JO 2024
Le maire de Los Angeles, Eric Garcetti (à gauche), et la maire de Paris, Anne Hidalgo (à droite), enlacés. | Philippe Millereau / DPPI

JO 2024 / JO 2028 : Entre Paris et Los Angeles, les Jeux sont presque faits

Publié le , modifié le

Les JO 2024 à Paris et ceux de 2028 à Los Angeles ? Même si le scénario prend corps, des négociations vont s'accélérer pour aboutir probablement avant la fin août à un accord tripartite en vue de confirmer une double attribution en septembre à Lima. Si Paris reste concentré sur 2024 et "ne va pas revenir sur les engagements", assure Tony Estanguet, co-président du comité de candidature, Los Angeles devra de son côté obtenir des compensations et des garanties pour accepter d'organiser les JO en 2028, pour lesquels LA a déjà entrouvert la porte...

Sur quoi les négociations vont-elles porter ?

Le Comité international olympique (CIO) a validé ce mardi une double attribution des JO 2024 et 2028 lors de sa 131e session le 13 septembre à Lima (Pérou). Cette double attribution ne sera actée que si l'une des deux villes accepte l'échéance 2028. "Il s'agit de servir le mouvement olympique bien au-delà de 2024", a déclaré mardi Casey Wasserman, président de la candidature américaine, ouvrant ainsi implicitement de nouveau la porte à une organisation des JO 2028. Si aucun accord n'est trouvé, l'attribution des JO 2024 se fera lors d'un vote traditionnel entre les deux villes en lice et une nouvelle procédure sera ouverte pour 2028. Un scénario qui semble bien improbable, tant la joie des deux maires était manifeste ce mardi soir. Dans un premier temps, le CIO doit modifier et renvoyer à chacune des deux villes un contrat de ville hôte incluant 2028.

"On va partir du contrat de ville hôte qu'il va falloir adapter car on part désormais sur une période de 11 ans (2017-2028). Ce contrat sera envoyé aux deux villes la semaine prochaine", explique Christophe Dubi, directeur des Jeux au CIO. Chaque ville devra alors identifier les modifications sur les projets dans l'optique de 2028 et fournir de nouvelles garanties. "L'objectif est maintenant de faire avec diligence le travail juridique et du côté des villes d'analyser le projet sur 2028 et que l'une des villes se déclare pour 2028, cela peut se faire dans les semaines à venir", ajoute Christophe Dubi.

Au centre des négociations figurera le montant de la garantie apportée à la ville qui se portera candidate pour 2028. Si Rio a obtenu 1,5 milliard de dollars du CIO pour les JO 2016, la contribution pour 2024 devrait atteindre 1,7 milliard de dollars et pourrait donc mécaniquement augmenter de 100 à 200 millions de dollars pour 2028. Les Américains "vont demander des compensations au niveau du contrat ville hôte 2028", analyse Jean-Loup Chappelet, professeur à l'Université de Lausanne et spécialiste du mouvement olympique. "Ils l'ont déjà fait pour soutenir le sport de masse, mais le CIO a refusé. Beaucoup va en plus tourner autour de "l'accord conjoint de marketing" qui doit aussi être signé, avant une décision finale, entre Los Angeles et le Comité national olympique américain (USOC) pour 2028", ajoute-t-il. Cet accord pourrait prévoir que l'USOC laisse le champ libre au Comité d'organisation de LA pour le marketing/sponsoring de 2021 à 2028. L'USOC serait alors privé d'importantes recettes.

Quel est le calendrier des négociations ?

Des échanges "informels", selon Thomas Bach, ont déjà eu lieu ce mardi soir, juste après le vote, lors d'un dîner. Mais "aucun calendrier" n'a encore été déterminé, précise le CIO. "On va en reparler dans les prochains jours, on avait tous des engagements déjà pris, des déplacements, il faut qu'on arrive à réorganiser tout ça", a lancé Tony Estanguet. Thomas Bach "espère" lui un accord avant la fin-août, "pour bien préparer la session à Lima". "D'ici à deux semaines, nous prendrons une décision et nous pourrons alors obtenir un accord", ajoute Eric Garcetti, maire démocrate de Los Angeles.

Qui va négocier ?

C'est le CIO, représenté par son directeur général Christophe De Kepper et Christophe Dubi, "qui va être à la baguette et va faciliter les discussions", explique Estanguet. La discussion se fera au niveau des présidents des deux candidatures. Pour Paris 2024, Estanguet mènera les négociations avec le directeur général Etienne Thobois, en face de Casey Wasserman et de son directeur Gene Sykes. Pour la mairie de Paris, c'est Jean-François Martins, adjoint au sport qui assurera le suivi.

AFP