Watisoni Votu (Pau)
Watisoni Votu (Pau) | IROZ GAIZKA / AFP

Première victoire pour la Section Paloise, première défaite pour le Lou

Publié le , modifié le

Pau a définitivement lancé sa saison en décrochant une première victoire devant Lyon (30-14), ce dimanche au stade du Hameau, à l'occasion de la 3e journée de Top 14. La Section, en déplacement lors des deux premières journées avec un bonus défensif ramené de Toulouse, n'a pas manqué ses retrouvailles devant son public.

Attendus, les Béarnais ont répondu présents en mêlant intensité et opportunité, comme sur les deux essais de Votu. "Malgré l'essai qu'on prend en début de match, on a livré une première mi-temps maîtrisée, avec beaucoup d'énergie et un très bon travail sans ballon. On a gardé Lyon sous pression", se félicitait leur manager Simon Mannix, pour qui "cette victoire était essentielle avec beaucoup de choses qui m'ont plu sur le contenu".

Plus gestionnaires en 2e période dans des conditions très humides, avec une touche toujours en souffrance, ses hommes se sont contentés du gain d'une partie au final sans étincelles.

Pour le LOU, remanié pour l'occasion avec de nombreux jeunes retenus par Pierre Mignoni, c'est un premier coup d'arrêt après un début de saison réussi avec deux succès. "Ça fait quinze jours qu'on parle de nous, j'ai l'impression qu'on a gagné un titre, mais cette équipe est en construction", a nuancé l'entraîneur rhodanien. Pourtant, les Lyonnais avaient pris l'affaire par le meilleur bout avec Cretin concrétisant la première incursion visiteuse (3-7, 8).

Mais la concentration et la précision n'ont pas été au rendez-vous, comme sur cette passe de Beauxis interceptée par Votu (11) qui filait entre les perches. Maladroit, indiscipliné - carton jaune pour Tuifua (17) - et défaillant dans le jeu au pied, Lyon reculait, subissait et logiquement encaissait un deuxième essai signé Vatubua (32), bien servi dans l'intervalle par Taylor, puis un troisième, le second de Votu après un dégagement de Delon Armitage contré par Vatubua dans ses propres 22 mètres (27-7).

Agité, le scénario se calmait à la reprise, les acteurs n'étant guère aidés par une pluie battante. Si Taylor accroissait encore l'écart (30-7, 46), ce sont les Rhodaniens qui s'accommodaient le mieux de ces conditions pour faire valoir leur puissance et, après une succession de touches près de la ligne locale, Gill finissait derrière la ligne (57).

Malheureusement pour les puristes, le match basculait jusqu'au bout dans la médiocrité technique, entre fautes de main et mauvais choix. "C'était comme le temps, un peu dégueulasse", concédait Mannix.