcel Fassler, rapide comme une flèche d’argent. Aspirée par la Lionne, elle brisait la barre des 3’25’’. Stupéfaction voire incompréhension dans le stand bleu et blanc. De retour dans son box, Sarrazin semblait tout aussi surpris que le public.

Première pôle des Allemands depuis cinq ans

Personne n’avait vu venir ces R18 dont le potentiel est encore inconnu. Audi voulait gagner avec panache. On sait déjà que l’auto est performante sur le sec. A la nuit tombante aussi car Romain Dumas, malchanceux à Mulsanne mercredi, décrochait le jackpot en début de deuxième séance. 3’25’’799, la N.1, tenante du titre, signait son premier exploit de la semaine. Mais il était écrit que la N.2 partirait en pôle samedi puisque Tréluyer remettait les gaz et chipait le meilleur chrono à son coéquipier en 3’25’’738. « On travaillait sur de longs runs pour préparer la course et quand j’ai vu que mes temps se rapprochait de la pôle je me suis dit pourquoi pas attaquer fort un tour. Les conditions étaient meilleures. C’est vraiment magique, surtout pour moi qui suis né à Alençon qui a suivi la course depuis que je suis tout petit. »

Peugeot abandonne « sa » pôle

De son muret en bord de piste, Olivier Quesnel préférait s’avouer vaincu, arguant que « la course, ce n’est pas les qualifs. Ce sera donc à Audi de lancer le départ. » En effet, partir de la 2e ligne n’augure rien sur les premières heures de course alors que six voitures se tiennent dans la même seconde. En revanche, question image, la marque aux anneaux a marqué des points. Depuis le retour du Lion en endurance, aucune pôle mancelle ne lui avait échappé. Les temps changent.

Meilleurs temps des essais qualificatifs de jeudi soir (2e et 3e séance):
1. Tréluyer-Fassler-Lotterer (FRA-SUI-GER/Audi R18 TDI) 3:25.738
2. Dumas-Bernhard-Rockenfeller (FRA-GER-GER/Audi R18 TDI) 3:25.799
3. Bourdais-Pagenaud-Lamy (FRA-FRA-POR/Peugeot 908) 3:26.010
4. Sarrazin-Montagny-Minassian (FRA/Peugeot 908) 3:26.156
5. Kristensen-McNish-Capello (DEN-GBR-ITA/Audi R18 TDI) 3:26.165
6. Wurz-Gené-Davidson (AUT-ESP-GBR/Peugeot 908) 3:26.272
7. Panis-Lapierre-Duval (FRA/Peugeot 908 HDi-FAP Oreca) 3:30.084
8. Prost-Jani-Bleekemolen (FRA-SUI-NED/Lola-Toyota) 3:32.883
9. Collard-Tinseau-Jousse (FRA/Pescarolo-Judd) 3:33.066
10. Boullion-Belicchi-Smith (FRA-ITA-GBR/Lola-Toyota) 3:34.573
11. Moreau-Ragues-Monteiro (FRA-FRA-POR/Pescarolo-Judd) 3:34.933
12. Ickx-Leinders-Martin (BEL/Lola-Aston Martin) 3:36.551
13. Pla-Amaral-Hughes (FRA-POR-GBR/Zytek) 3:37.393
14. Ayari-Mailleux-Ordonez (FRA-FRA-ESP/Oreca-Nissan) 3:41.458
(1er catégorie LMP2)
...
24. Lammers-Zacchia-Elgaard (NED-SUI-DEN/Oreca-SwissHyTech) 3:47.691
29. Farfus-Muller-Werner (BRA-GER-GER/BMW M3 GT) 3:57.592
(1er catégorie GTE-Pro)