Tour de france: Fabio Aru "personne n'est sûr de rien"

Tour de france: Fabio Aru "personne n'est sûr de rien"

L'Italien Fabio Aru (Astana), deuxième du classement du Tour de France, a affirmé lundi, lors d'une conférence de presse pendeant le jour de repos, qu'il s'attendait en troisième semaine à beaucoup de "spectacle" car "personne, même Froome, n'est sûr du podium ou de la victoire".

A quoi vous attendez-vous lors de cette troisième semaine ?
Fabio Aru: "Je ne dirais pas que les deux premières ont été faciles, loin de là, car il y a eu beaucoup de chutes, d'étapes très dures, de stress. Mais lors de la dernière semaine, après 15 étapes, il s'agira de voir qui a le mieux récupéré. On a déjà vu dimanche Bardet et les AG2R essayer de faire casser le groupe, donc c'est sûr que dans les deux étapes de montagne, quelqu'un va tenter quelque chose. Ce sera une semaine dure, je pense qu'il y aura beaucoup d'attaques et de spectacle car, à part Froome, on est sur le même plan en vue du contre-la-montre. Donc, Bardet et Uran voudront tenter de gagner du temps sur Froome ou sur moi."

Pensez-vous qu'il vous faudra travailler avec Bardet et Uran contre Froome alors que vous avez perdu des coéquipiers?
Fabio Aru: "On ne peut pas savoir avant de se trouver dans cette situation. On verra comment se passera la course. Pour moi, il faut inventer sur le vélo. On a beau faire toutes les tactiques possibles, c'est dans la course que tu vois si tu as les jambes ou pas. Après, c'est sûr que notre équipe a passé des mois difficiles et a perdu des éléments importants dans ce Tour, Ce sont des choses qui arrivent mais nous sommes encore sept et à sept, on donnera le maximum pour arriver à Paris dans la meilleure des positions."

Risqueriez-vous de perdre le podium pour tenter de gagner le Tour ?
Fabio Aru:  "Actuellement, je pense que le classement général est tellement serré qu'aucun d'entre nous, y compris Froome lui-même, n'est sûr de la victoire ou du podium. On est trop proches, on l'a vu quand j'ai pris le maillot et quand je l'ai perdu. C'est ce qui est beau dans ce Tour et qui le rend ouvert jusqu'à la fin. Après, Froome ayant déjà gagné trois Tours, il a l'expérience pour pouvoir gagner aussi celui-là. Il est en tête du classement, il est meilleur en contre-la-montre, il a donc une position plus avantageuse avec une équipe très forte. Mais Bardet a fait deuxième l'année dernière et, vu comment il attaque pour surprendre le groupe, il est très dangereux. Tout comme Uran qui a fait deux podiums au Giro. Il faudra voir l'arrivée au sommet de jeudi et l'étape du Galibier mercredi, où on va atteindre des altitudes qu'on a pas encore atteintes dans ce Tour. Je pense que personne ne peut savoir comment cela se passera. De mon côté, ma façon de courir est connue, je ne me suis jamais privé d'essayer, donc c'est sûr que si les jambes me le permettent, j'essaierai."

Christian Grégoire

Publié le , modifié le