Jérôme Golmard en 2000 à Toronto
Jérôme Golmard, lors d'une de ses plus retentissantes victoires, contre le N.1 mondial André Agassi en 2000 à Toronto | MAXPPP - BEI - RON C. ANGLE

Jérôme Golmard décède à 43 ans des suites de la maladie de Charcot

Publié le , modifié le

L'ancien joueur de tennis français Jérôme Golmard, qui souffrait de la maladie de Charcot depuis 2014, est décédé dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 43 ans, a annoncé la Fédération française de tennis (FFT). Ce talentueux gaucher avait atteint le 22e rang mondial en 1999, année au cours de laquelle il était devenu N.1 français, et il avait joué en équipe de France de Coupe Davis. Depuis trois ans, il se battait contre cette maladie neurologique dégénérative incurable.

"Je ne veux pas accepter, je ne veux pas y croire. Je fais tout pour y arriver", avait-il lancé lors d'un hommage qui lui avait été rendu pendant le tournoi de Roland-Garros le 31 mai 2014. Jérôme Golmard était un sportif, un battant. Face à la maladie, il a combattu. Pour lui et pour les autres. Il avait ainsi créé une association pour venir en aide aux victimes de la SLA (associationjeromegolmard.org), la maladie neurologique chronique la plus courante après la maladie d'Alzheimer, qui affecte 100.000 personnes dans le monde. Pour son cas personnel, il avait accepté de suivre un traitement médical expérimental dès mai 2014, en Californie, lui qui avait appris être atteint de sa maladie le 14 janvier 2014.

Agassi, Moya, deux sommets

Joueur professionnel de 1993 à 2006, le Dijonnais de naissance s'appuyait sur une patte gauche incroyable, qui lui avait notamment permis d'atteindre le 22e rang au classement ATP, et les 8e de finale de trois des quatre tournois du Grand Chelem (Australie, Wimbledon, US Open). Joueur offensif, doté d'un très bon service, il avait remporté deux tournois sur le circuit principal, à Dubaï et Chennai. L'une de ses plus belles victoires demeure ce succès sur le N.1 mondial de l'époque, André Agassi, lors du 1er tour du tournoi de Toronto en 2000 en deux sets et deux jeux décisifs. Un an avant, il avait atteint un autre sommet de sa carrière en disposant de Carlos Moya sur la terre battue de Monte-Carlo, alors que l'Espagnol avait remporté Roland-Garros l'année d'avant.

Il était de la génération des Escudé, Grosjean, Clément, avec lesquels il a partagé le circuit français et international.

"Son combat contre la maladie fut à l'image de son attitude sportive. C'était un garçon qui se battait sur le court avec une immense passion pour son sport. Il nous quitte bien trop tôt et la grande famille du tennis français est en deuil, tout comme l'équipe de France de Coupe Davis dont il fût si fier de porter le maillot", a indiqué Bernard Giudicelli, président de la FFT. Né en 1973, il s'est éteint à l'âge de 43 ans, emporté par cette maladie qui détruit progressivement les cellules nerveuses en charge des muscles moteurs, ce qui engendre affaiblissement et paralysie graduelle.

Vidéo: Jérôme Golmard sur le plateau de France Télévisions à Roland-Garros en 2014 pour évoquer son combat