Vous êtes ici

France-Galles : l'intégrité des Bleus de nouveau sur le gril

Atonio avec les Bleus face au pays de Galles

Atonio avec les Bleus face au pays de Galles | Benjamin Cremel / DPPI

Par

Publié le 03/04/2017 | 23:11, mis à jour le 04/04/2017 | 11:05

L'instance organisatrice du Tournoi des six nations a décidé lundi de soumettre le cas controversé du remplacement du pilier français Uini Atonio dans les derniers instants de France-Galles à une commission d'examen indépendante, pour faire la lumière sur un fait de jeu qui avait conduit le sélectionneur gallois à s'interroger sur "l'intégrité" du staff bleu.

"Suivant l'enquête préliminaire à propos des remplacements effectués dans les derniers instants de France - Galles du 18 mars 2017 (et en particulier le remplacement d'Uini Atonio par Rabah Slimani), le Tournoi des six nations a décidé de soumettre le sujet à la Commission indépendante d'examen des incidents (UIRG)", ont déclaré les organisateurs du Tournoi. Le comité organisateur "va envoyer le dossier à l'UIRG plus tard dans la semaine, et il est prévu que le processus d'examen débute peu de temps après".

La fin de match exceptionnellement longue (20 minutes de temps additionnel) entre la France et le pays de Galles (20-18) a été émaillée par plusieurs incidents, qui ont rendu furieux le staff du XV du Poireau. A la 80e minute, alors que les Bleus, menés au score, étaient engagés dans une série de mêlées à cinq mètres de l'en-but adverse, Slimani est entré au poste de pilier droit à la place d'Atonio, qui l'avait remplacé à la 55e minute. Le règlement ne permet à un première ligne d'entrer de nouveau en jeu qu'en cas de blessure ou de protocole commotion d'un autre joueur et, selon le sélectionneur intérimaire du pays de Galles Rob Howley, aucun des deux cas ne s'appliquait à Atonio. Le staff des Bleus aurait donc maquillé un protocole commotion pour faire entrer un pilier bien meilleur en mêlée fermée.

"Vous pouvez entendre Atonio dire à Wayne Barnes (l'arbitre): +Ca va, j'ai juste mal au dos+, et dans la foulée il sort" a expliqué Howley, qui s'est interrogé "sur l'intégrité de l'encadrement français". Dans un autre incident, le commissaire à la citation n'a pas pu tirer de conclusion au sujet de la suspicion de morsure du Gallois George North par un Français. Le vice-capitaine français Yoann Maestri a également été condamné à une amende de 15.000 euros, plus 15.000 avec sursis, pour avoir critiqué l'arbitrage à l'issue de la rencontre. 

VIDÉO : le film de l'incroyable dénouement de France - Pays de Galles

 

Sur le même sujet