Macron JO
Emmanuel Macron a porté la candidature de Pairs-2024 | Fabrice COFFRINI / AFP

JO 2024 : Paris et Los Angeles ont passé leur oral

Publié le , modifié le

Entre sourires et satisfactions, Paris et Los Angeles ont passé mardi à Lausanne leur grand oral pour présenter leur candidature pour les JO-2024 devant les membres du Comité international olympique (CIO), qui devraient entériner dans l'après-midi le principe d'une double attribution des Jeux 2024 et 2028.

Emmanuel Macron engagé derrière Paris

"Ce grand oral est passé. J'étais très fier d'accompagner cette équipe. La France y est prête (pour les Jeux), elle les attend", a commenté le président de la République, Emmanuel Macron, véritable attraction médiatique de cette journée sur les bords du Lac Léman, après la présentation parisienne. Le président de la République a souligné l'unité et le professionnalisme de la candidature de Paris 2024, portée par les sportifs. Les valeurs de l'olympisme "d'ouverture, de tolérance de justice et de respect de l'environnement", mises en avant lundi par le président Macron lors de sa rencontre avec le président du CIO, l'Allemand Thomas Bach, ont été rappelées.

Paris et Los Angeles attendent le résultat

Sept personnes ont pris la parole pour la capitale française, dont Emmanuel Macron, Tony Estanguet, l'un des deux co-présidents du comité de candidature, la boxeuse Sarah Ourahmoune, vice-championne olympique à Rio, ou le Prix Nobel de la Paix 2006, Muhammad Yunus. Du côté de la délégation de Los Angeles, qui a été la première à s'exprimer devant le CIO, avec comme VRP le maire de la Cité des Anges Eric Garcetti, ou la sextuple championne olympique Allyson Felix, Casey Wasserman a souligné que la candidature "n'est pas une question d'argent, d'ego, de fierté de l'Amérique, ou même de gagner ou de perdre". Les deux présentations de 45 minutes ont été suivies d'un échange de 30 minutes avec la petite centaine de membres du CIO.

Place à la double attribution 

Après une matinée chargée pour les deux villes candidates, le CIO se réunira en session extraordinaire avec un menu tout aussi copieux pour ses membres et une question toute aussi cruciale: la double attribution des Jeux 2024 et 2028. "Le président Bach a eu raison d'engager une discussion avec les villes sur une double attribution", a loué la maire de Paris Anne Hidalgo en conférence de presse. "Il y a eu beaucoup de villes qui se sont retirés après des référendums. Ca a été le cas de toutes les villes européennes. S'engager pour qu'il n'y ait que des gagnants est une démarche que nous soutenons", a-t-elle ajouté. Sauf très improbable renversement de situation, le principe devrait être approuvé et garantira ainsi à la ville non retenue pour 2024 un énorme lot de consolation: la garantie d'accueillir l'événement planétaire quatre ans plus tard.

Encore quelques détails à régler 

Il ne restera alors plus qu'à fixer les modalités de cette double attribution, car le président de l'instance olympique n'en démord pas: il y aura bien un vote lors de la session du CIO à Lima le 13 septembre, qui devait initialement désigner seulement la ville hôte des JO-2024. "Quand on dispose de deux candidatures aussi solides, ce double vote semble la meilleure solution", expliquait lundi un membre du CIO, reprenant ainsi le credo de Thomas Bach. Si Paris reste concentré sur 2024, pour des Jeux du centenaire (après ceux de 1924 déjà organisés dans la capitale française), Casey Wasserman a été le premier début juin à évoquer la possibilité pour Los Angeles d'accepter 2028. "Pour parler clairement, la candidature de LA 2024 n'a jamais été uniquement à propos de Los Angeles et uniquement à propos de 2024", a-t-il expliqué.