L'international français de Toulouse, Sébastien Bézy
Sébastien Bézy, le demi de mêlée du Stade toulousain | AFP - PASCAL PAVANI

Toulouse, grand d'Europe, mais petit de la "petite" Coupe d'Europe

Publié le , modifié le

Depuis la création de la Coupe d'Europe en 1995, le Stade Toulousain a toujours participé à celle réunissant les meilleures équipes de chaque nation. H Cup ou Champions Cup, le nom importe peu. Seul le résultat compte: 157 matches, 105 victoires, et le record de quatre sacres. Mais après une saison catastrophe, les Rouge et Noir vont découvrir la phase de poules de la Challenge Cup, en débutant à Sale (en direct sur France 4 à 20h50). Pour revenir plus fort ?

"C'est une compétition qu'on découvre. Mais il y aura d'énormes similitudes avec la Coupe d'Europe." William Servat, adjoint d'Ugo Mola en charge des avants, rappelle bien que l Stade Toulousain innove cette saison. Le club aurait préféré qu'il n'en soit pas ainsi, mais en terminant à la 12e place du dernier Top14, le monument de la Ville Rose a été rejeté sans ménagement dans la Challenge Cup. "L'autre Coupe d'Europe me fait un peu plus rêver", reconnaît l'ancien talonneur dans un accès de nostalgie.

Une première dans l'histoire du club qui détient le record de victoires en Coupe d'Europe (4), mais qui n'avait jamais mis les pieds dans l'épreuve subalterne. Ou plutôt, qui avait mis un petit orteil. C'était lors de la saison 2012-2013, avec déjà une éjection de la phase de groupes de la Coupe d'Europe pour être reversé en quarts de finale de la H Cup. Avec aussitôt une défaite contre l'USAP. A l'époque, William Servat jouait les pompiers de service, après avoir annoncé le terme de sa carrière. Mais déjà, le Stade souffrait, et le talonneur international avait effectué quelques piges pour solidifier l'édifice.

Toulouse en reconstruction

Cinq ans après, Toulouse semble retrouver une base solide. Cinq victoires et un nul lors des 7 premiers matches du Top 14, cela redonne le sourire. Mais avec Sale, Cardiff et le leader du championnat de France lyonnais, la poule de Challenge Cup est loin d'être un parcours facile. "On va incorporer de nouveaux joueurs", annonce d'ailleurs William Servat. "On connaît un début de saison éprouvant pour certains joueurs. Mais il y aura une équipe compétitive sur le terrain."

Du coup, exit la séduisante charnière Dupont-Holmes, revoilà Bézy-Doussain. idem pour Guitoune au centre, Médard à l'arrière. Pour cette entrée en lice chez les Anglais de Sale, les Ramos, Fickou, Fritz, Ghilardini, Gry, Holmes, Dupont, Maestri ou Tekori, artisans notamment du redressement de ce début de saison, sont laissés à la maison. "On a besoin de fraîcheur", explique l'adjoint de Mola. Poursuivre leur série d'invincibilité (4 victoires de rang) serait un bon bol d'air frais pour les Toulousains. Surtout à l'extérieur, et en terre anglaise qui plus est.