Le dernier kilomètre sur un Tour de France

Porte du paradis pour quelques-uns, celle de l'enfer pour d'autres, la flamme rouge rappelle à tous ceux qui la franchissent que leur sort va se jouer dans les prochains instants. A son passage, le temps est comme figé, les secondes s'écoulent au rythme des battements du cœur. Les jambes sont lourdes, les visages creusés par la fatigue, les bras crispés sur le guidon, et pourtant, les cris des milliers de supporteurs vous emportent presque machinalement vers la ligne d'arrivée.

Ce dernier kilomètre est comme une nouvelle étape dans l'étape : chaque décision, chaque prise de risque, chaque faux pas, peut anéantir les espoirs de toute une vie, ou au contraire, vous emmener au firmament de votre carrière. De cette atmosphère si particulière dont ont profité les grands champions du Tour de France, à la gestion tactique de cet ultime kilomètre, jusqu'aux héros malheureux rattrapés dans cette dernière ligne droite, Francetvsport vous invite à découvrir ce qui fait la légende de la Flamme rouge.

L'effervescence du dernier kilomètre

Emportés par la foule qui les entraîne vers les sommets de la gloire, les coureurs du Tour de France vivent intensément chaque instant de ce dernier kilomètre d'une étape. Sitôt le petit drapeau rouge franchi, la clameur de la foule se fait plus intense, les encouragements couvrent le bruit de chaque effort : l'exploit est tout proche. Que l'on soit en échappée ou au sein du peloton, cette nuée de spectateurs vous porte, laissant de côté le prix douloureux de chaque effort, et tout devient alors permis. Devant cette foule qui vous adule, la si précieuse victoire d'étape sur la Grande Boucle vous tend les bras.

Thibaut Pinot - Porrentruy (2012)

A Porrentruy sur le Tour 2012, Thibaut Pinot connaît la plus belle émotion de sa carrière

En 2012, sur la 8e étape qui menait à Porrentruy, c'est le plus jeune coureur du peloton qui goûte à cette sensation. Thibaut Pinot, alors âgé de 22 ans, réalise un coup d'éclat au nez et à la barbe des cadors qu'étaient Cadel EvansCadel Evans
Pays : Australie
Né le : 14/02/1977
Meilleur classement : 1er (2011)
Victoires d'étape : 2
Profil : complet
, Bradley WigginsBradley Wiggins
Pays : Grande-Bretagne
Né le : 28/04/1980
Meilleur classement : 1er (2012)
Victoires d'étape : 2
Profil : rouleur
ou Vincenzo NibaliVincenzo Nibali
Pays : Italie
Né le : 14/11/1984
Meilleur classement : 1er (2014)
Victoires d'étape : 4
Profil : grimpeur
. Sorti 17 kilomètres plus tôt, c'est bien dans ce dernier kilomètre que le Franc-Comtois a sans doute vécu le premier grand moment de sa carrière, provoquant l'hystérie de son manageur Marc MadiotMarc Madiot
Pays : France
Né le : 16/04/1959
Meilleur classement : 8e (1983)
Victoires d'étape : 1
Profil : coureurs de classiques
. Ce sont des moments aussi riches en émotion qui ont parfois fait naître la passion du vélo chez de nombreux enfants.

La foule comme moteur

La masse des spectateurs se dressant devant leur guidon peut parfois ressembler à la foule dépeinte par la chanson d'Edith Piaf, mais dans l'immense majorité des cas, les encouragements du public ont plutôt l'effet d'un second souffle pour les cyclistes. Le passage de la flamme rouge - instaurée sur le Tour de France en 1906 - représente l'épilogue de toute une journée d'efforts, souvent dans des conditions climatiques extrêmes, la canicule et les orages sévissant régulièrement au mois de juillet. Si souvent seul sur son vélo, le cycliste accueille les innombrables encouragements du dernier kilomètre comme un don du ciel. Les éventuels pépins physiques, les doutes et autres craintes s'envolent comme par enchantement. Tous ces spectateurs sont là pour saluer la performance remarquable qui se déroule sous leurs yeux.

