Vous êtes ici

Clermont - Saracens, sommet de jeu pour la finale de Coupe d'Europe

Camille Lopez, l'ouvreur de Clermont, et Owen Farrell, l'ouvreur des Saracens, l'un des duels essentiels de la finale de la Coupe d'Europe 2017

Camille Lopez, l'ouvreur de Clermont, et Owen Farrell, l'ouvreur des Saracens, l'un des duels essentiels de la finale de la Coupe d'Europe 2017 | AFP

Par

Publié le 13/05/2017 | 07:47, mis à jour le 13/05/2017 | 07:48

Pour la troisième fois de son histoire qualifiée pour la finale de la Coupe d'Europe (en direct sur France 2 à 18h), l'équipe de Clermont veut enfin l'emporter. Mais les Saracens sont les tenants du titre, et leur parcours sans défaite cette saison (avec deux victoires sur le RCT et un succès en demi-finale au Munster) fait d'eux les favoris pour leur propre succession. Une choses est sûre: entre la meilleure attaque (ASM) et la meilleure défense (Sarries), ce sera un sacré choc. Cinq duels auront une énorme influence sur le sort de la rencontre.

SUIVEZ EN DIRECT LA FINALE DE LA COUPE D'EUROPE SUR FRANCE 2 ET FRANCETVSPORT.FR

Camille Lopez - Owen Farrell

Comme toujours, les demis d'ouverture détiennent dans leurs mains, et dans leurs pieds, une grande partie du sort du match. Camille Lopez et Owen Farrell, c'est un face-à-face entre deux ouvreurs internationaux, un duel de fort tonnage: près de 90kg pour le Français, 96 pour l'Anglais. Les deux joueurs aiment attaquer la ligne, sont très réguliers au pied (le gauche pour le Clermontois, le droit pour le Sarrie). Très apprécié pour sa capacité à bien gérer le jeu de ligne auvergnat, Lopez sait que son vis-à-vis peut parfois perdre le fil d'un match, un temps, lorsque sa hargne l'aveugle. Régulièrement, Farrell a fait preuve d'excès d'engagement, voire de gestes répréhensibles, sur des matches à tension. C'est sans doute son seul point faible.

Fritz Lee - Billy Vunipola

Derrière les deux ouvreurs, le rendement de Fritz Lee et de Billy Vunipola sera sans doute la deuxième clé du match. Les deux joueurs du Pacifique (Fritz Lee est né aux Samoa mais a joué sous le maillot de la Nouvelle-Zélande à VII, Billy Vunipola est né à Sydney d'un père tongien mais joue pour l'Angleterre) représentent en effet les éléments majeurs pour défier le rideau défensif en première intention. A Clermont depuis 2013, Lee a depuis longtemps montré qu'il savait parfaitement utiliser sa capacité de perforation, son aisance à se défaire des plaqueurs et ses 107kg lorsque sa technique ne suffit pas. Malgré ses 126kg, Billy Vunipola est très mobile, ce qui fait de lui un danger permanent, dans le jeu placé comme en soutien. 

Arthur Iturria - Maro Itoje

Si vous suivez le rugby, vous connaissez Maro Itoje, révélation du Tournoi des 6 Nations 2015, et sans doute l'un des meilleurs 2e ligne du monde. Si vous suivez bien le rugby, vous avez déjà entendu parler d'Arthur Iturria, grand espoir français à ce poste. Le premier a 22 ans, le second en a 23. Ils mesurent tous deux moins de 2m (1.95m pour l'Anglais, 1.98m pour le Français), ce qui leur permet d'avoir une extrême mobilité, d'être particulièrement performants dans les zones de rucks, sans pour autant perdre de l'influence dans l'alignement ou sur les ballons aériens. Au contraire. Habiles ballon en main, Itoje et Iturra sont appelés à régner en 2e ligne. Pendant longtemps.

 
Le face-à-face des deux 2e ligne de grand avenir: Itoje (Saracens) face à Iturria (Clermont) (AFP)
 

Scott Spedding - Alex Goode

Si la formation des Saracens se nourrit des ballons de récupération, elle le doit beaucoup à son trident Ashton-Goode-Maitland (blessé pour la finale). L'arrière international anglais, qui peut également jouer au poste d'ouvreur, est souvent le premier détonateur des relances. Un jeu au pied fiable, une bonne vision du jeu, il ne faut jamais lui laisser des espaces pour se lancer. Scott Spedding est également un relanceur hors-pair, peut-être davantage en puissance, et il sait parfaitement créer le surnombre dans la ligne. Son jeu au pied peut se révéler précieux sous la pression adverse.

Morgan Parra - Richard Wigglesworth

C'est le duel qui illustre l'opposition de style des deux équipes. D'un côté, Morgan Parra, meneur d'hommes en permanence sur le dos de ses avants et qui cherche régulièrement les petits espaces pour prendre la ligne d'avantage ou pour lancer ses troupes. De l'autre, Richard Wigglesworth, le métronome de cette équipe des Saracens qui assure le tempo, calme le jeu avec ses avants ou l'accélère avec une passe ou très souvent avec des coups de pied par dessus. Pour la caricature, c'est la pile électrique face au placide. En fonction de la domination de l'une ou l'autre équipe, l'un des deux sera sans doute plus à l'aise pour développer son jeu. 

Sur le même sujet