Les poloïstes français fêtent mal leurs retrouvailles avec les Mondiaux

Publié le , modifié le

Après avoir renoué en 2016 à Rio avec les Jeux Olympiques 24 ans après sa dernière participation, l'équipe de France masculine de water-polo a mal débuté les championnats du monde 2017, à Budapest. 26 ans après leur dernière venue dans la compétition planétaire, les coéquipiers de Mehdi Marzouki ont sombré dans le 3e quart-temps (18-9) contre les Italiens, médailles de bronze aux JO l'an dernier pendant que les Bleus finissaient 11e.

C'était la belle histoire de 2016. Au terme d'un parcours du combattant incertain, après un tournoi de qualification olympique de tous les dangers, l'équipe de France avait validé son billet pour Rio. Cela faisait 24 ans que les Bleus n'avaient pas joué ce tournoi olympique. Mais à l'arrivée, face à des formations habituées à ces joutes d'un très haut niveau, la France n'a ramené qu'un seul succès en cinq matches. Certes, la victoire était prestigieuse contre les champions olympiques croates (9-8), mais il s'agissait du dernier match de la compétition. Dans le bassin du parc olympique de Rio, les poloistes français ont souvent combattu vaillamment, mais sans se montrer réalistes devant le but. Le discours musclé de l'entraîneur Florian Bruzzo avant leur entrée en lice avait fait le tour de la toile. 

A Budapest, le crâne lisse du bouillant technicien n'est plus là. A sa place, c'est le Croate Hrvoje Hrestak. En revanche, le capitaine Alexandre Camarasa, qui avait vécu blessé l'aventure olympique, est toujours là. L'Italie, qu'il redoutait, a frappé. Même si les Bleus sont restés dans le match jusqu'à la mi-temps (8-9), ils ont ensuite explosé pour s'incliner dans les grandes largeurs. "Quand vous vous exposez à autant de contre-attaques, c’est très compliqué et nous devons absolument corriger cela. L’Italie est une excellente équipe et on ne doit pas leur laisser autant d’occasions de contre-attaquer", a déclaré le sélectionneur. Prochain match contre l'Australie.