Christophe Moreau (2007)

En 2007, le public londonien avait répondu présent pour le départ du Tour

« Ce dernier kilomètre n'était pas assez long »

Christophe Riblon

Pour Christophe RiblonChristophe Riblon
Pays : France
Né le : 17/01/1981
Meilleur classement : 28e (2010)
Victoires d'étape : 2
Profil : grimpeur
, c'est précisément cette foule en délire qui l'a porté dans l'ultime effort sur l'Alpe d'Huez, lors de l'édition 2013. Le protégé de Vincent LavenuVincent Lavenu
Pays : France
Né le : 12/01/1956
Victoires d'étape : 0
Profil : baroudeur
vient de passer Van GarderenTejay Van Garderen
Pays : Etats-Unis
Né le : 12/08/1988
Meilleur classement (5e (2012 & 2014)
Victoires d'étape : 0
Profil : complet
, et sait qu'il ne sera plus inquiété dans la dernière ascension. Déjà vainqueur trois ans plus tôt à Ax-Trois domaines, le coureur se rappelle que le final avait été rapide, et qu'il n'avait pas pu apprécier ces derniers instants de course. Cette fois, il veut en profiter et ouvre alors grand les yeux pour savourer pleinement ce moment de grâce, cet échange avec le public. "Je voulais revivre cela encore une fois. Ce dernier kilomètre n'était pas assez long", regrette-t-il encore. "Gagner ici, pour le 100e Tour, dans l'étape reine, avec deux montées de l'Alpe d'Huez, c'était tout simplement magique !"

Spectateurs, les meilleurs ennemis

Si pour Riblon la foule était une alliée, pour certains coureurs, cette masse compacte peut constituer un véritable obstacle, voire un mur infranchissable, surtout lorsque certains énergumènes leur hurlent dans les oreilles ou leur tapent dans le dos telles des bêtes que l'on enverrait à l'abattoir. Ce brouhaha ajouté à la fatigue et à la tension d'une fin de course, fait que chaque coup de pédale requiert un effort titanesque.

Foule / Bourg-en-Bresse (2007)

Foule

Parfois, l'engouement finit par se retourner contre les coureurs. Giuseppe GueriniGiuseppe Guerini
Pays : Italie
Né le : 14/02/1970
Meilleur classement : 20e (2005)
Victoires d'étape : 2
Profil : grimpeur
peut en témoigner… L'Italien qui vient d'attaquer deux kilomètres plus tôt lors de l'étape de l'Alpe d'Huez en 1999, va connaître une belle frayeur. Alors que la victoire lui tend les bras, l'équipier fidèle de Jan UllrichJan Ullrich
Pays : Allemagne
Né le : 02/12/1973
Meilleur classement : 1er (1997)
Victoires d'étape : 7
Profil : complet
va tomber sous la flamme rouge après avoir heurté un supporter-photographe. Fort heureusement, Guerini pourra remonter sans trop de peine sur son vélo, et franchir la ligne d'arrivée en tête avec 21 secondes d'avance sur Pavel TonkovPavel Tonkov
Pays : Suisse
Né le : 09/02/1969
Victoires d'étape : 0
Profil : grimpeur
.

L'envoûtante adrénaline

Question adrénaline, Guerini aura été servi. Et c'est bien cette envoûtante hormone que recherchent ces champions. Plus qu'une drogue, c'est une passion qui dévore ces acharnés du bitume. Leur quête d'adrénaline n'a de sens que s'ils en hument ne serait-ce qu'une fois dans leur carrière les propriétés euphoriques, et ce dernier kilomètre en est la substantifique moelle. Qui d'autre que Richard VirenqueRichard Virenque
Pays : France
Né le : 19/11/1969
Meilleur classement : 2e (1997)
Victoires d'étape : 7
Profil : grimpeur
peut témoigner de ce goût insatiable de l'exploit ? Presque chacune de ses sept victoires sur la Grande Boucle s'est terminée par un final grandiose. Celles de Morzine (en 2000 et 2003) et du Mont-Ventoux (en 2002) ont une saveur toute particulière. "J'ai tout donné dans la montée, j'ai été porté par le public qui m'a énormément aidé", expliquera Virenque.

