Tour de France 2017 : Romain Bardet a fait le show sur ses terres

Tour de France 2017 : Romain Bardet a fait le show sur ses terres

Sur des routes qu’il connaissait par coeur, Romain Bardet a mis à mal Chris Froome pendant quelques kilomètres.

« Bienvenue en enfer ! » Habituellement, on retrouve cette banderole du côté de Saint-Etienne à l’intention des Lyonnais dans le derby de Ligue 1 qui enflamme la région. Cette fois, c’était à destination de Chris Froome et des Sky, piégé dans la descente vers les gorges de l’Allier. Un coup de force des AG2R-La Mondiale à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée, non loin de Brioude où naquit leur leader Romain Bardet. Victime d’un bris de rayon sur sa roue arrière au moment de l’accélération, le maillot jaune perdait environ 45 secondes dans l’affaire. Dépanné par son coéquipier Kwiatkowski, il se retrouvait contraint de cravacher pour revoir les autres favoris. « Le plan était de mettre à profit des routes que je connaissais bien pour mettre en difficulté mes concurrents directs », a expliqué Romain Bardet, toujours 3e du classement général.

VIDEO : Les AG2R-La Mondiale emballe la course

Un gros chantier

Avec les Cannondale d'Uran, les AG2R ont fait un sacré chantier pendant une dizaine de kilomètres. Pour éteindre le feu, les Sky sacrifiait Nieve pour ramener le Britannique puis Landa qui se décrochait finalement pour combler les dernières secondes. « Le terrain n’était pas propice aux grandes offensives. Il a fallu nous mettre vraiment à fond dans le col. La douleur est là mais on se fait plaisir, reprend Bardet qui a longuement salué ses guérilleros. On s’est donné à 100 %. » Il aurait fallu que le groupe Bardet-Aru-Uran bascule avec quelques secondes d'avance au sommet du col de Payra Taillade pour faire basculer ce Tour à suspense.

Une grande émotion

L’initiative n’a pas payé mais Bardet a offert un beau spectacle à ses fans. « C’est le comble de l’émotion pour moi d’ouvrir la route avec mes huit coéquipiers autour de moi et d’essayer de faire basculer le Tour. On travaille pour ça. On essaye de cacher notre jeu et de tenter une guerre. » Une occasion est passée et il faudra attendre la 3e semaine pour faire basculer le Tour. Tout se jouera dans les Alpes où Bardet refuse de faire des pronostics. « Il faut rester humble face à l’évènement et on fera les comptes à la fin. On aura la réponse dans une semaine. »

Publié le , modifié le