Miguel Indurain
Le coureur espagnol Miguel Indurain, quintuple vainqueur de la Grande Boucle | AFP - PATRICK KOVARIK

100 coureurs pour le 100e Tour (5/10)

Publié le , modifié le

Le Tour de France 2013 sera le 100e de l'histoire, 110 après le premier. Pour célébrer cet évènement, nous avons dressé une liste de 100 coureurs qui ont laissé une trace sur la Grande Boucle. Dix nouveaux coureurs aujourd'hui, de Charly Gaul à Jan Janssen en passant par Miguel Indurain.

Gaul Charly (Luxembourg)

 

Le cycliste luxembourgeois Charly Gaul, un grimpeur vainqueur du Tour en 1958
Le cycliste luxembourgeois Charly Gaul, un grimpeur vainqueur du Tour en 1958

Le grimpeur luxembourgeois a marqué les étapes de montagne du Tour de France dans les années 50. Surnommé l'Ange des montagnes pour sa faculté à avaler la pente et créer des écarts importants, particulièrement par (très) mauvais temps, il a terminé deux fois meilleur grimpeur de la Grande Boucle (1955 et 1956) avant de toucher le Graal en 1958 au cours duquel il remporta quatre étapes dont trois contre-la-montre. Charly Gaul s'est éteint en 2005.

Gimondi Felice (Italie)

Vivre dans l'ombre du "cannibale" Merckxx n'était pas évident. Felice Gimondi l'apprendra à ses dépends. Heureusement pour l'Italien, il a débuté sa carrière avant le Belge et dès sa première année (1965), il a créé la surprise sur la Grande Boucle : 3 victoires d'étape et une victoire finale devant le favori de l'époque, Raymond Poulidor. Excellent en contre-la-montre et vainqueurs de 7 étapes sur les routes du TDF, il terminera les années suivantes à des places d'honneur (7e en 67, 4e en 69, 2e en 72 et 5e en 75).

Godefroot Walter (Pays-Bas)

Avant d'être directeur sportif chez T-Mobile ou Astana et de sillonner en voiture les routes du Tour, Walter Godefroot les a arpentées à vélo. Dans les années 70, il fait partie de la vague belge qui déboule et remporte tout. Sur la Grande Boucle, le "bouledogue flamand" lèvera 10 fois les bras à l'arrivée d'une étape (7 participations). Sa plus belle? Sûrement la dernière sur les Champs-Elysées pour son ultime Grande Boucle en 1975.

Herrera Lucho (Colombien)

Lucho Herrera est le premier Colombien à avoir marqué l’histoire du Tour en remportant à deux reprises à Paris le maillot du meilleur grimpeur. Même s’il n’a jamais triomphé, il a terminé à trois reprises dans les 10 premiers (7e en 1985, 5e en1987 et 6e en1988). Son histoire avec le Tour a débuté en 1984, l’année où il devient le premier Colombien à remporter une étape sur les mythiques lacets de l’Alpe d’Huez. Il en remportera deux autres en 1985 à Morzine-Avoriaz et Saint-Etienne.

Heulot Stéphane (France)

Son fait d’armes sur les routes du Tour, Stéphane Heulot l’a réalisé en 1996 lorsqu’il a porté durant 3 jours le maillot jaune après sa quatrième place à Lac de Madines. Cette année-là, il abandonne le maillot jaune sur les épaules durant la 7e étape handicapé par une tendinite. Les trois années suivantes, il termine dans le Top 20 de la Grande Boucle (20e en 1997, 13e en 1998, 14e en 1999).

Hinault Bernard (France)

Vainqueur du Tour lors de sa première participation en 1978, Bernard Hinault a parfaitement occupé le fauteuil de patron du peloton après la retraite d'Eddy Merckx et la méforme de Bernard Thévenet dès ses débuts sur la grande boucle. S'en suivront 4 autres triomphes, 28 victoires d'étape, dont de nombreux contre-la-montre, sa spécialité. A l'aise sur tous les terrains, "le Blaireau" aurait pu être le premier à en remporter un sixième, mais son coéquipier chez La Vie Claire, l'Américain Greg LeMond l'a devancé.

Hushovd Thor (Norvège)

En 11 participations sur le Tour de France, Thor Hushovd a remporté 10 étapes dont deux en 2011 lors de sa dernière participation. Le Norvégien a également porté pendant 10 jours le maillot jaune dont 7 en 2011. Cette année-là, il termine 68e de la Grande Boucle, son meilleur classement. Ce sprinteur a remporté à deux reprises le maillot vert (2005 et 2009).

Indurain Miguel (Espagnol)

Le grand espagnol (1m88) est le premier coureur à avoir remporté cinq Tours de France consécutivement (de 1991 à 1995). Sa domination dans les contre-la-montre, où il prenait un maximum d'avance sur ses adversaires, lui permettait de gérer en montagne où il rarement été menacé durant son règne. Malgré un faible nombre de victoires sur le Tour (12), il est derrière Merckx, Armstrong et Hinault celui qui a porté le plus longtemps le maillot jaune (60 jours).

Jalabert Laurent (France)

 

Le coureur français Laurent Jalabert, deux fois vainqueur du maillot du meilleur grimpeur
Le coureur français Laurent Jalabert, deux fois vainqueur du maillot du meilleur grimpeur

D’abord sprinteur (maillot vert en 1992 et 1995) sous le maillot espagnol de la ONCE, Laurent Jalabert a fait évoluer sa manière de courir au point de terminer meilleur grimpeur (2001 et 2002). Sa chute à Armentières (1994) l’a obligé à changer. Après cela, Jalabert est devenu un coureur complet au point de tutoyer le podium en 1995 (4e). Vainqueur de 4 étapes en 10 participations, dont son chef-d’œuvre à Mende où il a bien failli chiper le maillot jaune à Indurain (1995), Jalabert a fini par se faire une place dans le cœur des Français à force de panache et d’échappées.

Janssen Jan (Pays-Bas) 

Après avoir flirté avec la victoire finale en 1966 (2e) et 1967 (5e), Jan Janssen a remporté le seul et unique Tour de France de sa carrière en 1968. Il a ravi le maillot jaune au Belge Herman Van Springel lors de l’ultime étape, un contre-la-montre, pour 38 secondes. Il n’a porté le maillot jaune que deux jours : en 1966 et le dernier jour, celui qui compte, en 1968. Janssen a également remporté 7 victoires d’étapes en 8 participations.