Richard Virenque (1995)

En montagne, le public est à la fois un allié et un ennemi, pour Richard Virenque.

Entrée dans la légende du Tour, l'ascension du Puy de Dôme par Raymond PoulidorRaymond Poulidor
Pays : France
Né le : 15/04/1936
Meilleur classement : 2e (1964, 1965, 1974)
Victoires d'étape : 7
Profil : complet
et Jacques Anquetil Jacques Anquetil
Pays : France
Né le : 19/01/1934
Meilleur classement : 1er (1957, 1961, 1962, 1963, 1964)
Victoires d'étape : 16
Profil : complet
marquera à jamais les esprits, les deux coureurs bataillant côte à côte jusque dans les derniers mètres. Et lorsque "Poupou" choisit d'accélérer à 900 mètres de l'arrivée, déposant "Maître Jacques" avec l'espoir de lui reprendre son maillot jaune, l'Eternel Second n'a pour seul moteur que cette adrénaline.

« A son passage, on ne ressent plus la douleur »

Samuel Dumoulin

A écouter certains coureurs qui en parlent, cette flamme rouge aurait presque des propriétés mystiques. A son passage, "on ne ressent plus la douleur, on est totalement pris dans notre effort", résume Samuel DumoulinSamuel Dumoulin
Pays : France
Né le : 20/08/1980
Victoires d'étape : 1
Profil : sprinteur / baroudeur
, vainqueur d'une étape à Nantes sur le Tour 2008, et d'ajouter "c'est après que cela fait mal, une fois que l'on a passé la ligne". "On l'imagine, on l'attend, on décompte les kilomètres", résume avec les yeux encore émerveillés Laurent JalabertLaurent Jalabert
Pays : France
Né le : 30/11/1968
Meilleur classement : 4e (1995)
Victoires d'étape : 4
Profil : sprinteur puis baroudeur/grimpeur
, quatre fois vainqueur d'étapes en individuel. A croire que la magie opère encore.

La stratégie du dernier kilomètre

Plus ou moins deux cents kilomètres ont déjà été engloutis pour en arriver là, une partie du travail a été effectuée, mais alors que se profile cet ultime kilomètre, l’essentiel reste à accomplir. Jusque-là, les jambes avaient pris le dessus, cette fois, c’est au mental de prendre le contrôle. Les kilomètres précédents ne comptent plus ou presque. On oublie les crampes, les courbatures et l’acide lactique qui vous rongent pourtant. La tête prend l’ascendant car il faut raisonner vite et bien, pour ne pas anéantir les espoirs de son équipe, le travail fourni depuis plusieurs heures ou voir s’envoler le rêve de toute une vie. Ce dernier kilomètre est bien une nouvelle course dans la course, avec une stratégie à part, un entraînement en amont spécifique. Et bien sûr, tout dépend de la manière dont on l’aborde.

Marcel Kittel, le meilleur sprinteur du monde

Le train, la norme

Selon la physionomie de course, la tactique change. Le plus évident quand on évoque le dernier kilomètre d’une étape du Tour de France ? Le sprint massif. Autrefois appelé à se débrouiller seul, le sprinteur dispose aujourd’hui d’un « train », un ensemble de coureurs totalement dévoué, chargé de l’emmener dans les meilleures conditions jusqu’au final. Aujourd’hui les sprinteurs français se nomment Nacer BouhanniNacer Bouhanni
Pays : France
Né le : 25/07/1990
Victoires d'étape : 0
Profil : sprinteur
chez Cofidis et Arnaud DémareArnaud Démare
Pays : France
Né le : 26/08/1991
Victoires d'étape : 0
Profil : sprinteur
à la FDJ. Avant le milieu des années 1990, difficile d’imaginer l’idée du fameux train. De fait, dans le final des étapes moins organisées les tentatives « au kilomètre » se multipliaient.

