Vous êtes ici

Les Lions britanniques domptent les All Blacks

Le Britannique Elliot Daly (à droite) face au Néo-zélandais Waisake Naholo

Le Britannique Elliot Daly (à droite) face au Néo-zélandais Waisake Naholo | AFP

Par

Publié le 01/07/2017 | 11:28, mis à jour le 01/07/2017 | 12:05

Les Lions britanniques et irlandais ont remporté à Wellington le deuxième test-match (24-21) qui les opposait aux All Blacks, réduits à 14 après l'expulsion de Sonny Bill Williams (25e). Battus (15-30) lors du premier test-match, les hommes de Warren Gatland s'offrent ainsi l'espoir d'enlever la série samedi prochain à Auckland.

Après avoir démontré qu'ils pouvaient rivaliser dans le premier duel, les Lions ont cette fois confirmé qu'ils pouvaient l'emporter sur les terres néo-zélandaises. Bousculés en début de rencontre notamment en mêlée, les protégés de Gatland ont été bien aidés par l'incontournable Farell qui leur a permis de revenir à 3-3 sur une énorme pénalité de 45 mètres (3-3). Mais c'est sans doute trois minutes plus tard que le tournant du match est intervenu avec l'expulsion pour jeu dangereux de Sonny Bill Williams (25e). Ce dernier a en effet heurté de l'épaule la tête de Watson, ce qui a été confirmé par la vidéo. Après une première période sans un grand spectacle, le niveau s'est considérablement élevé en deuxième période.

Pendant que Barrett enchaînait les pénalités (sept au total), les Lions sont parvenus à revenir au score en forçant le mur noir à deux reprises, d'abord par Faletau en coin (18-14, 60e), puis par Murray (21-19, 69e), un dernier essai transformé par Farrell (21-21, 70e)). Sans douté émoussés physiquement en raison de leur infériorité numérique, les All Blacks commettaient quelques erreurs et permettaient à Farrell de faire basculer le match sur une pénalité dans l'axe (21-24) à deux minutes de la fin.La sélection des meilleurs joueurs britanniques et irlandais n'a remporté une série qu'à deux reprises après avoir été menée 1 à 0, en 1899 et 1989. Il s'agit de la deuxième défaite des All Blacks depuis leur deuxième titre de champion du monde consécutif, en 2015, la première à domicile depuis 2009. Pour Sam  Warburton, "Ce n'est que la moitié du travail qui est accompli. Nous devons encore ramener les Séries à la maison".

Sur le même sujet

Tour de france : A suivre en direct