Michael Phelps et Ian Thorpe
Michael Phelps félicité par Ian Thorpe, qu'il vient de battre sur 200m 4 nages à Barcelone en 2003 | AFP - DAMIEN MEYER

2003, des Mondiaux en forme de passation de pouvoir

Publié le , modifié le

Voici dix ans, Barcelone accueillait pour la première fois de son Histoire les championnats du monde de natation. A l’époque, le sprint masculin était incarné par Alexander Popov, l’Australie brillait avec Ian Thorpe, Pieter van den Hoogenband rêvait de confirmer ses deux titres olympiques de Sydney, Inge de Bruijn et Hannah Stockbauer étaient impressionnantes chez les femmes. Cette année là, de nouvelles têtes sont apparues, et ont pris le pouvoir, à l’image de Michael Phelps, de Kosuke Kitajima, d’Aaaron Peirsol ou de Leisel Jones.

En 2003, un an avant les Jeux Olympiques d’Athènes, toute une génération de la natation mondiale comptait bien conserver son avance sur la concurrence. A 32 ans, Alexander Popov avait annoncé quelques mois avant son intention de mettre un terme à sa carrière après les prochains Jeux. Il avait alors quatre titres olympiques, trois mondiaux, et 8 médailles d’argent (4 aux JO, 4 aux Mondiaux). A 29 ans, Inge de Bruijn était la reine de Sydney (victoire sur 50 et 100m nage libre, et sur 100m papillon), avait raflé trois titres mondiaux à Fukuoka deux ans avant. Et Ian Thorpe n’avait que 20 ans, mais il venait juste de rafler six médailles d’or aux Mondiaux de Fukuoka, avec trois records du monde à la clé sur 200, 400 et 800m nage libre.

Popov et Thorpe encore en p​atrons

Mais tous ces monstres ont vu des ombres arriver à Barcelone. En fait, la Catalogne a représenté leur dernier instant en pleine lumière. Popov a repris ses deux titres sur 50 et 100m nage libre, Ian Thorpe a conservé ceux sur 200 et 400m, Grant Hackett ceux sur 800 et 1500m, Inge de Bruijn celui sur 50m libre, et Hannah Stockbauer ceux du 400, du 800 et du 1500m. Mais à leur côtés, de nouveaux noms sont apparus. Sur les 14 records du monde battus à cette occasion, dix sont l’œuvre de Kosuke Kitajima (100 et 200m brasse), Michael Phelps (5 en individuel), Leisel Jones (record sur 100m brasse), Ian Crocker (100m papillon et relais 4x100 4 nages avec Aaron Peirsol, Brendan Hansen et Jason Lezak).

Chez les hommes, Aaron Peirsol, titré à Fukuoka sur 100 dos, a apporté sa nouvelle technique sur pour rafler l’or sur 100 et 200m. Le Californien enchaînera ensuite cinq sacres olympiques en 2004 et 2008, plus six médailles d’or mondiales entre 2005 et 2009, devenant LA référence de la discipline.

Phelps domine Thorpe

L’autre star portait le nom de Michael Phelps, et n’avait que 18 ans. Champion du monde du 200m papillon en 2001, il l’est resté, malgré la concurrence de son compatriote Ian Crocker qui lui a barré le chemin sur 100 papillon. Et il a conquis ceux du 200 et du 400 4 nages, damnant le pion à Ian Thorpe sur la plus petite distance. Jusqu’aux JO de Londres, l’an dernier, le kid de Baltimore a réalisé une collection inégalable de titres, pour prendre sa retraite, à seulement 28 ans, avec 18 médailles d’or olympiques (dont le record de 8 seulement à Pékin) et un total de 22 breloques des JO (record), 26 sacres aux Mondiaux (pour un total de 33 médailles). Le monstre a pris son essor à Barcelone.

Kosuke Kitajima a lui-aussi joué un rôle déterminant de l’évolution de sa discipline : la brasse. Alors âgé de 20 ans, il est arrivé en Espagne avec une médaille de bronze à Fukuoka sur 200m, une 4e place sur 100m comme lors des JO de Sydney. A Barcelone, le Japonais fait sauter la banque, devenant double champion du monde du 100 et du 200 brasse, avec record du monde à la clé. A Athènes et à Pékin, il est le maître sur ces deux distances. Une technique tout en fluidité qui a fait des émules depuis.

Nation-phare de la natation, l’Australie n’était pas en reste, avec la montée en puissance de Leisel Jones. En argent aux JO de Sydney comme aux Mondiaux de Fukuoka en 2001 sur 100m brasse, elle prend le bronze sur cette distance et l’argent sur 200m brasse. C’est ici qu’elle y a bâti sa suprématie en 2005 et 2007 (or sur 100 et 200).