A l’époque, Mario Cipollini Mario Cipollini
Pays : Italie
Né le : 23/03/1967
Victoires d'étape : 12
Profil : sprinteur
fait littéralement voler en éclats les codes de l’arrivée. Toute de rouge vêtue, la Saeco -son équipe d’alors- prend régulièrement le pouvoir dans les derniers kilomètres et impose son rythme. Le train est né. Cette révolution permet au sprinteur italien, en plus de ses qualités naturelles, de faire la loi dans les sprints massifs, obligeant tous ses adversaires à se mettre à la page. De nos jours, le train de Cavendish (chez HTC et Sky notamment) et celui de Kittel font figure d’exemples les plus aboutis. Sur les Champs-Elysées en 2009, le Britannique est tellement bien emmené, que son poisson-pilote, Mark RenshawMark Renshaw
Pays : Australie
Né le : 22/10/1982
Victoires d'étape : 0
Profil : sprinteur
, termine deuxième de l’étape. Quand le train touche la perfection.

« Le train parfait, c'est trois coureurs »

Sébastien Chavanel

Cette nouveauté oblige les équipes à un entraînement particulier comme le révèle Nacer Bouhanni. « On le travaille dans les stages mais aussi obligatoirement en course », assure le jeune sprinteur. Répéter le train sur des simulations de sprint « à blanc » pour que chaque rouage soit parfait. Pour Sébastien ChavanelSébastien Chavanel
Pays : France
Né le : 21/03/1981
Victoires d'étape : 0
Profil : sprinteur/poisson-pilote
« le train parfait, c’est trois coureurs devant le sprinteur au kilomètre. Les distances ? De 1000 mètres à 700 m pour le premier, de 700 m à 450 m pour le deuxième et de 450 m à 200 m pour le dernier ». Tout est donc très carré, très structuré. Cependant, Nacer Bouhanni rappelle qu’ « il n’y pas deux sprints qui se ressemblent ». L’adaptation devient donc la clé de la réussite.

A Oyonnax, Tony Gallopin avait réussi le coup parfait sur le Tour 2014.

Echapper au sprint massif

Le nombre de coureurs capables de fausser compagnie au peloton à la flamme rouge diminue chaque année. Ces courageux, sans doute un peu fous, qui s’imaginent capables de rivaliser avec une meute lancée à 60 km/h, espèrent profiter des erreurs de plus en plus rares du peloton. Les trains, réglés au millimètre, ont fait de ce type de coureur, une espèce en voie de disparition. Sortir « au kilomètre », cet art que les anciens portaient au pinacle, se perd inévitablement. Fort dans ses cuisses, le coureur doit aussi être solide dans sa tête pour saisir une occasion. Une désorganisation de la tête du peloton, une chute, un virage difficile, autant de situations propices à une attaque. Il s’agit ensuite de résister au peloton, cette énorme bête insatiable qui fond sur vous.

Jean-Christophe Péraud et David Millar (2012)

En 2012 sur la 12e étape, Jean-Christophe Péraud et David Millar (vainqueur) ont résisté

