Vous êtes ici

Rio 2016 - 10h pour garder l'or olympique, la journée de Teddy Riner avec sa famille

Teddy Riner devant son clan de supporteurs, parmi lesquels on distingue son frère

Teddy Riner devant son clan de supporteurs, parmi lesquels on distingue son frère | AFP - LAURENT KALFALA

Par notre envoyé spécial

Publié le 13/08/2016 | 02:13, mis à jour le 13/08/2016 | 02:59

Entre son arrivée à la Carioca Arena le matin pour débuter son échauffement et sa montée sur la plus haute marche du podium après sa victoire, Teddy Riner a passé dix heures. Sur le tatami de ces JO de Rio, face à ses adversaires, avec sa famille et ses amis, nous avons suivi pas après pas le deuxième sacre olympique du plus grand judoka de l'Histoire.

8h35 - Arrivée en bus dans le parc olympique de Barra da Tijuca

Plus d'une heure et demie avant le début du premier combat de sa catégorie, Teddy Riner arrive en bus à l'Arena Carioca 3. Décontracté, en survêtement, il ne perd pas de temps sous un ciel menaçant. Il s'engouffre dans la salle après avoir lancé à Lucie Decosse, ancienne championne olympique et consultante France Télévisions à Rio: "Tu es toujours aussi belle", dans un sourire.

8h40 - Début de son échauffement

Cinq minutes après son arrivée, Teddy Riner entre dans la salle d'échauffement. A partir de ce moment-là, il n'y a que les athlètes et les entraîneurs présents.

10h41 - L'entrée dans la salle pour son premier combat

Alors que son adversaire, l'Algérien Tayeb a déjà combattu une fois, le champion olympique en titre débute son parcours. Il entre dans la salle. Deux minutes après, il monte sur le tapis. Dans les tribunes, un clan de supporters français se manifeste bruyamment. Un membre de l'organisation tente de les faire asseoir, mais il se fait rabrouer vertement. Le combat ne dure que 65 secondes, et se termine sur ippon. 

Vidéo: Le premier combat

 
 

11h41 - Deuxième combat

A son entrée dans l'arène, les "Teddy, Teddy" tombent des gradins. L'ambiance monte d'un cran, alors que moins de dix minutes plus tôt avant, Clarisse Agbegnenou, la médaillée d'argent, s'est offert un bain de foule parmi un groupe de supporters tricolores. Huit minutes après, le Français s'impose et se qualifie pour les demi-finales, grâce à un waza-ari, aux dépens du Brésilien Rafael, qu'il avait déjà battu ici-même en finale des championnats du monde en 2013. Teddy Riner a franchi les deux premiers obstacles, et a gagné le droit de faire une pause.

Vidéo: Victoire en maîtrise en quarts de finale

 
 

13h10 - Collation et repos

Teddy Riner déjeune. Son prochain combat n'est prévu qu'à 16h12. Riz, brochettes et soda sont à son menu. Ensuite, c'est avec son casque sur les oreilles qu'il se repose, ne l'enlevant que pour échanger quelques mots avec son entraîneur.

15h - La famille se regroupe

Ses premiers soutiens, famille et amis proches, se sont également restaurés. Ils commencent maintenant à se regrouper sur l'esplanade devant l'Arena, à une demi-heure du début du programme de l'après-midi. Teddy Riner n'est pas venu seul au Brésil. Ils sont au total 60 à avoir fait ce voyage. Ils sont logés dans deux villas, et ont pu assister à un entraînement, sagement, durant la semaine. "On ne veut pas le déranger", dit Loïc, son cousin, habillé comme les autres avec un t-shirt vert où est écrit le nom du judoka, et qui arbore un petit foulard léger, ciglé de la même manière, autour de la gorge. Et sa gorge, il essaye d'en prendre soin: "Normalement, on n'a plus de voix à la fin de la journée. Un peu comme lui, on se prépare pour cette journée. On est sorti tous les soirs, mais hier, cela n'a pas été le cas. C'est toujours du stress".

Moïse, le papa de Teddy, est le grand organisateur, le grand coordinateur de la famille. C'est aussi lui le lien avec Teddy: "Il n'y a que moi qui ai le contact avec lui, et je fais passer les messages ensuite à la famille", explique-t-il. Avant son combat, il lui a simplement dit: "La médailles est au bout, à toi d'aller la chercher car personne n'ira pour toi." Pour cet événement que sont les Jeux Olympiques, les deux grands-pères du judoka, Pierre et Maurice, âgés de 87 et 91 ans, ont fait également le déplacement. A 15h30, tout le monde est rentré dans la salle, y compris la compagne de Teddy et leur fils, plutôt en retrait.

