Toyota n°7 aux 24h du Mans 2017
La Toyota n°7, pilotée par Stéphane Sarrazin (FRA), Kamui Kobayashi (JAP) et Mike Conway (GBR), partira en pole position de cette 85e édition des 24h du Mans. | JEAN MICHEL LE MEUR / JEAN MICHEL LE MEUR;DPPI Media / DPPI

24h du Mans 2017 : lutte acharnée attendue entre Porsche, et Toyota en quête d’un premier sacre

Publié le , modifié le

Tout concorde. Un début de saison tonitruant. Trois voitures engagées surperformantes. Et enfin des qualifications survolées. Qu’on se le dise, le Team Toyota Gazoo Racing, qui tente toujours d’oublier le cauchemar rocambolesque vécu l’an dernier, a mis tous les moyens possibles et inimaginables pour remporter pour la première fois de son histoire les 24h du Mans. Mais avec la forte pression reposant sur leurs épaules, et Porsche, tenant du titre et désireux de le conserver, rien n’est fait. Une chose est sûre, la lutte entre les deux grandes marques s’annonce épique. Départ à 15h cet après-midi, à suivre en direct sur Francetvsport.

Éternel second. Si elle peut paraître un peu farfelue, la comparaison est aussi facile que naturelle. Pour Raymond Poulidor, ce titre est clairement devenu un surnom affectif dont il se sert admirablement bien depuis des décennies maintenant. Pour Toyota, en course automobile d’endurance, l’histoire se ressemble dans un sens. Jamais, l’écurie japonaise n’est parvenue à s’imposer sur la plus réputée des courses, les 24h du Mans. Elle compte en revanche 5 deuxièmes places ! A la différence de « Poupou », les dirigeants japonais vivent très mal cette situation. Pourtant, les occasions n’ont pas manqué. Et la dernière en date rappelle de très mauvais souvenirs.

VIDÉO - Le dépit d'Hugues de Chaunac, le patron de Toyota

Lors de l’édition précédente, et au terme d’un scénario surréaliste qui avait vu la Toyota n°5, partie pour s’imposer, tomber en panne à un petit tour seulement du drapeau à damiers, c’était la Porsche n°2 qui avait offert la victoire sur le fil à son équipe. Symbole de sa malédiction qui dure depuis 1986, cette édition 2016 reste clairement gravée dans la mémoire des patrons du Team nippon. Du coup, pas question de revivre une telle désillusion. Il fallait oublier ce vilain épisode, faire abstraction du passé, pour aller retenter sa chance. Les moyens ont été posés sur le paddock et voilà Toyota plus prêt que jamais pour le combat !

Leader insolent​

Depuis le début de saison, les hommes forts de la formation asiatique raflent tout sur leur passage. Vainqueurs des deux premières courses de la saison, aux 6h de Silverstone et de Spa-Francorchamps, Anthony Davidson (GBR), Kazuki Nakajima (JAP) et Sébastien Buemi (SUI), à bord de leur TS050 – Hybrid n°8 ont permis à leur marque de s’imposer rapidement comme le leader incontestable du championnat du monde d’endurance (FIA WEC). Cette semaine, les essais qualificatifs ont confirmé cette donnée : avec une pole record pour leur n°7 et la deuxième position pour la n°8, Toyota parait toujours aussi intraitable.

A lire aussi : le récap' du 15 juin marqué par la pole et le record de Toyota

​Mais au final, seule la vérité de la course primera sur le reste. Si le titre mondial les intéresse, les 31 ans de disette pesant, la priorité absolue demeure la victoire au Mans. Pour y parvenir, il faudra vaincre les chaleurs prévues et se survolter. Ce que Porsche sait si bien faire d’ailleurs. Et pour la firme allemande, hors de question de faire une faveur à son rival. Bien au contraire.

Suivez en direct à partir de 14h50 sur France 2 ou Francetvsport le départ de la 85e édition des 24h du Mans.