En petit comité et sans sprinteurs, le dernier kilomètre revêt une importance plus capitale encore : chaque coureur, ou presque, peut jouer la gagne. Thomas VoecklerThomas Voeckler
Pays : France
Né le : 22/06/1979
Meilleur classement : 4e (2011)
Victoires d'étape : 4
Profil : baroudeur
, Pierrick Fédrigo Pierrick Fédrigo
Pays : France
Né le : 30/11/1978
Victoires d'étape : 4
Profil : baroudeur
chez les Français, le Néerlandais Erik DekkerErik Dekker
Pays : Pays-Bas
Né le : 21/08/1970
Victoires d'étape : 4
Profil : baroudeur
et l’Espagnol Luis Leon SanchezLuis Leon Sanchez
Pays : Espagne
Né le : 24/11/1983
Victoires d'étape : 4
Profil : baroudeur/puncheur
, quatre victoires chacun sur le Tour (dont trois sur la seule édition 2000 pour Dekker), passent pour des maîtres dans l’art de « conclure ». Où comment un coureur prend, quasiment systématiquement le dessus sur ses compagnons d’échappée, quels qu’ils soient. Il ne s’agit pas du fruit du hasard, mais plutôt d’une qualité toute particulière à prendre la bonne décision au bon moment. Quand la psychologie prend le pas sur le reste. Parfois il faut jouer de son ou de ses adversaires dans le final. En prenant la tête ou au contraire en restant derrière, en attaquant ou en attendant le dernier moment. Quelques passes d’armes sont restées dans les mémoires. Celle entre Salvatore CommessoSalvatore Commesso
Pays : Italie
Né le : 28/03/1975
Victoires d'étape : 2
Profil : baroudeur
et Alexandre VinokourovAlexandre Vinokourov
Pays : Kazakhstan
Né le : 16/09/1973
Victoires d'étape :
Profil : baroudeur
à Fribourg sur le Tour de France 2000 en fait partie. La séance de sur-place imposée par l’Italien au Kazakh est un modèle tactique.

Le directeur sportif s’efface

Symbole du peloton du XXIe siècle, l’oreillette disparaît paradoxalement de ce moment décisif dans une course. Avec le bruit du public, « un brouhaha » selon Didier RousDidier Rous
Pays : France
Né le : 18/09/1970
Victoires d'étape : 1
Profil : baroudeur
, l’air que les coureurs fendent entre 55 et 60 km/h, et la concentration, l’oreillette s’avère inutile, réduisant le directeur sportif à un rôle de spectateur. La stratégie ? Elle a été décidée le matin lors du fameux briefing. Pour le reste, les « coureurs savent ce qu’ils ont à faire », résume Marc Madiot, ils l’ont répété maintes fois à l’entraînement. Le patron de la FDJ estime qu’il serait même « désobligeant de dire à un coureur ce qu’il doit faire à ce moment-là ». Le directeur sportif s’efface donc. Frustrant et d’autant plus stressant.

« Laisser faire les artistes »

Yvon Sanquer

Devenu simple observateur, le directeur sportif et tout le staff voit ou entend tout, sans pouvoir agir. Cramponné à son volant, les yeux rivés sur les écrans et les oreilles attentives aux annonces de Radio Course, le « DS » sait que les dés sont jetés, et l’angoisse n’a jamais été aussi vive. Le silence a envahit la voiture suiveuse. L’épilogue est proche. On craint la chute pour son leader au général, on craint que son sprinteur ne se retrouve enfermé aussi. Le dernier kilomètre, selon Yvon Sanquer, c’est le moment de « laisser faire les artistes ».

Les mésaventures du dernier kilomètre

La légende du Tour de France s'est construite autour de petites histoires. Celles-ci représentent pour certains le sommet d’une carrière, pour d’autres, de véritables cauchemars. On les appelle les poissards. Ils avaient quasiment tout prévu, les jambes encore vaillantes, la tactique avait payé et humaient déjà la douce odeur du succès… La victoire leur a pourtant glissé entre les doigts.

Sur le Tour 2014, les espoirs d'Andrew Talansky se sont envolés sur cette chute.

