Stade 2 du 19 Mars

A REVOIR

Presenté par

Céline Géraud
Durée 1h35'

Vous êtes ici

Stade 2 du dimanche 19 mars

Au programme ce dimanche dans Stade 2 : la fusion Racing 92 / Stade Français, le débrief de la dernière journée du Tournoi des 6 Nations ainsi que sur le parcours du XV de France dans ce Tournoi 2017, un retour sur l'exploit de Monaco en Ligue des Champions et une immersion avec le free-rider Léo Slemett. Pour réagir : #Stade2

  • Vidéo FTV

    Leo Slemett, skieur libre

    La montagne compte de plus en plus d'adeptes du free-ride, une discipline qui reste encore méconnue en France. Philippe Lafon a suivi Léo Slemett, 24 ans, plus grand espoir de la discipline. Homme sensible et meurtri depuis le décès de sa compagne, elle-même free-rideuse, dans une avalanche, le jeune homme a accepté, pour Stade 2, de dévoiler son quotidien, son entrainement à l'école de free-ride de Chamonix, et de parler de sa passion... et de ses fêlures.

  • Vidéo FTV

    Fusion Stade Français-Racing 92 : Thomas Savare s'explique

    Nouveau coup de tonnerre dans le rugby français : non, il n'y aura finalement aucune fusion entre le Stade Français et le Racing 92 ! C'est le président francilien, Jacky Lorenzetti, qui l'a annoncé aujourd'hui via un communiqué. Du coup, Stade 2 donne la parole à son homologue parisien, Thomas Savare, qui donne les premières explications de ce retrait... Max Guazzini, l'ancien patron du Stade Français, est également sur le plateau pour donner son ressenti.

  • Vidéo FTV

    Top 14 : La fusion entre le Stade Français et le Racing 92 a pris l'eau

    Moins d'une semaine après avoir annoncé à la surprise générale un projet de fusion entre le Racing 92 et le Stade Français, leurs présidents ont renoncé tout aussi soudainement dimanche à ce mariage qui a mis en ébullition le rugby français. Le communiqué, tombé peu après 12h30, a autant stupéfié que celui publié lundi. "Je renonce au rapprochement avec le Stade Français Paris, en accord avec Thomas Savare (président du Stade Français, ndlr), la fusion n'aura donc pas lieu", écrit le patron du Racing Jacky Lorenzetti. Retour sur une semaine très agitée : un reportage pour Stade 2 de Camille Wormser.

  • Vidéo FTV

    6 Nations : La fabuleuse épopée de 1977

    Il y a quarante ans, le XV de France réussissait lors du Tournoi des Cinq Nations 1977 un Grand Chelem d'anthologie, resté dans la légende du rugby français. Sans encaisser un seul essai et avec les quinze mêmes hommes lors de chaque rencontre. Le pilier Gérard Cholley, le talonneur Alain Paco, le deuxième ligne Michel Palmié et les troisièmes lignes Jean-Claude Skrela et Jean-Pierre Bastiat faisaient partie d'un paquet d'avants français redouté comme jamais sur les terrains du Tournoi. A tel point que le XV de France fut surnommé par la presse anglaise la "horde sauvage".

  • Vidéo FTV

    6 NATIONS 2017 - Guy Novès : "Une polémique pour rien"

    Les Bleus et leur staff ont été soupçonnés par les Gallois d'avoir simulé un protocole commotion de Uini Atonio pour faire entrer Rabah Slimani en fin de match."C'est une polémique pour rien" estime le sélectionneur tricolore qui n'hésite pas à dire que ses adversaires sont mauvais perdants sur ce coup-là. De même, Guy Novès revient sur l'autre polémique, celle concernant une prétendue morsure infligée à George North et déclare qu'une telle manœuvre de la part d'un Français lui semble bien improbable.

  • Vidéo FTV

    6 NATIONS 2017 : France - Galles : 100 minutes et la folie l'emporta...

    Renversant ! Après vingt minutes de temps additionnel - du jamais vu - et une fin de match irrespirable, le XV de France a fait plier le pays de Galles (20-18) pour conclure dans la souffrance mais en beauté le Tournoi des six nations, samedi au Stade de France. Les quelque 78.000 spectateurs, et les millions de téléspectateurs, se souviendront sans doute dans quelques années encore de cette fin de match folle. Vingt minutes d'arrêts de jeu, des mêlées à n'en plus finir, des fautes à répétition des Gallois qui ont changé plusieurs fois de piliers, un imbroglio après le carton jaune de Samson Lee, un Stade de France incandescent, des bancs debout... et au bout du bout, l'essai en force du troisième ligne remplaçant Damien Chouly pour libérer l'enceinte de Saint-Denis.