Roland-Garros : Tournoi réussi pour les Françaises

Roland-Garros : Tournoi réussi pour les Françaises

Elles étaient 11 à être engagée dans le tableau féminin de Roland-Garros. Et toutes, ou presque, ont joué à leur niveau. Entre surprises et confirmations, les tenniswomen françaises n’ont pas démérité.

Décevantes lors des dernières éditions du Grand Chelem parisien, les joueuses tricolores ont cette fois-ci pu profiter d’un tableau bien plus ouvert qu’à l’accoutumée. La non-invitation de Maria Sharapova (gagnante en 2012 et 2014), due à ses 15 mois de suspension pour cause de contrôle positif au meldonium, mêlée au forfait de Serena Williams pour cause de grossesse et à l’élimination au premier tour de l’actuelle numéro 1 mondiale, Angélique Kerber, ont permis à certaines Françaises de tirer leur épingle du jeu. Mais ce n’est pas tout, comme le soulève le président de la FFT, Bernard Giudicelli, «si les filles ont mieux réussi, ce n’est pas un hasard. Elles ont pris un autre chemin car on a discuté, on a remis en cause certaines choses et elles se sont senties motivées et reconnues pour ce qu’elles étaient ». Portées par de grandes Kristina Mladenovic et Caroline Garcia, les 11 tennismowen françaises peuvent quitter la terre battue parisienne la tête haute. Bilan.

Un petit tour et puis s'en va

Sur les 11 engagées, elles sont 5 à avoir perdu lors de leur premier match. Pour sa seconde participation, la benjamine française, Tessah Andrianjafitrimo (18 ans) a été battue par Françoise Abanda, en deux manches (6-3, 6-4). 269e joueuse mondiale, elle avait bénéficié d’une wild-card, lui permettant d’éviter les qualifications. Mais n’a rien pu faire face à la Canadienne qui comptait près de 80 places de plus au classement WTA (195e).

Autre bénéficiaire d’une wild-card, Amandine Hesse n’aura pas pu faire mieux que de la figuration face à Marketa Vondrousova (n°96). Il faut dire que pour son premier match dans un Grand Chelem, la Tchèque a frappé très fort, balayant la tricolore, 215e mondiale en moins d’une heure de jeu sur le score de 6-0, 6-1.

Quant à Myrtille Georges (n°204 mondiale), elle a crânement joué sa chance face à la Kazakhe Yulia Putintseva, tête de série n°27. Débutant son match sur les chapeaux de roue, jusqu’à obtenir une balle de 4-1 dans le premier set. Mais la suite fut moins heureuse. Georges a ensuite concédé les 11 jeux suivants face à la quart de finaliste de l’édition 2016, déclarant être « tombée sur plus forte, mais en prenant du plaisir grâce au public ».

Alizé Lim, 256e au classement ATP et accessoirement consultante de France télévisions pendant le tournoi, a été sèchement battue par la Polonaise Magda Linette (94e mondiale) en deux sets (6-0, 7-5). Blessée aux adducteurs dès le premier jeu, elle n’aura passé qu’1h26 sur les courts parisiens.

Qu’aurait-pu faire Fiona Ferro face à la 10e joueuse mondiale ? La numéro 208 mondiale de 20 ans, victime de malchance pendant le tirage au sort, n’aura pu que subir les coups de la Polonaise Agnieszka Radwanska (6-0, 6-1), s’inclinant logiquement.

Tomber sous les honneurs au 2e tour

Elle est certainement la révélation française de ce tableau féminin. Pour son premier Roland-Garros, Chloé Paquet, 260e mondiale de 22 ans, a réalisé un exploit au premier tour en s’offrant la Tchèque Kristyna Pliskova (44e), en trois sets (6-7(4), 6-2, 6-2) au premier tour. Tombant ensuite contre sa compatriote Caroline Garcia, elle s’est vaillamment battue mais n’a pas fait le poids (7-5, 6-4). Déclarant s’être « prouver avoir le niveau » pendant cette semaine parisienne, c’est un parcours réussi pour la jeune et prometteuse joueuse.

