Florian Hardy france hockey tchèque
Florian Hardy mis à rude épreuve face aux Tchèques | AFP

Les Tchèques glacent l’espoir des Tricolores

Publié le , modifié le

L’équipe de France s’est inclinée 2-5 face à la très solide République tchèque et voit ses chances de qualification pour les quarts de finale s’éloigner sérieusement. Il faudrait désormais un énorme concours de circonstances pour voir les hommes de Dave Henderson atteindre ce stade de la compétition. En huit affrontements en championnat du monde, les Tricolores n’ont donc toujours pas battu les Tchèques, qui comptent 12 titres mondiaux (dont six pour la Tchécoslovaquie) et un sacre olympique en 1998.

Les Bleus supporters de la Suisse

Malgré le soutien du public de Bercy et quelques beaux arrêts du portier français, la République tchèque aggravait le score sur un doublé de Repik (1-4,49e). Profitant d'un contre, Roussel filait seul au but pour réduire la marque (2-4, 51e), mais le score en restait là. Pour atteindre les quarts, les Bleus devront d'abord prier pour que les Finlandais ne battent pas la Suisse ce dimanche. Avec sept points au compteur, ils devront impérativement l'emporter face à la Slovénie lundi et suivre en outre les résultats de la Norvège.

"Nous n'avons pas réussi à profiter des jeux de puissance (supériorité numérique)", a déploré le coach Dave Henderson. "On est tombé sur un grand gardien qui a fermé la porte. Il couvrait beaucoup le bas de la cage et on n'arrivait pas à trouver l'ouverture. On était un peu moins vifs que les autres jours et un peu en retard. Les Tchèques ont une très, très bonne équipe." Damien Fleury a également salué la performance du portier adverse.

"On perd le match" sur le 2e but

"On est déçu, on a eu des occasions. Leur gardien a fait une grosse partie. On a tout essayé, on a tout donné, mais ça n'a pas payé. Ils nous ont tués sur ce but-là (le deuxième). On avait le match en mains, on dominait, on venait d'avoir le power play (supériorité numérique) et plein d'occasions mais le gardien les a toutes sorties. L'autre (Michal Repik) sort de prison, il a un bon rebond et ça rentre. On perd le match là-dessus", a-t-il estimé. De son côté, Yohann Auvitu s'est voulu positif. "Il va falloir finir sur une note positive. Si on nous avait dit avant le tournoi qu'on pourrait avoir dix points on aurait signé tout de suite. (...) On a eu les chances, mais parfois ça rentre et parfois non. On est tombé sur une grande équipe tchèque."

Romain Bonte