16h15 - L'entrée pour la demi-finale

Teddy Riner monte sur le tatamis. Trois minutes avant, alors qu'il patientait sagement à l'entrée de la salle avec son adversaire israëlien Or Sasson, il s'était versé de l'eau sur la tête. Sa compagne prend leur enfant dans ses bras pour qu'il puisse mieux voir, au milieu des tribunes. Derrière, l'un de ses grands-pères se lève, drapeau en main et casquette vissée sur la tête. Le combat est serré, tendu. Il va jusqu'à son terme, pour une victoire et une qualification. En descendant, le visage fermé et en sueur, il jette un oeil furtif à son clan en passant devant lui.

Vidéo: Victoire sur le gong en demi-finale

 
 

17h32 - L'entrée pour la f​inale

Teddy Riner pénètre pour la quatrième et dernière fois dans cette salle, en deuxième position derrière le Japonais Harasawa. Un quart-d'heure avant, les supporters bleus ont bien tenté de lancer une ola, en vain. Dans le clan de la famille et des amis, tout le monde est debout. Dans les bras de sa mère, son fils regarde l'image de son père sur l'écran géant. Dès l'entame du combat, les t-shirts verts entonnent la Marseillaise. Là encore, la tension est grande. Son grand-père s'est encore levé. La victoire est au bout de cette lutte.

 
Teddy Riner retrouve sa compagne et son fils après sa victoire à Rio (DR)
 

L'explosion de joie est énorme. Tout le monde s'approche de la balustrade des gradins, pour toucher et échanger un regard avec le désormais double champion olympique. Teddy Riner laisse éclater sa joie, suivi par les photographes et les caméras. Après avoir embrassé goulûment son entraîneur, il court pour s'approcher de sa compagne et de son fils qu'elle tient dans ses bras, pour les embrasser rapidement avant de filer vers la zone mixte. "Il n'y a pas de mots", glisse avec un grand sourire Luthna, sa compagne. "Il était déjà dans l'histoire, mais là... Il la voulait tellement cette médaille, et ce qu'il veut, je le veux." Elle est heureuse, simplement, radieuse comme son compagnon. "Il est incroyable. C'est quelqu'un d'exceptionnel." Les larmes finissent par couler lorsqu'elle tombe dans les bras d'un proche. Loïc a perdu une grande partie de son pouvoir  vocal, mais il a gagné un énorme sourire: "Je n'ai presque plus de voix. Cette deuxième médaille d'or, il la voulait. Là, il est entré dans l'histoire." 

Vidéo: Riner reste champion olympique

 
 

18h09 - La cérémonie de remise de médailles

Moïse Riner est parvenu à s'approcher du tatami. Son fils est dans les entrailles de l'Arena, pour recevoir sa médaille. Son père veut être aux premières loges. Huit minutes après, Teddy Riner monte sur la plus haute marche du podium. Quatre ans après Londres, il est le roi de l'Olympe. Son père lui adresse un geste de la main, simple. "En tant que papa, je suis fier, content pour lui. Mais il n'y a pas à s'enflammer. C'est lui qui fait le travail. Le bonheur, ce n'est pas à moi de le vivre. Toute la famille est contente, mais c'est son bonheur, c'est à lui d'en profiter", dit-il calmement dans la zone mixte, où il suit pas à pas et à distance, son enfant qui enchaîne les interviews.

La Marseillaise pour Teddy Riner #rio2016

A video posted by @francetvsport on Aug 12, 2016 at 3:18pm PDT

Sourire en bandoulière, le double champion olympique lance en réponse à une question sur sa légende: "Du moment que je suis la légende de ma famille, c'est le plus important", dit-il. Aucun doute n'est permis à ce sujet. "Je suis très content de cette journée, d'avoir réussi cette olympiade. Il y a beaucoup de fierté. J'avais un grand monsieur face à moi qui voulait autant la médaille d'or que moi." Son seul regret ? "Je voulais marquer ippon. Il avait annoncé qu'il voulait me battre. C'est un challenge et j'adore les challenges. Mais la raison a pris le dessus. Il valait mieux assurer. Il y a beaucoup d'émotion, même si je mets toujours du temps à réaliser." 

Teddy Riner, ce colosse indestructible, l'avoue: "Il y a beaucoup de fatigue. C'est dur. Si on me demande ce que je vais faire: c'est des vacances." Quelques minutes avant, Luthna ne voulait pas se placer devant pour s'approcher de son compagnon: "Ce soir, je l'aurai que pour moi", disait-elle dans un sourire, identique à celui de son compagnon.

Vidéo: L'interview de Teddy Riner à chaud

 
 

Sur le même sujet