Sébastien Minard
Sébastien Minard a été plus de 120 kilomètres en tête avec quatre compagnons d'échappée lors de la 3e étape du Tour | AFP - Joël Saget

Minard et Vuillermoz avaient flairé le bon coup

Publié le , modifié le

Si cette troisième étape du Tour a été enlevée par un vainqueur surprise avec l’Australien Simon Gerrans (Orica GreenEdge), elle aura été aussi marquée par une longue échappée de cinq hommes. Sébastien Minard (AG2R), Cyril Gautier (Europcar), Alexis Vuillermoz (Sojasun), Lieuwe Westra (Vacansoleil) et Simon Clarke (Orica) ont donné du fil à retordre au peloton pendant plus de 120 kilomètres. Minard et Vuillermoz reviennent sur cette journée.

"Sincèrement j’y ai cru. L’ambiance était bonne. Il y avait de sacrés rouleurs dans cette échappée", explique Sébastien Minard, l’un des capitaines de route de l’équipe AG2R. "Après, le peloton a joué avec nous. En revanche, pour le grimpeur chacun a joué sa chance mais l’Australien Clarke était trop fort", ajoute-t-il.

Mais à peine arrivé l’ancien coureur de chez Cofidis pense déjà à l'étape de mardi. "Maintenant l’objectif c’est le chrono par équipes. Il va falloir maintenant être costaud pour aider notre leader Jean-Christophe Péraud. Et ne pas perdre trop de temps".

Vuillermoz: "J'ai beaucoup pensé à mon père" 

Pour sa part, Alexis Vuillermoz, qui n’était pas encore professionnel la saison dernière se montre satisfait de sa journée. "Il est vrai je passe à côté du maillot du meilleur grimpeur et évidemment de la victoire d’étape mais cela fait six mois que je suis pro sur route. C’est de bon augure quand même. C’est formateur pour l’avenir ".

L’ancien champion de VTT qui avait déjà fait ce genre de coup sur le dernier Paris-Nice (ndlr : plus de 150 kilomètres d’échappée) reconnaît également que la journée n’a pas été non plus une partie de plaisir. "Cela a été compliqué dans l’échappée. Il aurait fallu que l’on prenne une ou deux minutes de plus pour aller au bout", analyse le jeune homme de 25 ans.

"Après, j’avais annoncé que je ferai un grand coup. C’est fait. J’ai beaucoup pensé à mon père qui à disparu l’an passé. C’était un fan de cyclisme et du Tour. J’espère qu’il est fier de moi".

Vidéo: l'échappée du jour 

Voir la video

Gilles Gaillard