1976, Forza Panatta

1976, Forza Panatta

Publié le , modifié le

Dans notre série "joueurs de légende" à Roland-Garros, aujourd'hui : Adrianno Panatta (1976). Adriano Panatta est le seul joueur à avoir vaincu Bjorn Borg sur la terre battue parisienne.

 

Tenant du titre et double vainqueur des Internationaux de France, Bjorn Borg n'a pas encore le palmarès qui en fera l'un des joueurs du siècle. Il possède cependant un charisme extraordinaire et contribue en cette époque dorée du milieu des années 70 à faire rentrer le tennis dans une nouvelle ère. En 1976, un Italien se dresse sur sa route. Sport considéré comme confidentiel et élitiste avant son apparition, la petite balle jaune va prendre son essor grâce à l'homme au bandeau. Lorsque l'édition 1976 de Roland Garros démarre, peu pour ne pas dire aucun observateur ne pronostique un succès du blond Scandinave. Victorieux en 1974, à 18 ans, de son premier « French » face à Manuel Orantès (contre qui il remonta le handicap de deux sets), Borg a confirmé en 1975 en écrasant tous ses adversaires. Tous sauf un ! Adriano Panatta lui a ravi un set en demi-finale et l'a fait souffrir plus que quiconque.

Panatta y croit

Déjà vainqueur de Borg en huitièmes de finale en 1973, au temps où le Suédois n'était pas encore devenu « Ice Borg », l'Italien se sent et se sait capable de rééditer son exploit malgré l'envergure prise par son rival et le peu de confiance affiché par des journalistes qui n'ont d'yeux que pour l'extraterrestre aux allures d'ange. Le rendez-vous se situe au niveau des quarts de finale. Au tour précédent, le brun aux cheveux longs a éliminé le Yougoslave Zeljko Franulovic en quatre manches (6-2 6-2 6-7 6-3). Bjorn Borg a lui dû puiser dans ses réserves pour vaincre un François Jauffret magnifique de résistance (6-4 6-2 3-6 4-6 10-8). Le Scandinave aborde donc cette rencontre piège sans être à 100% de ses moyens. C'est peut-être ce qui va permettre à Panatta de réaliser l'exploit.

Borg fatigué par Jauffret

Attaquant sans cesse le fort suédois, le fantastique et intrépide volleyeur incarné par le ténébreux latin s'adjuge les deux premier sets (6-3 6-3) sans avoir laissé son adversaire rentrer dans la partie. Fidèle à sa légende, le grand blond au regard profond se retrousse les manches et comble la moitié de son handicap. Mais, après le gain aisé du troisième acte (6-2), Borg doit compter avec la fougue de Panatta qui serre le jeu, sachant bien que décider le sort du match dans un ultime set lui serait, vu le sang-froid du Suédois, sans doute fatal. L'Italien bondissant exerce une pression énorme sur les retours de Borg qui doit finalement lâcher prise dans le tie-break (qu'on n'appelait pas encore jeu décisif). Panatta remporte une victoire méritée (6-3 6-3 2-6 7-6) qui en fait le nouveau favori du tournoi.

Un statut qu'il confirmera en demi-finale contre Dibbs (6-3 6-2 6-4) puis en finale contre le coriace Harold Solomon (6-1 6-4 4-6 7-6). Mais, plus que ce grand titre glané par ce latin lover, les gens retiendront d'Adriano Panatta cette statistique : il restera le seul joueur à avoir dominé le grand Bjorn Borg à Roland-Garros. Et ceci à deux reprises. Ceci méritait bien un hommage appuyé.

Grégory Jouin @GregoryJouin