Vous êtes ici

JO 2024 - Tony Estanguet: "On va vivre 7 ans de bonheur"

Tony Estanguet, nouveau membre du CIO

Tony Estanguet, nouveau membre du CIO | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Par

Publié le 12/09/2017 | 13:42, mis à jour le 13/09/2017 | 14:17

Alors que le Comité international olympique va officialiser mercredi l'attribution des Jeux-2024 à Paris, Tony Estanguet, co-président du comité de candidature, a confié à l'AFP avoir "hâte d'être au 2 août 2024 pour la cérémonie d'ouverture". Pour le triple champion olympique de canoë, après de nombreux échecs, "la France mérite ce moment-là. Il faut le savourer à sa juste valeur".

Qu'est ce qui a permis cette fois à Paris de gagner son pari ?

Tony Estanguet : "Un dossier qui a fait la différence, un dossier construit par les athlètes et proposant les meilleures émotions pour les athlètes et les spectateurs. Un dossier responsable avec des sites iconiques. On a tous rêvé des Jeux à Paris depuis longtemps et la magie de cette aventure a été de fédérer beaucoup de gens, des pouvoirs publics aux entreprises privées, des étudiants aux chefs de l'Etat, des syndicats aux grands patrons. On s'adressait à une cible bien précise, les membres du CIO, mais le pari est aussi gagné car on a réussi à mobiliser les Français."

Après toute la tension depuis 4 ans, n'est-ce pas étrange de terminer par une session sans suspense ?

T.E : "C'est une session que j'attends depuis tellement longtemps qu'il y a énormément de tension et d'enjeu car on parle de ramener les Jeux en France et à Paris. Ce vote est très important, on va vivre une émotion collective incroyable. Il y a moins de suspense mais ça ne diminue en rien l'émotion et l'importance de ce moment."

"La France mérite ce moment"

Entre un parcours de canoë avec une vingtaine d'obstacles et une candidature olympique aux nombreux pièges, qu'est-ce qui est le plus dur ?

T.E : "Quand on s'est lancé dans l'aventure, on a vraiment voulu analyser précisément les échecs précédents. La France a été candidate à de nombreuses reprises depuis 20 ans et a toujours échoué. On a pris le temps de comprendre et de demander au CIO pourquoi on n'avait jamais été retenu. Cette phase a permis de comprendre que les athlètes devaient être en première ligne et que l'unité était importante. Mais cela n'a pas toujours été simple de tenir bon. J'ai arrêté ma carrière d'athlète en 2012, je me suis tout de suite embarqué dans ce projet et j'ai l'impression d'avoir grandi tout au long de l'aventure."

Qu'allez vous ressentir au moment de l'annonce officielle, du soulagement, de la fierté ?

T.E : "Une énorme satisfaction. La France mérite ce moment, je pense qu'il faut le savourer à sa juste valeur. La France est reconnue dans sa capacité d'organisation de grands événements, dans sa capacité à accueillir le monde, on va accueillir le monde en 2024, on sera au centre de toutes les attentions. Je pense que l'on va vivre sept ans de bonheur à essayer de mettre un petit peu plus de sport dans la société, à essayer d'utiliser les Jeux et ses valeurs positives pour faire avancer la France."

"On va faire la fête grâce aux Jeux"

Il va maintenant falloir constituer le comité d'organisation et mener une course contre la montre. Est-ce que le plus dur commence dès mercredi ?

T.E : "Le plus dur pour moi a été d'obtenir les Jeux en 2024, il faut être fier du travail réalisé. La France doit regarder les choses du bon côté, quand (elle) se met au travail, elle peut réaliser de grandes choses, être ambitieuse. Ce ne sera pas simple, mais la France a montré, comme à l'Euro, qu'elle savait organiser de grands événements."

Vous allez présider et travailler avec qui ?

T.E : "L'objectif d'abord est de bien savourer cette aventure. Ensuite le CIO nous octroie 5 mois pour constituer le comité d'organisation. Je souhaite que l'on se projette dans la continuité, je continue à être impliqué en tant que président du Comité d'organisation et Etienne Thobois en sera le directeur général. On va continuer ensemble l'aventure".

Avez-vous déjà une image rêvée de 2024 ?

T.E : "Je rêve de voir du monde faire la fête du sport. On veut transformer ce pays autour d'images positives, de joie, voir ces champions du monde entier accueillis avec la banane, voir des petits Français qui attendent ce moment-là depuis très longtemps. On aura 22 sports dans un rayon de 10 km, donc ce sera simple, on pourra aller à pied d'un site à l'autre. Ce parc de célébrations le long de la Seine va être magique. On va faire la fête grâce aux Jeux. Donc oui j'ai hâte, j'ai hâte d'être au 2 août 2024 pour la cérémonie d'ouverture".

Sur le même sujet