La peur de la chute

Les chutes sont l'ennemi du coureur cycliste. Les derniers kilomètres des étapes du Tour de France en ont vu à la pelle. Quand elles interviennent lors d'un sprint massif lancé souvent à plus de 70 km/h, elles peuvent être terribles. Terribles car dangereuses, mais terribles aussi pour leurs conséquences sportives. Lors du Tour de France 2014, les organisateurs choisissent une étape en ligne pour débuter et promettent du même coup le maillot jaune à un sprinteur. Sur ses terres à Harrogate, devant ses proches, le Britannique Mark CavendishMark Cavendish
Pays : Grande-Bretagne
Né le : 21/05/1985
Victoires d'étape : 25
Profil : sprinteur
ne se voit pas autrement que paré de jaune. La victoire lui est promise. Rien ne peut lui arriver, c'est écrit. Alors qu'il est bien lancé en plein milieu de la route, « Cav’ » se frotte à Simon GerransSimon Gerrans
Pays : Australie
Né le : 16/05/1980
Victoires d'étape : 2
Profil : puncheur
et en un quart de seconde, précipite sa propre perte. Affalé sur le bitume, touché à l’épaule droite, le sprinteur britannique a le temps de voir ses rêves s’envoler. Loin, très loin devant, Marcel KittelMarcel Kittel
Pays : Allemagne
Né le : 11/05/1988
Victoires d'étape : 8
Profil : sprinteur
enlève l’étape et revêt le maillot jaune.

Grosse chute dans le final de la première étape du Tour 2014

Grosse chute dans le final de la première étape du Tour 2014

Abandon de Mark Cavendish (2014)

Favori du jour, Mark Cavendish est touché à la clavicule et abandonne

Djamolidine AbdoujaparovDjamolidine Abdoujaparov
Pays : URSS puis Ouzbékistan
Né le : 28/02/1964
Victoires d'étape : 9
Profil : sprinteur
n’a lui non plus jamais porté la célèbre tunique jaune. Il ne rêvait que de victoires d’étapes et surtout de la plus célèbre d’entre elles, la dernière sur les Champs-Elysées. Double vainqueur en 1993 et 1994 sur la plus belle avenue du monde, l’Ouzbek a aussi connu l’une de ses plus grandes frayeurs sur les pavés parisiens en 1991. Lancé pour la victoire à 70 km/h sur la droite de la route, le coureur de la Carrera se déporte un peu trop, tape les barrières et passe soudainement par-dessus son vélo. Malgré la violence du choc et les conséquences dramatiques auxquelles il a finalement échappées miraculeusement, « Abdu » déclarera plus tard « Si vous voulez gagner, vous devez prendre tous les risques. »

« Il y avait la case danger qui s’allumait »

Laurent Jalabert

Il arrive que certaines chutes brisent la carrière d'un coureur, ou en modifient la trajectoire. Laurent Jalabert a vécu ce tournant dans sa vie professionnelle, le 3 juillet 1994 à Armentières. Maillot vert du Tour deux ans plus tôt, Jalabert est victime d'une terrifiante chute. Les images de son visage ensanglanté font le tour du monde, et s'il est marqué dans sa chair, il est surtout marqué dans son for intérieur. Avant je voyais les autres tomber, pas forcément dans un sprint, et pas de chutes grave, mais les semaines suivantes ont été très pénibles. Ça n’a plus jamais été pareil ensuite ». Lucide et honnête, le Mazamétain qui commente aujourd’hui le Tour pour Francetvsport reconnaît avoir « tout simplement eu peur de revivre ça ».

Ils sont nombreux à avoir vécu ce triste épisode, à l'instar de Christophe Mengin Christophe Mengin
Pays : France
Né le : 03/09/1968
Victoires d'étape : 1
Profil : baroudeur/sprinteur
qui a lui aussi levé les bras sur des grandes courses, du Grand Prix de Plouay à une victoire d’étape sur le Tour 1997. Et pourtant, c’est de sa chute à Nancy dont on se rappelle. Comme pour Jalabert, ce coup du sort a fait mal dans la chair, mais beaucoup plus encore dans la tête. Lancé sous la pluie lorraine, le coureur de la Française des Jeux croit en la victoire. Ce 7 juillet, Christophe Mengin qui a alors 37 ans, sait qu’au bout de l’ultime droite, ce sera le dernier fait d’arme de sa carrière. Las, il chute dans le dernier virage et abandonne ses rêves sur l’asphalte détrempé de Nancy.

