Rafael Nadal et le trophée de Roland-Garros, une longue histoire d'amour
Rafael Nadal et le trophée de Roland-Garros, une longue histoire d'amour | GABRIEL BOUYS / AFP

Roland-Garros 2017: Nadal, les chiffres d’une hégémonie

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a pratiqué un tennis éblouissant pour enlever son 10e Roland-Garros. Un exploit retentissant jamais réalisé auparavant qui fait rentrer l’Espagnol encore un peu plus dans la légende de son sport. Cinq mois après le 18e sacre en Grand Chelem du meilleur joueur de l’histoire Roger Federer, ce nouveau triomphe de Nadal sur sa terre fétiche couronne un autre champion d’exception qui prend place à la droite du Maestro avec un 15e Majeur.

Rafael Nadal vient de réaliser un exploit inédit en enlevant son 10e sacre aux Internationaux de France en 13 participations ! Et encore avait-il déclaré avant son troisième tour l’an passé sinon la statistique serait encore meilleure. C’est simple, le Majorquin n’a perdu que deux fois Porte d’Auteuil et il n’était pas au mieux lors de ces deux échecs (2009 contre Robin Soderling en huitièmes de finales et 2015 en quarts face à Novak Djokovic).

Une Decima p​​our l’histoire

Trois ans après son neuvième et dernier triomphe, Rafael Nadal est redevenu le Roi de la Terre. Insatiable et intraitable, le Taureau de Manacor n’a concédé que 35 jeux en sept matches, battant son record de 2008 lorsqu’il avait conclu la quinzaine en atomisant Roger Federer (6-1, 6-3, 6-0) après avoir lâché seulement 41 jeux sur son parcours.

Performance u​​nique

Nadal devient le premier joueur de l’histoire à gagner un même tournoi du Grand Chelem à dix reprises, performance réalisé uniquement chez les dames avec 11 titres pour Margaret Court à Melbourne. Côté masculin, personne n’a jamais dépassé les sept victoires lors d’un Majeur. C’est le cas de Williams Renshaw, Pete Sampras et Roger Federer à Wimbledon, et de Richard Sears, Williams Learned et Bill Tilden à l’US Open.

Quatre de ​plus que Borg

Dix Roland-Garros, le total est ahurissant. Dans les années 80, quand Ivan Lendl et Mats Wilander se sont adjugés trois sacres chacun, on saluait une belle réussite, certes à bonne distance du recordman Bjorn Borg, le tyran des seventies (6 couronnes). Nadal vient de reculer les limites de l’impossible. Désormais décuple lauréat du plus grand tournoi du monde sur terre, le gaucher ibère s’est libéré pour offrir deux semaines splendides, sans laisser le moindre doute quant à sa consécration.

Il se rapproche de Federer

A 31 ans, il devient le troisième plus vieux joueur vainqueur à Paris derrière son compatriote Andres Gimeno (34 ans en 1972) et l’Australien Ken Rosewall (33 ans en 1968). C’est la deuxième fois qu’il bat en finale un ancien vainqueur de Roland-Garros après Roger Federer en 2011. Il compte encore un retard de deux Majeurs sur Federer au même âge (le Suisse en avait 17 à 31 ans). Et il double donc une autre légende du jeu, Pete Sampras, avec ce 15e Majeur (1 Open d’Australie, 10 Roland-Garros, 2 Wimbledon, 2 US Open). L’Espagnol totalise deux fois plus de succès à Roland-Garros que sur les autres tournois du Grand Chelem. Et il vient de mettre fin à une série inédite pour lui de 9 Majeurs sans succès. 

De la terre à la lune

Plus impressionnant, Rafael Nadal compte dorénavant 79 victoires pour seulement 2 défaites à Roland-Garros (97,5% de succès). Ce 10/10 à Roland est son 73e titre en carrière (pour 35 finales perdues : ratio de 67,5%). Il compte maintenant 68% de victoires en finales de Grand Chelem, lui qui était à 83% après son dixième Majeur avant de décliner ensuite (4/9 avant aujourd’hui).

Sur la surface ocre, c’est carrément grandiose : 352 victoires en 389 matches disputés sur terre battue et 53 tournois gagnés sur terre sur 73 au total. Sans oublier 53 tournois gagnés sur terre sur un total de 90 disputés ! Quand Nadal a remporté le premier set contre Stan Wawrinka, il avait fait le plus difficile vu qu’il avait perdu seulement quatre matches en Grand Chelem après avoir concédé le premier set. Nadalissime.