Peter Sagan
Peter Sagan. | Tim De Waele

Le péché mignon de Peter Sagan (et d'autres sportifs) ? Les bonbons et la junk-food

Publié le , modifié le

Quoi qu’il fasse désormais, les moindres faits et gestes de Peter Sagan sont désormais scrutés à la loupe. Et son arrivée (victorieuse) de Kuurne-Bruxelles-Kuurne a fait le tour de la twittosphère cycliste. Et pour cause, on y voit le double champion du monde engloutir une poignée de bonbons. Alors, ces bonbons gélatineux sont-ils bons ou néfastes aux sportifs ? Eléments de réponse.

La marque concernée pouvait difficilement espérer meilleure publicité dans le monde du cyclisme, après que les images aient fait le buzz ce week-end. On y voit Peter Sagan, tout juste vainqueur de la classique Kuurne-Bruxelles-Kuurne, avaler une grosse poignée de bonbons, avant même de revêtir un vêtement chaud. Contrairement aux apparences, les bonbons sont parfois bénéfiques pour les sportifs de haut-niveau.

Il se trouve que les bonbons sont des substances idéales à ingurgiter après un long effort. Comme l’a expliqué le diététicien Nicolas Paraskevopulos au quotidien belge Het Laatste Nieuws, « une poignée de bonbons contient environ 30 grammes de glucides, ce qui est idéal pour remplir les réserves de sucre dans vos muscles ». Autrement dit, ces apports rapides en glucide favorisent la récupération du sportif concerné.

Le diététicien belge continue son argumentaire, en révélant le menu idéal du cycliste après une épreuve : « Un coureur, qui pèse en moyenne entre 60 et 70 kilos, boira une boisson protéinée, complétée avec des bonbons et un Coca, pour les premiers 60 à 70 grammes de glucides. Dans le bus, il prendra un repas à base de riz. Et au massage, il pourra compléter par des collations comme un frappé à base de fruits ou un yoghourt grec à faible teneur en matières grasses. Le soir, les pâtes sont idéales pour favoriser la récupération ».

100 nuggets par jour pour Bolt

De quoi rappeler qu’auparavant, la Classic Haribo, désormais disparue, offrait au vainqueur de l’épreuve son poids… en bonbons ! Mais les cyclistes ne sont pas les seuls adeptes de cet aliment. Du côté des nageurs, Michael Phelps et Ryan Lochte en sont les meilleurs exemples : aux JO 2008, tous deux ont englouti les repas et les calories (respectivement 12 000 et 8000 par jour), en se nourissant de pizzas, sandwiches aux œufs, ou encore menus chez McDonald’s. En NFL, le joueur Marshawn Lynch avalait quant à lui une poignée de Skittles dès qu’il réussissait un touchdown. Toujours aux Jeux de Pékin, Usain Bolt assurait qu’il mangeait au moins 100 nuggets par jour. La star de l’athlétisme aurait depuis « vaincu » cette addiction.

Il faut tout de même souligner qu’une grande majorité des sportifs de haut-niveau, quelque soit leur discipline, sont suivis par des diététiciens qualifiés. Plus leur âge est avancé, et plus l’alimentation (tout comme le sommeil ou les activités hors-sportives) doit être contrôlée et gérée avec soin. Ce qui n’empêche pas quelques écarts, visiblement.

N’est pas Phelps ou Bolt qui veut mais que ce soit un régime spécial le temps d’un grand événement, ou une (bonne) habitude prise après une épreuve, les bonbons (ou la junk food) n’ont pas fini d’avoir du succès chez les sportifs…

Omnisport