Le peloton du Tour de France en Corse
Le peloton du Tour de France en Corse (les fameuses calanques de Piana) | YORICK JANSENS / BELGA MAG / BELGA/AFP

La Corse: une première qui a tenu toutes ses promesses

Publié le , modifié le

Paysages majestueux, spectateurs corses enthousiastes, sécurité parfaite: tout fût au diapason lors des trois premières étapes de cette édition 2013 pour ravir la caravane et sans doute les téléspectateurs du monde entier, lors de cette incursion sans précédent sur l'île de Beauté.

Il a fallu attendre le 100e Tour mais cela valait le coup. En choisissant d’offrir à la Corse le grand départ de la centième édition de la plus grande course du monde, ASO (Amaury Sport Organisation) ne s’est pas trompé. L’accueil de la population fût à la hauteur de la beauté des paysages. Les retransmissions télévisées ont magnifié des sites féériques, comme les calanques de Piana ou le golfe de Sagone. Des images de promotion touristique diffusées dans le monde entier, et dont les Corses peuvent à juste titre attendre d'importantes retombées économiques.

La mer, la montagne, le soleil

Jamais sans doute la Grande Boucle n’avait bénéficié d’un écrin aussi somptueux, entre la rudesse des reliefs escarpés et les reflets turquoises de la Grande Bleue. La gentillesse des Corses et l’enthousiasme affiché n’ont fait que renforcer la réussite de ce week-end prolongé, qu’aucun autre sport n’aurait pu proposer. "Tout le monde a pu comprendre pourquoi la Corse est appelée l'île de Beauté", s'est félicité le directeur du Tour, Christian Prudhomme.

Sur le bord des routes, autochtones et touristes se sont mélangés pour applaudir et encourager les coureurs, quelques insulaires regrettant juste l’absence de Corses dans le peloton. "On a aussi vu une ferveur, un enthousiasme qui existent régulièrement sur la route du Tour de France mais, là, je n'ai jamais vu autant de gens dire merci. On sent une fierté des gens d'avoir accueilli le Tour, qui s'est transformée en bonheur", a ajouté Prudhomme. Même le volet sécuritaire, dossier sensible s’il en est, a été parfaitement verrouillé, nonobstant les menaces –formulées puis levées dimanche- du groupuscule nationaliste Corsica Libera.

Santini: "Une autre image de la Corse"

Corse Libre (en français) a réclamé et obtenu la libération de quatre militants arrêtés et gardés à vue pour avoir tracé des graffitis sur la route, avant de déclarer lors d’un communiqué : "Nos militants ont été relâchés. Le tour peut continuer". "J’espère que nous n’attendrons pas 100 ans pour de nouveau accueillir le Tour de France", a déclaré Ange Santini, le maire de Calvi, au micro de Gérard Holtz. "C’est toute la beauté de la Corse qui a pu ressortir grâce à vos images. Et c’est une autre image de la Corse que nous avons pu donner de l’île grâce au Tour de France". Une image resplendissante qui a fait l'unanimité.

Vidéo: Ange Santini au micro de Gérard Holtz Voir la video Vidéo : la Corse en images Voir la vidéo SGV Sport

Vidéo: Ange Santini au micro de Gérard Holtz Voir la video Vidéo : la Corse en images Voir la vidéo SGV Sport

Vidéo: Ange Santini au micro de Gérard Holtz

Voir la video

Vidéo : la Corse en images

Voir la vidéo SGV Sport