Vous êtes ici

L'équipe de France lamine la Belgique en Ligue Mondiale

L'attaquant-réceptionneur de l'équipe de France, Earvin Ngapeth

L'attaquant-réceptionneur de l'équipe de France, Earvin Ngapeth | AFP - NIKOLAY DOYCHINOV

Par

Publié le 18/06/2017 | 17:30, mis à jour le 18/06/2017 | 18:10

Dans leur dernier match de la 1re phase de la Ligue mondiale, les volleyeurs français n'ont fait qu'une bouchée de la Belgique, à Anvers 3-0 (25-21, 25-16, 25-16). Déjà qualifiés pour la pahse suivante, les hommes de Laurent Tillie ont poursuivi leur bonne entame de compétition, eux qui n'ont perdu qu'un seul match, contre l'Italie. Cerise sur le gâteau, à deux semaines du "Final Six", les Bleus ont enregistré le retour de leur star Earvin Ngapeth, gêné par une blessure aux abdominaux depuis fin mai.

Avec 18 points, Thibault Rossard a fini meilleur marqueur de la rencontre, devant son coéquipier Stephen Boyer, 14 points au lendemain des 25 inscrits face au Canada lors d'une victoire similaire (3-0). Il faut dire que le (3-0) a été un score habituel pour les adversaires des Bleus (Bulgarie, Argentine, Canada, Belgique), à égalité avec le (3-1) comme face aux USA, l'Italie, la Russie (2 fois). A Anvers, Tillie a pu faire tourner son effectif, amputé de deux cadres blessés, Nicolas Le Goff et Kévin Le Roux. Contre les "Red Dragons" belges, il n'a pas fait jouer Jenia Grebennikov ni Trevor Clevenot.

Avec cette nouvelle équipe reconstruite à base de jeunes joueurs, Laurent Tillie a donc franchi de belle manière ce premier obstacle. Premier de son groupe, une seule défaite au compteur (3-2 contre l'Italie), le tableau de marche est respecté. L'équipe de France se trouve maintenant qualifié pour le Final Six. A Curitiba, au Brésil, du 4 au 8 juillet, les hommes du sélectionneur Laurent Tillie auront l'occasion de remporter leur deuxième Ligue mondiale après 2015. Ils feront partie des favoris, en vertu de leur première place des qualifications. Avec 25 points sur 27 possibles, la France a signé un quasi sans-faute (8 victoires pour une défaite), et amélioré son bilan de l'édition précédente (6 victoires pour 3 défaites), qu'elle avait conclue à la 3e place. Elle a également été la première nation à se qualifier sur le terrain pour la phase finale - le Brésil l'étant déjà en tant que pays hôte - dès le deuxième tournoi du premier tour. La Serbie, tenante du titre et son dauphin au classement, l'a suivie vendredi en battant l'Argentine à Cordoba.

Et en plus, Earvin Ngapeth a rejoué, lui qui était touché aux abdominaux depuis le début de la compétition. Avec le retour de son leader, et cette confiance accumulée lors de cette 1re phase, la France peut voir loin.

Sur le même sujet