Vous êtes ici

Cori Gauff, le nouveau phénomène du tennis américain

Cori Gauff

Cori Gauff | AFP

Par

Publié le 11/09/2017 | 11:49, mis à jour le 11/09/2017 | 11:51

A 13 ans, Cori Gauff se retrouvait dimanche en finale de l’US Open Juniors. Après avoir sauvé neuf balles de match, la prodige s’est finalement inclinée face à sa compatriote américaine, Amanda Anisimova (6-0, 6-2), de trois ans son aînée. Mais depuis Martina Hingis, le tennis mondial n’avait plus connu un tel phénomène.

Non, vraiment, le tennis féminin américain n’a pas de souci à se faire. Avec quatre joueuses US (Venus Williams, Coco Vandeweghe, Madison Keys et Sloane Stephens (titrée) dans le dernier carré du tournoi du Grand Chelem, la Fédération américaine avait déjà de quoi se vanter d’une telle réussite. En l’absence de Serena Williams qui vient d’accoucher de son premier enfant, il était difficile d’espérer plus. Et pourtant, le tournoi juniors a ajouté une belle cerise sur le gâteau, offrant aussi deux finalistes de nationalité américaine.

Sur les traces d’Hingis

Mais c’est surtout l’âge de l’une des finalistes qui a donné encore un peu plus le sourire aux Américains. A 13 ans, 5 mois et 29 jours, Cori Gauff est devenue la plus jeune joueuse à atteindre la finale de l’US Open juniors. Si elle s’était imposée, la Floridienne aurait rappelé la précocité d’une certaine Martina Hingis, vainqueur à 12 ans de Roland-Garros juniors (1993), ou encore de Jennifer Capriati sacrée à 13 ans et 3 mois, également Porte d’Auteuil.

Repérée par Patrick Mouratoglou et sa fondation Champ’ Seed, « Coco » Gauff clame déjà haut et fort qu’elle veut « devenir la plus grande de tous les temps ». Cela a le mérite d’être clair, et à en croire ses performances, l’avenir pourrait peut-être lui donner raison. Avec une maman athlète et un papa basketteur, la fan de Serena Williams se montre néanmoins patiente. « Pour l’instant, je souhaite progresser et m’améliorer, avait-elle déclaré en mai dernier. Lorsque je passerai professionnelle, je serai déjà prête pour affronter les meilleures joueuses. » Attendre de grandir un peu, Gauff y est contrainte.

Interdite de tournois professionnels

Car depuis le parcours chaotique de l’ex-prodige Jennifer Capriati, qui avait fini par alimenter davantage les rubriques faits-divers que les pages sportives, la WTA a décidé de mettre en place des limites d’âge. L’objectif étant bien sûr de préserver la santé physique et mentale de ces jeunes championnes. Depuis 1994, les joueuses de 13 ans et moins, ne sont plus autorisées à disputer des tournois professionnels et jusqu’à 17 ans, elles ne peuvent participer qu’à un nombre limité de tournois (de 8 à 16 par an).

Cette restriction n’existe pourtant pas pour les garçons, regrette presque Gauff. « J’aimerais que les règles sur la limite d’âge soient différentes, car il n’y a pas de limites dans le circuit masculin. Mais si cela ne change pas, je ferai avec. Je vois pourquoi ils mettent en place ces règles, pour essayer de ne pas griller les joueuses si jeunes. Mais j’ai le sentiment que je pourrais faire de meilleures choses », déplore celle qui n’est encore qu’une adolescente. Dès l’année prochaine, elle pourra néanmoins se jauger avec les plus grandes…

Sur le même sujet