Vous êtes ici

Les Tricolores toujours invaincus en Ligue mondiale

L'équipe de France de volley

L'équipe de France de volley | @FFvolleyball

Par

Publié le 11/06/2017 | 21:19, mis à jour le 11/06/2017 | 21:53

L'équipe de France de volley-ball reste toujours invaincue après son succès sur les États-Unis 3 sets à 1 (25-20, 8-25, 25-22, 25-21) lors de la 6e journée de la Ligue mondiale, dimanche soir, à Pau. Après avoir dominé les Russes, puis les Italiens, le Team Yavbou compte 18 points sur 18 possibles. Pourtant toujours privés de leur vedette Earvin Ngapeth (blessé aux abdominaux), les hommes de Laurent Tillie ont eu raison d'une équipe qui avait elle-même battu l'Italie et la Russie.

Qualifiés pour le Final Six

Alors qu'il reste encore trois journées à disputer la semaine prochaine en Belgique, les hommes de Laurent Tillie ne peuvent plus être rattrapés par le 7e au classement et sont donc d'ores et déjà qualifiés pour la phase finale de la Ligue mondiale qu'ils ont remportée en 2015 et terminée 3e l'an dernier. Lors de ce week-end palois, les Bleus ont montré leur capacité à battre les plus grandes équipes: la Russie, 5e mondiale, l'Italie, 2e des derniers Jeux olympiques et enfin les États-Unis, 3e à Rio, à chaque fois sur le score de 3 sets à 1.

Les Américains, en progression avec un groupe largement remanié et rajeuni, ont donné du fil à retordre aux tricolores, notamment au niveau du défi physique. Si la France a remporté le premier set (25-20), elle a subi lors du deuxième (18-25) avant de relever la tête, comme souvent, en élevant son niveau de jeu pour parer les assauts de Patch et de Sander. 

Malgré la résistance de Team USA, les Bleus ont fait preuve de sérénité et, aidés par les entrées efficaces de Thibault Rossard et Barthélemy Chinenzeye, ont plié le match en 4 sets. Après l'étape belge la semaine prochaine qui conclura la phase de poules avec la Belgique, l'Italie et le Canada au programme et le retour prévu de Ngapeth, la France sera attendue du 4 au 8 juillet à Curitiba lors d'un Final Six où elle fera forcément office de favori avec l'organisateur brésilien.

Sur le même sujet

Roland-Garros : A suivre en direct