Lucas Pouille Stuttgart
Le jeune Français Lucas Pouille remporte l'édition 2017 du tournoi ATP 250 de Stuttgart. | Thomas Kienzle / AFP

Stuttgart: Lucas Pouille s'offre son 3e titre ATP, le premier sur gazon, en dominant Feliciano Lopez

Publié le , modifié le

Et de trois pour Lucas Pouille ! Le jeune Français de 23 ans s'est offert le 3e titre ATP de sa carrière en remportant le tournoi de Stuttgart. En finale, le 16e joueur mondial est venu à bout de l'expérimenté Espagnol Feliciano Lopez (35 ans, 33e mondial) au terme d'un intense combat de 2h05 de jeu conclu en 3 sets (4-6, 7-6, 6-4). Il s'agit du premier tournoi sur gazon décroché par le Nordiste. De bon augure à deux semaines de Wimbledon...

Lopez injouable dans le premier set

Lors de la manche inaugurale, Lucas Pouille ne pouvait rien faire face à la précision et le sans-faute de son adversaire du jour. En breakant le Français à 2-2, Feliciano Lopez a rapidement fait la course en tête et empoché le gain du premier set (6-4). Avec 7 aces, il n'a laissé aucune opportunité à Pouille de revenir, ne concédant pas une seule balle de break...

Le service de Lucas Pouille déterminant

L'Espagnol a même fait encore plus fort dans le deuxième set, compilant 12 aces ! Mais Lucas Pouille s'est accroché et malgré 4 balles de break gâchées, le Français s'est adjugé la deuxième manche - la plus disputée du match - au jeu décisif (7-5 dans le tie-break). La clé de ce revirement de situation ? Le service du protégé d'Emmanuel Planque. Pouille n'a perdu qu'un seul point sur sa mise en jeu lors de ce set (21 points remportés sur 22 possibles).

La maîtrise d'un vieux briscard pour conclure

Une fois revenu à hauteur, le jeune Tricolore de 23 ans s'est montré d'une solidité à toute épreuve. Il a tout de suite pris le service de Lopez, quelque peu émoussé, au début de la dernière manche. La suite fut parfaite : sans vraiment trembler, Lucas Pouille s'est offert le 3e titre ATP de sa carrière, le premier sur gazon, d'un ultime service gagnant. Wimbledon commence dans exactement 15 jours...

Fabien Mariaux