L'Audi R18 e-tron quattro N.2 au Mans
L'Audi R18 e-tron quattro N.2 a fait forte impression au Mans | DR

Audi annonce la couleur

Publié le , modifié le

La première journée d'essais des 24 Heures du Mans (16-17 juin) a confirmé la domination d'Audi sur la concurrence. Elles sont trois R18 devant la première Toyota TS030, la N.7 de Lapierre (3'27"191). En LMP2, deux Oreca-Nissan ont réalisé les meilleurs temps devant une Zytek. En LMGTE, Corvette a profité des soucis de la Ferrari N.51 d'AF Corse pour signer la pole provisoire.

Tourner à plein régime, Audi connaît. Quand les quatre R18 s’y mettent, autant vous dire que ça turbine. Entre les simulations de relais, de consommation, et la mise au point d’un set-up pour la course, toute l’équipe allemande était sur le pont. Il n’y a eu aucune fausse note dans ce balai. Ni côté hybride, ni côté thermique. Pendant les essais libres, chaque R18 a tourné une soixantaine de tours. Auteur de la pole en 2011, Benoît Tréluyer a clairement annoncé la couleur en signant un 3’25’’163 dans son dernier tour. C’était juste avant que la nuit ne rafraîchisse les moteurs et les esprits. Personne n’a tenté le diable en clôture de cette première journée d’essais qualificatifs. Pas plus titillé que cela par les Toyota, Audi s’est « contenté » de dominer la dernière séance avec la N.1 de Lotterer qui a soufflé la pole provisoire à McNish dans le dernier tour (3’25’’453). C’est moins bien que le chrono des essais libres mais déjà mieux que la pole 2011. "C'est une belle journée, a déclaré le pilote Suisse. Les pneus ont dû mal à fonctionner. J'ai eu la chance d'avoir un tour clair à la dernière minute. C'est une belle récompense pour l'équipe. Les qualifs au Mans, ça ne veut pas dire grand chose. Et s'il pleut pas demain, ça ira encore plus vite."

Toyota n’a pas grillé un joker. Ce n’est pas l’hybride qui s’est déchargé mais le moteur essence qui a rendu l’âme. Après quelques minutes des essais libres, la TS 030 Hybrid N.8 rentrait à son stand au ralenti. Cinq petits tours couverts et un début d’incendie à l’arrière. Avec six heures devant eux (quatre d’essais libres et deux de pause), les mécanos pouvaient changer le moteur défectueux avant le début des qualifications. Privé de journée test à cause d’une mauvaise chute à vélo, Stéphane Sarrazin devait attendre la séance nocturne pour monter enfin dans son voiture au Mans. « On travaille pour la course. On cherche la constance, pas la performance, a indiqué Sarrazin, auteur du 5e temps en 3’28’’295. Ça ne s’annonce pas trop mal. » Arrivé sans repère au Mans, Toyota n’est pas rentré dans le jeu des Audi en fin de séance. La pole se disputera jeudi quand tout le programme d’essais aura été accompli. Le 3’27’’191 de la TS 030 Hybrid N.7 est de bon augure. Peut-être celui d’une belle bagarre pour la première ligne.

Les journées se suivent et se ressemblent pour le team Pescarolo. Du gris. Rien que du gris. Dernier épisode en date, l’accident de la nouvelle 03 dans la première chicane des Hunaudières. Boullion était au volant quand la LMP1 s’est dérobée, finissant dans le mur et tapant à l’avant comme à l’arrière. On n’allait plus revoir la N.16 sur le circuit de la Sarthe mercredi, les mécaniciens ayant déposé les outils pour la nuit. La Dome a elle donné quelques signes encourageants grâce au dixième temps de essais chronométrés (3’34’’716). Dans son match des équipes privées, elle se situe derrière la HPD N.21 et les deux Lola de Rebellion.

La catégorie LM GT a connu un premier coup de théâtre avec la violente sortie de piste de la Ferrari 458 Italia. Et pas n’importe laquelle, l’Italienne de Giancarlo Fisichella. L’ex-pilote de F1, fer de lance d’AF Corse avec Bruni et Vilander a complètement « plié » sa monture au point qu’il semble bien improbable qu’elle puisse reprendre la piste d’ici jeudi soir, terme des essais qualificatifs. Si tel est le cas, elle devra sa présence au départ à la mansuétude au jury des commissaires. En attendant, Corvette a pris les commandes avec la C6 ZR1 officielle (3’55’’910) juste devant la Ferrari du Luxury Racing N.59.

Classement des essais qualificatifs

1. Tréluyer-Fässler-Lotterer (FRA-SUI-GER/Audi R18 e-tron) 3:25.453
2. Kristensen-Capello-McNish (DEN-ITA-GBR/Audi R18 e-tron) 3:26.536
3. Dumas-Duval-Gené (FRA-FRA-ESP/Audi R18 ultra) 3:26.694
4. Wurz-Lapierre-Nakajima (AUT-FRA-JAP/Toyota TS030 Hybrid) 3:27.191
5. Jarvis-Bonanomi-Rockenfeller (GBR-ITA-GER/Audi R18 ultra) 3:27.554
6. Davidson-Buemi-Sarrazin (GBR-SUI-FRA/Toyota TS030 Hybrid) 3:28.295
7. Kane-Leventis-Watts (GBR/Honda HPD-ARX) 3:32.750
8. Belicchi-Primat-Bleekemolen (ITA-SUI-NED/Lola-Toyota) 3:33.140
9. Prost-Jani-Heidfeld (FRA-SUI-GER/Lola-Toyota) 3:33.211
10. Bourdais-Minassian-Ara (FRA-FRA-JAP/Dome-Judd) 3:34.716
11. Brabham-Dumbreck-Chandhok (AUS-GBR-IND/Honda HPD-ARX) 3:37.088
12. Montagny-Baguette-Kraihamer (FRA-BEL-AUT/Oak Pescarolo-Judd) 3:38.414
13. Thiriet-Tinseau-Beche (FRA-FRA-SUI/Oreca Nissan) 3:39.252
(1er catégorie LMP2)
...
26. Franchitti-Krumm-Motoyama (GBR-GER-JPN/Delta Wing Nissan) 3:42.612 (hors-classement)
33. Gavin-Westbrook-Milner (GBR-GBR-USA/Chevrolet Corvette) 3:55.910 (1er catégorie GTE-Pro)
38. Pilet-Pumpelly-Neiman (BEL-USA-USA/Porsche 997) 3:57.594 (1er catégorie GTE-Am)

Principales sorties de piste:
Collard-Boullion-Hall(FRA-FRA-GBR/Pescarolo-Judd)
Ihara-Delétraz-Rostan (JPN-SUI-FRA/Lola-Nissan)
Fisichella-Bruni-Vilander (ITA-ITA-FIN/Ferrari 458)

Note: deux autres séances d'essais qualificatifs sont prévues jeudi soir
entre 19h00 et 21h00 locales, puis entre 22h00 et minuit.