Van Niekerk 400m ligne arrivée
Le Sud-Africain Wayde Van Niekerk est le nouveau boss du 400 m | Yasuyoshi Chiba / AFP

Rio 2016 : Transcendés par l'Olympe, ils ont crevé l'écran

Publié le , modifié le

Ils sont arrivés au Brésil en outsider. Ils repartent de Rio auréolés d'un nouveau statut. Pour les Kevin Mayer, Kyle Chalmers, Van Niekerk, etc, plus rien ne sera comme avant.

  • Wayde Van Niekerk (Athlétisme / 400m) : Le Bolt du 400

Wayde Van Niekerk (Athlétisme / 400m) : Le Bolt du 400

Un pur sprinteur s’est révélé à la face du monde. Seul homme à avoir couru sous les 10 secondes au 100m, les 20 secondes au 200m et les 44 secondes au 400m en 2016, Wayde Van Niekerk a tout pour devenir une star interplanétaire. Champion du monde du 400m en 2015, le Sud-Africain a dépassé le strict cadre de son sport en établissant un nouveau record mondial de la distance (43.03), sous la marque établie par Michael Johnson le 29 août 1999 (43.18). "Je croyais au record du monde. J'avais rêvé de cette médaille depuis toujours", a indiqué le nouveau champion olympique qui a fait l’exploit du couloir 8, en aveugle. Au printemps, Usain Bolt lui avait qu’il battrait ce record. Le Jamaïcain avait vu juste.

VIDEO : Le tour de piste record de Van Niekerk

  • Kyle Chalmers (Natation / 100 m) : Jeune premier

Kyle Chalmers (Natation / 100 m) : Jeune premier

En natation, difficile d’exister derrière le géantissime Michael Phelps et son alter ego Katie Ledecky. Kyle Chalmers n’aura peut-être jamais leur palmarès mais il est déjà l’idole de toute l’Australie. A 18 ans, il a presque toute la vie devant lui et l’or le plus prisé autour du cou. Plus jeune vainqueur du 100m, épreuve reine de la natation, depuis 1980, l’Australien a surpris tout le monde, à commencer par les favoris ; son compatriote et ami Cameron McEvoy (7e) et le tenant du titre, l'Américain Nathan Adrian (3e). Les Australiens attendaient ce titre depuis Mike Wenden en 1968, Chalmers leur a servi sur un plateau.

VIDEO : Kyle Chalmers surprend les favoris

  • Simone Biles (Gymnastique) : La collectionneuse

Simone Biles (Gymnastique) : La collectionneuse

Les Etats-Unis d’Amérique se sont pris d’amour pour une gymnaste hors du commun. Explosive, Simone Biles a tout dévasté sur son passage. Quatre titres : saut, sol, concours général et par équipes. Avec quatre médailles d’or sur les mêmes JO, elle a égalé le record de la Soviétique Larissa Latynina et la Hongroise Agnes Keleti en 1956, quand il y avait sept compétitions contre six aujourd'hui, ainsi que la Tchécoslovaque Vera Caslavska (1968) et la Roumaine Ecaterina Szabo (1984). Sur les six titres possibles, elle n'en a laissé échapper que deux, dont celui des barres asymétriques, son point faible. "Ç'a été une expérience incroyable, a-t-elle déclaré. Tout ce que j'ai gagné, je n'aurais jamais pu en demander autant."

  • Kevin Mayer (Athlétisme / Décathlon) : Le meilleur est encore à venir

Kevin Mayer (Athlétisme / Décathlon) : Le meilleur est encore à venir

C’est le seul médaillé d’argent de notre sélection mais on ne pouvait pas passer à côté de Kevin Mayer. Vice-champion olympique du décathlon, le nouveau beau gosse de l’athlétisme français a offert deux jours de compétition époustouflants. Le record de France de Christian Plaziat a volé en éclat face à la 6e meilleure performance de tous les temps (8834 pts). Même le meilleur athlète du monde, l'Américain Ashton Eaton, vainqueur du décathlon avec 8893 pts, a tremblé. "J'ai clairement donné mon corps à la science pendant deux jours", a expliqué Mayer qui rejoint Ignace Heinrich, seul médaillé français du décathlon (1948). "J'ai clairement du mal à marcher. C'est la beauté du décathlon, on va à la mort jusqu'au bout. Et c'était pratiquement un décathlon parfait pour moi. De A à Z". On le reverra très vite sur le stade comme dans les médias.

  • Nick Skelton (Equitation / Saut d’obstacle) : L’âge d’or

Nick Skelton (Equitation / Saut d’obstacle) : L’âge d’or

A 58 ans, il y a ceux qui reçoivent la médaille du travail après une carrière bien remplie et Nick Skelton. Le Britannique a traîné sa cravache aux quatre coins du monde en collectionnant les récompenses. En 2008 à Londres, il avait la médaille d’or en poche jusqu’à l’avant-dernier obstacle. Doré par équipe, il aurait pu s’arrêter là. Avec Big Star, son étalon, Skelton repartait pour une olympiade. Auteur d’un concours parfait lors des deux manches et du barrage, le Britannique fait parler son expérience et décroche le Graal. La Reine d’Angleterre n’a plus qu’à l’anoblir.

  • Almaz Ayana (athlétisme / 10.000 m) : D’or et de cristal

Almaz Ayana (athlétisme / 10.000 m) : D’or et de cristal

Avant le record explosif de Van Niekerk, Almaz Ayana avait mis le feu au stade olympique en pulvérisant de 14 secondes le record du monde du 10.000 m (29 min 17 sec 45), vieux de 22 ans. Une performance exceptionnelle que l’athlétisme espère propre après les révélations sur le dopage d’état en Russie. "Je me suis entraînée spécifiquement pour le 10.000 m. Je prie beaucoup et Dieu me donne tout. Mon dopage, c'est mon entraînement et ma foi. Je suis claire comme le cristal", a répondu Ayana. Rivale de Dibaba en Ethiopie, elle a toutefois échoué dans sa tentative de doublé 5000-1000.

VIDEO : Le record du 10.000 d'Ayana

  • Katinka Hosszu (Natation) : L’autre dame de fer

Katinka Hosszu (Natation) : L’autre dame de fer

Dans l’ombre de Katie Ledecky, une nageuse a émergé de la piscine olympique. Et pas qu’une fois. La Hongroise Katinka Hosszu repart de Rio avec quatre médailles dont trois en or. Titrée sur le 100m dos, le 200m 4 nages et le 400m 4 nages, la « Dame de fer » ouvre royalement son compteur olympique alors que les podiums s’étaient refusés à elle lors des trois précédents JO. Cataloguée stakhanoviste des bassins, Hosszu est une battante et une femme d’affaires accomplie. Née d’un papa basketteur professionnel, la Hongroise n’avait pas attendue ses Jeux radieux pour devenir millionnaire. Et maintenant elle a de l’or en banque.

VIDEO : La moisson dorée de Hosszu