Même son de cloche pour Océane Dodin. La Lilloise de 20 ans a fait trembler Svetlana Kuznetsova, 9e mondiale, au 2e tour (7-6(5), 5-7, 6-3). Car la lauréate du tournoi en 2009 reste une valeur sûre du circuit, malgré ses 32 ans. Compensant son manque d’expérience par sa puissance, Océane Dodin a multiplié les coups gagnants (52 contre 27) mais a commis 56 fautes directes, ce qui a fait pencher la balance en faveur de la Russe.

Pauline Parmentier défiait quant à elle l’Allemande Carina Witthoeft pour ce qui était l’affiche la plus ouverte du second tour des Françaises. Respectivement 81e et 73e mondiales, les deux joueuses se sont séparées en 2 sets (6-4, 7-6(5)). Manquant de solutions, la Française s’est faite menée 5-0 dans la deuxième manche, il n’en fallait pas plus pour Witthoeft pour prendre l’ascendant mental et se qualifier au 3e tour.

Aux portes des quarts

Alizé Cornet s’est qualifiée en 1/8e de finale après avoir éliminé la Hongroise Timea Babos (6-2, 6-7(5), 6-2), la Tchèque Barbara STRYCOVA (6-4, 6-1) puis la Russe Agnieszka RADWANSKA (6-2, 6-1). Puis, comme Chloé Paquet avant elle, la Française a ensuite été dominée par sa compatriote Caroline Garcia aux portes des quarts (6-2, 6-1). Mais pour sa 13e participation aux Internationaux de France, la Niçoise, 43e joueuse mondiale, n’a pas à rougir de son parcours : elle n’avait fait aussi bien qu’à une seule reprise par le passé, en 2015.

Deux Françaises dans le top 8 : une première depuis 1994 !

Kristina Mladenovic et Caroline Garcia ont été les fers de lance des tenniswomen françaises. Classées respectivement à la 14e et 27e place mondiale, elles ont tenu leur rang et ont toutes deux été présentes en 1/4 de finale pour la première fois de leur carrière, ce qui n’était pas arrivé depuis 1994 ! La dernière tricolore à avoir atteint ce stade de la compétition est Marion Bartoli, il y a 6 ans.

Kristina Mladenovic, élevée au rang de chouchou du public de la Porte d’Auteuil, a successivement éliminé Jennifer Brady (3-6, 6-3, 9-7), Sara Errani (6-2, 6-3) puis Shelby Rogers (7-5, 4-6, 8-6) avant de s’offrir une victoire référence en dominant la tenante du titre espagnole Garbiñe Muguruza en seulement deux sets (6-4, 6-4). Mais le rêve parisien de « Kiki » s’est terminé en quarts de finale, sous la tempête, dans un match arrêté par deux fois pour cause de pluie et de vent, contre la Suisse Timea Bacsinszky (6-4, 6-4). Une immense déception pour la mieux classée des tricolores (14e), qui semblait capable de succéder à Mary Pierce, victorieuse de l’édition 2000 du tournoi. C’était sans compter la 30e joueuse mondiale, dominant les éléments.

Il ne restait alors qu’un seul espoir aux joueuses françaises : Caroline Garcia. Après avoir dominée successivement Nao Hibino (6-2, 6-2), Chloé Paquet (7-5, 6-4), Su-Wei Hsieh (6-4, 4-6, 9-7) puis Alizé Cornet (6-2, 6-2), la tête de série n°28 portait sur ses épaules la dernière chance de voir ka France représentée dans le dernier carré Porte d’Auteuil. Mais en quarts de finale, Karolina Pliskova a mis fin au rêve Bleu. La Tchèque a été plus solide dans les moments chauds (7-6(3), 6-4). La Française n’a pas à rougir de sa prestation face à la numéro 3 mondiale. "Aujourd’hui, j’ai fait mon match" a-t-elle assuré en conférence de presse, la tête haute.

Leo Anselmetti

Publié le , modifié le