Kamui Kobayashi dans sa Toyota n°7 24h du Mans 2017
Le pilote japonais Kamui Kobayashi dans sa Toyota n°7 lors des essais qualificatifs pour les 24h du Mans 2017. | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

24h du Mans 2017 - Le récap' du 15 juin : la pole et le record pour Toyota !

Publié le , modifié le

Décidément, ce début de saison en endurance est à sens unique. Alors si le juge de paix reste évidemment la course de samedi à dimanche, Toyota s'est encore permis d'envoyer un message très fort à son rival et tenant du titre, Porsche. Déjà en tête après la première séance de qualifications des 24h du Mans mercredi soir, l'écurie japonaise a cette fois-ci réalisé un coup double magistral : ses prototypes n°7, en pole, et n°8 partiront en tête dans deux jours. Et cerise sur le gâteau : le pilote nippon Kamui Kobayashi a réalisé un temps record et historique de 3:14.791 !

L'info du jour : Kabayashi envoie Toyota dans la légende !

Au moment où Kamui Kobayashi, le pilote de la Toyota n°7, est passé sur la ligne d'arrivée, la salle de presse a explosé : les écrans affichaient alors un temps record de 3 minutes 14 secondes et 791 millièmes ! A titre de comparaison, la voiture qui partira en deuxième position, la Toyota n°8 de Buemi, Davidson et Nakajima pointe à 2 secondes et 337 millièmes ! Une donnée tout simplement dingue et elle le devient encore plus lorsque l'on s'intéresse aux records de l'épreuve. C'est déjà la meilleure performance dans la configuration actuelle du circuit, soit depuis 2007. Kobayashi détient dorénavant la meilleure moyenne de vitesse sur un tour évaluée à 251,882 km/h ! Et enfin, elle est tout simplement la troisième meilleure marque de l'histoire, toute époque et tous circuits confondus !

Il faut en effet remonter en 1971 pour voir un meilleur temps. Il avait été réalisé par Jackie Oliver en 3:13.6 à bord d'une Porsche 917 L, le 18 avril 1971 lors des essais préliminaires. Quelques semaines plus tard, dans la lutte pour la pole, c'était son équipier Pedro Rodriguez qui avait sorti, là encore, un énorme temps, en 3:13.9. Sauf qu'à cette époque, le circuit était plus court et la moyenne au tour d'Oliver, de 250,069 km/h, est largement inférieure à celle de Kobayashi aujourd'hui. Bref, il faut vraiment le noter, c'est aussi phénoménal qu'historique !

Le fait du jour : des qualifications perturbées par les crashes

S'il ne faut en aucun cas minimiser la performance du Nippon, il y a tout de même une "circonstance atténuante". Près de 17 minutes après le début de la deuxième session d'essais qualificatifs, le Français Erik Maris du Team Eurasia Motorsport (Ligier JSP217 n°33, LM P2) est brutalement sorti de piste, percutant alors une série de barrières après la première chicane des Hunaudières. Un premier crash lourd de conséquences puisque les qualifs seront interrompues près de 50 minutes ! La course reprend alors à 20h08 et c'est Kamui Kobayashi, au volant de sa Toyota n°7, qui s'élance face à un circuit désert de concurrents. Au final, il n'aura doublé "que" deux autres voitures. Une autre raison qui explique aussi le temps monstrueux qu'il a réalisé durant ce tour.

Pendant ce temps-là, des crashes, il y en a eu quelques autres dans la journée et même jusqu'au bout de la nuit puisque la Ligier JSP 217 n°34 est également sortie de piste, histoire d'aller glisser sur les graviers. Tout comme la n°23 du Team Panis Barthez Competition, qui est aussi allé dans le décor. Donc, du grabuge certes, mais sans gravité.

Le chiffre du jour : 60

Voilà clairement la journée des "Historique !". Plus sérieusement, une autre marque unique en son genre dans les 24h du Mans a été réalisée aujourd'hui : sur les 60 voitures engagées, aucune n'a été enregistrée au delà des 4 minutes le tour ! Une donnée aussi folle qu'historique, et qui met également en avant les technologies de plus en plus sophistiquées des bolides présents sur la célèbre épreuve sarthoise.