La machine, amie-ennemie

Toujours cruelle, la chute est pourtant moins difficile à encaisser qu’un ennui mécanique. Quoi de plus frustrant que de se voir « voler » une victoire sur un incident indépendant de sa volonté ? C’est la mésaventure connue par David MillarDavid Millar
Pays : Grande-Bretagne
Né le : 04/01/1977
Victoires d'étape : 4
Profil : rouleur
sur le Tour du centenaire, en 2003. Le prologue se court dans un décor de rêve, les rues de paris, et semble lui être promis. La flamme rouge… La flamme rouge passée, l’Ecossais se voit déjà en jaune mais, trahi par un saut de chaîne, il voit la victoire lui échapper pour… huit centièmes seulement !

Mais il y a plus frustrant encore qu'une chute ou un ennui mécanique. Philippe BouvatierPhilippe Bouvatier
Pays : France
Né le : 12/06/1964
Victoires d'étape : 0
Profil : baroudeur
et Jack BauerJack Bauer
Pays : Grande-Bretagne
Né le : 07/04/1985
Victoires d'étape : 0
Profil : baroudeur
ont tous deux senti la malédiction leur tomber dessus. Comme ça, sans prévenir, l'inexplicable, l'improbable est arrivé. L’un comme l’autre auraient dû remporter une étape sur le Tour de France. Tous les voyants étaient au vert, les spectateurs les félicitaient déjà, ils esquissaient le sourire du vainqueur, les commentateurs leur donnaient course gagnée…

La victoire au bout des doigts

En 1988, Philippe Bouvatier est à la lutte avec Robert MillarRobert Millar
Pays : Royaume-Uni
Né le : 13/09/1958
Meilleur classement : 4e (1984)
Victoires d'étape : 3
Profil : grimpeur
et Massimo GhirottoMassimo Ghirotto
Pays : Italie
Né le : 25/06/1961
Victoires d'étape : 2
Profil : grimpeur
dans l’étape qui arrive au sommet de Guzet-Neige. Le Français se dresse sur ses pédales et prend le dessus sur ses adversaires et prend le large à une centaine de mètres de l'arrivée, avant de… se tromper de route ! Bouvatier passe le barrage de policiers et emprunte la déviation réservée aux voitures de directeurs sportifs. Déclaré « vainqueur moral », il ne connaîtra jamais l’ivresse d’un véritable succès sur le Tour.

A 29 ans, Jack Bauer peut encore y croire. Sa revanche, le natif de Takaka la mérite tant il a donné sur cette 15e étape du Tour 2014 entre Tallard et Nîmes. En compagnie de Martin ElmigerMartin Elmiger
Pays : Suisse
Né le : 23/09/1978
Victoires d'étape : 0
Profil : baroudeur
, Bauer brave le vent et la pluie et passe 221 kilomètres en tête. Affalé sur sa machine, celui qui aurait pu devenir le premier néo-zélandais vainqueur d’étape sur la Grande Boucle, est dépassé par la meute à seulement 50 mètres de la ligne d’arrivée. A peine cinq coups de pédales.

Olaf Pollack termine à pied (2003)

Le 6 juillet 2003, Olaf Pollack termine à pied

Victor Fontan (1930)

Le 7 juillet 1930, Victor Fontan avait subi le même sort

LE moment de vérité

Parce que le Tour de France est légendaire, que chaque victoire acquise sur les routes de la Grande Boucle est un exploit, et parce que ces héros des temps modernes ont consacré une vie entière à cette passion, ce dernier kilomètre représente finalement plus qu'un simple épilogue. La flamme rouge est LE moment de vérité. Au bout de ces 1000 mètres d'incertitude, un destin va changer.

Crédits

Journalistes :

Romain Bonte
& Christophe Gaudot

Réalisation web :

Thibaut Caudrelier

JRI :

Bernard Berliet

Monteur :

Stephan Malin

Vidéothèque :

Meriem Ben Merzoug

Images d'archive :

INA

Rédaction en chef :

Rémi Pietton

Photos :

AFP-MaxPPP

Remerciements :

Erwann Gaucher
Eric Vermande
Bertrand Guyon
Nicolas Geay
Julien Lamotte
Thierry Tazé-Bernard
Gaëtan Scherrer
ASO