Bruguera, Roland Garros, 1993
Sergi Bruguera | AFP

1993, Bruguera le matador

Publié le , modifié le

Dans notre série "joueurs de légende" à Roland-Garros, aujourd'hui : Sergi Bruguera (1993)... Le sacre de Sergi Bruguera marque le retour en force du tennis espagnol sur la terre battue parisienne.

Qui peut battre Jim Courier ? A l'entame de l'édition 1993 de Roland-Garros, l'interrogation brûle les lèvres de tous les spécialistes. Il faut avouer qu'avec ses deux succès successifs Porte d'Auteuil, « Battling Jim » recueille la quasi-totalité des pronostics lorsqu'il s'agît de parier sur le vainqueur final.

Son parcours sérieux confirme cette impression. Après une mise en jambes tranquille, le Floridien mate le coriace Thomas Muster (6-3 2-6 6-4 6-2) en huitièmes de finale, le Croate Goran Prpic en quarts (6-1 4-6 6-0 7-5) et le grand Richard Krajicek (6-1 6-7 7-5 6-2) en demi-finale.

Courrier ultra favori

En finale, il part favori contre Sergi Bruguera, dont c'est la première apparition à ce niveau. Personne n'envisage que Jim Courier puisse flancher. Pourtant, le Catalan s'est montré expéditif lors de ces rencontres face à Fernando Meligeni (6-3 6-1 7-5), Pete Sampras (6-3 4-6 6-1 6-4) puis Andrei Medvedev, laminé en 3 manches (6-0 6-4 6-2) en demi-finale.

Du reste, Bruguera insinue d'emblée le doute dans l'esprit de son adversaire. Tenant favorablement l'échange, il rend coup pour coup à Courier et un break lui permet d'enlever le premier set 6-4. Le double tenant du titre réagit vivement dans la deuxième manche (6-2) mais la réplique de Bruguera s'avère aussi cinglante (6-2). L'Américain, numéro 1 mondial, se retrouve en bien mauvaise posture. Il n'a plus le droit à l'erreur s'il veut réaliser la passe de trois, exploit que seul l'immense Bjorn Borg a réussi de manière consécutive.

Il se ressaisit une nouvelle fois pour mettre une pression phénoménale sur l'Espagnol. Prenant possession du court, décochant des parpaings en coup droit et manoeuvrant un Bruguera semblant donner des signes d'essoufflement. La lutte est âpre, rude et terriblement belle.

Bruguera, titan catalan

Les deux gladiateurs se livrent un combat de titans fantastique. Le dernier set coïncide avec la défaillance de Courier, considéré au début de la rencontre comme le plus fort sur le plan mental. Alors qu'il vient de s'emparer du service du Catalan et qu'il s'imagine avoir fait un pas décisif vers le titre, Jimbo cale au moment de porter l'assaut final.

Bruguera refuse d'abdiquer et recolle au score (3-3) avant de porter le coup fatal. Un Espagnol a gagné Roland.


 

Grégory Jouin @GregoryJouin