Daniel Dias
Le nageur Brésilien Daniel Dias, symbole du succès de ces Jeux Paralympiques de Rio | FABIO MOTTA / ESTADÃO CONTEÚDO / AGÊNCIA ESTADO

Succès populaire et sportif, des Jeux Paralympiques réussis pour Rio

Publié le

Après plus d’un mois de sport et d’émotions, le rideau tombe sur Rio qui vient de tourner la page des Jeux avec la fin des Paralympiques. Annoncée comme un fiasco, cette quinzième Paralympiade - la première d’Amérique latine – a su séduire le public carioca et mettre un coup de projecteur sur le handisport et ses athlètes.

Coupe du Monde, Jeux Olympiques et Jeux Paralympiques… Cette fin d’été 2016 marque la fin d’un cycle de grands événements pour le Brésil et Rio, conclu en fanfare par la cérémonie de clôture des quinzièmes Jeux Paralympiques de l’histoire. "Les Jeux ont été un moment magique pour la ville. Je crois qu'il va y avoir de la nostalgie maintenant", confiait dimanche après-midi à l'AFP Marcelo Augusto Miranda Costa, un spectateur brésilien. C’est donc non sans une certaine saudade que Rio ferme ses Jeux Paralympiques, marqués par la suprématie de la Chine et un succès populaire aussi imprévu qu’apprécié.

Toujours plus vite

Comme aux Jeux de Londres, la Chine a largement dominé les épreuves avec 239 médailles dont 107 en or, soit douze de plus qu'à Londres (95). La Grande-Bretagne, l'Ukraine, les États-Unis et l'Australie complètent le tableau des cinq meilleures nations paralympiques. Le Brésil, pays organisateur, pointe en 8e position alors que la France, qui espérait intégrer le top 10, termine finalement 12e.

Du côté des performances, les Paralympiques ont toujours souffert de la comparaison avec les Jeux des valides. Mais à Rio, et même sans Oscar Pistorius, des athlètes handicapés ont braqué tous les projecteurs sur eux en faisant mentir les chronos. Ainsi, les quatre premiers du 1500m, remporté par l'Algérien Abdellatif Baka, malvoyant de naissance, ont couru dans un meilleur temps que l'Américain Matthew Centrowitz, couronné chez les valides un mois plus tôt. Une statistique qui doit être tempérée : Centrowitz a remporté la course olympique la plus lente depuis 1932, pendant que Baka lui décrochait un nouveau record du monde.

Le public a répondu présent

"On se souviendra du succès de ces Jeux qui ont surpris tout le monde." Les mots de Sir Philip Craven, président du Comité International Paralympique, sont lourds de sens car ils étaient peu à mettre une pièce sur le succès populaire des Paralympiques il y a à peine un mois. Avec seulement 12% de billets vendus et les rumeurs d’une annulation pure et simple de l’événement, le doute planait autour de ces quinzièmes Jeux Paralympiques qui n’auront pas été épargné par les polémiques, entre l’absence des athlètes Russes exclus pour dopage ou l’absence remarquée du président du CIO Thomas Bach.

Si les premiers jours ont fait craindre des stades vides comme lors des Jeux Olympiques, les Cariocas se sont peu à peu pris au jeu, entraînés dans le sillage des champions locaux comme Daniel Dias, qui, avec neuf médailles à Rio, est devenu le nageur le plus décoré de l'histoire paralympique. Ainsi, le record de fréquentation des JO a été battu samedi dernier avec plus 170 000 personnes aux Paralympiques pour 2,1 millions de tickets vendus, soit la deuxième meilleure vente après Londres en 2012.

La mission "est accomplie", s’est ainsi félicité Carlos Nuzman, président du comité d’organisation de ces Jeux de Rio. Tâche maintenant à Tokyo de s’en inspirer. "Nous avons été impressionnés par la passion des Cariocas. Nous sommes maintenant plus motivés que jamais pour offrir les meilleurs Jeux possibles dans quatre ans", a ainsi déclaré Toshiro Muto, le président du comité d’organisation de Tokyo 2020.

Mathieu Aellen