Laurent Fignon
Laurent Fignon | STAFF / AFP

100 coureurs pour le 100e Tour (4/10)

Publié le , modifié le

Le Tour de France 2013 sera le 100e de l’histoire, 110 ans après le premier. Pour célébrer cet anniversaire, nous avons dressé une liste de 100 coureurs qui ont laissé une trace sur la Grande Boucle. Dix nouveaux coureurs aujourd'hui, de Darrigade à Garrin en passant par Fignon.

André Darrigade (France)

Peut-être le plus grand sprinteur français de tous les temps. "Le lévrier des Landes" a remporté 22 victoires d'étapes sur la Grande Boucle, ce qui en fait l'égal de Lance Armstrong. Seuls Merckxx, Hinault, Leducq et Cavendish ont fait mieux. Maillot Vert en 59 et 61, Darrigade a pourtant été marqué par un drame qui l'a poursuivi toute sa carrière : lors du sprint final du Tour 1958 au Parc des Princes, il heurte le jardinier du stade qui succombera à ses blessures quelques jours plus tard. 

Pedro Delgado (Espagne)

 

Pedro Delgado
Pedro Delgado

Pedro Delgado et sa façon inimitable de prononcer "lé mayo yaune". Pedro Delgado et sa bonne humeur. Pedro Delgado et sa légendaire étourderie, peut-être la plus célèbre de l'histoire du Tour lorsqu'en 1989, il se présente avec 2'40 de retard sur le ponton de départ du prologue... Sans cet oubli, l'Espagnol, tenant du titre, aurait certainement disputé jusqu'au bout la victoire finale au duo Lemond-Fignon. Battu de 40 secondes par Stephen Roche en 1987, l'Espagnol, grimpeur aux accélérations fulgurantes et bon rouleur, possédait sans doute le potentiel pour gagner plusieurs tours. Mais l'avènement d'un certain Miguel Indurain le reléguera quelque peu dans l'ombre. Sans qu'il ne se départisse de son éternel sourire. 

Raffaele Di Paco (Italie)

Ce spécialiste des courses par étapes, qui s'illustrera notamment sur la Grande Boucle en remportant 11 succès, est surtout connu pour être à l'origine d'une image devenue classique sur les routes du Tour car ce sont ses supporter italiens qui, les premiers, ont eu l'idée de peindre le nom de leur coureur favori sur l'asphalte. Une pratique désormais coutumière sur tous les tracés de France et de Navarre.

Jacky Durand (France)

Vainqueur de trois étapes sur le Tour, Jacky Durand est avant tout connu pour son formidable esprit offensif. Grand spécialiste de l'échappée au long cours, le Mayennais a obtenu deux fois le Prix de la combativité lors des éditions 1998 et 1999. Cette année-là, le baroudeur prend également un malin plaisir à terminer lanterne rouge du Tour. Equipier exemplaire, apprécié par le peloton aussi bien que par le public, Jacky Durand incarne l'exemple du cyclisme populaire.

Cadel Evans (Australie)

Ce n'est pas le vainqueur le plus doué de l'histoire du Tour mais, en 2011, cet ancien champion de VTT, se montre plus malin que les frères Schleck et Alberto Contador pour devenir le premier Australien à s'imposer. Tout sauf un hasard pour ce ce coureur fin stratège et expérimenté. Déjà deux fois deuxième du Tour en 2007 et 2008, Evans devient, deux ans plus tard, le troisième plus vieux vainqueur de l'Histoire (derrière Firmin Lambot en 1922 et Gino Bartali en 1948) à l'âge de 34 ans, 5 mois et 10 jours.

François Faber (Luxembourg)

"Le géant de Colombes" a marqué l'histoire du Tour à plus d'un titre. A ce jour, Faber est en effet le seul coureur à avoir remporté cinq victoires d'étapes de suite lors d'une même épreuve en 1909. Cette razzia, à laquelle il rajoutera même un sixième succès par la suite, lui permis de remporter la victoire finale. Au total, le Luxembourgeois lèvera 19 fois les bras sur la ligne d'arrivée. Un palmarès qui aurait pu encore plus s'étoffer sans la première guerre mondiale. Appelé sous les drapeaux, il est tué en voulant sauver un de ses compatriotes dans les tranchées le 19 mai 1915. Le matin de sa mort, Faber reçoit une lettre l’informant de la naissance de sa fille.

Pierrick Fédrigo (France)

 

Pierrick Fedrigo
Pierrick Fedrigo

Comme pour Durand, ce n'est pas le palmarès de Fédrigo qui marque le plus l'épopée du Tour même si ce "puncheur" y a déjà signé quatre victoires d'étapes. Non, Fédrigo, c'est d'abord un panache, un style, une façon de courir qui force le respect. Equipier modèle, celui qui fut Champion de France en 2005 n'a jamais fait du classement général une priorité (son meilleur classement : une 29e place en 9 participations) mais son abattage est tel qu'il a lui aussi sa place parmi les noms qui ont fait l'histoire. 

Laurent Fignon (France)

Certaines défaites sont plus grandes encore que les victoires. Pour beaucoup, l'image qui restera de Laurent Fignon est éternellement associée à celle de Greg Lemond, incrédule de joie sur la ligne d'arrivée des Champs-Elysées quand l'Américain s'apperçoit qu'il vient de gagner le Tour de France 1989 pour huit petites secondes d'avance sur Laurent Fignon. Battu dans le contre-la-montre final, le Français sortira pourtant grandi de cette incroyable passe d'armes. Parfois jugé hautain, celui que l'on a surnommé "l'intellectuel" apparaît soudainement terriblement humain dans la défaite. Pour huit secondes donc, le Parisien ne remportera pas un troisième Tour de France après des débuts éclatants et ses deux succès en 1983 et 1984, année où il domine Bernard Hinault de toute sa classe. La fin de la carrière de Laurent Fignon sera malheureusement marquée par de nombreuses blessures qui l'empêcheront d'exploiter un incroyable potentiel allié à une science de la course peu commune. Mais ces blessures ne sont rien en comparaison à la terrible maladie qu'il va devoir combattre. Le 14 juin 2009, il annonce qu'il souffre d'un cancer avancé des voies digestives. En dépit d'un santé déclinante, il poursuivra ses activités de commentateur pour France Télévisions sur le Tour de France où son courage face à la maladie, mais aussi son franc-parler et son sens de l'humour, lui vaudront l'amour du public. Laurent Fignon s'est éteint le 31 août 2010 à l'âge de 50 ans. 

Vidéo: Portrait de Laurent Fignon

Voir la video-->Voir la video
 

Nicolas Frantz (Luxembourg)

Double vainqueur du Tour de France en 1927 et 1928, le Luxembourgeois a réussi un exploit quasi-unique lors de son deuxième sacre. Nicolas Frantz est en effet l'un des trois seuls coureurs à avoir remporté le Tour en étant leader du début à la fin de l'épreuve ! Une performance qui semble impossible à reproduire de nos jours. 

Maurice Garin (France)

Alors que le Tour fête son centième anniversaire, il faudra se souvenir de Maurice Garin. Cet Italien naturalisé français a une place à part dans la légende du Tour puisque Garin est en effet le vainqueur du premier Tour de France en 1903. Celui qui fut surnommé "le petit ramoneur" en raison de son frêle gabarit a laissé une empreinte de géant. 

Julien Lamotte