Vous êtes ici

Le Canada foudroie la Russie et défendra son titre face à la Suède

Le Canadien Mark Scheifele sème la panique au sein de la défense russe

Le Canadien Mark Scheifele sème la panique au sein de la défense russe | Odd ANDERSEN / AFP

Par

Publié le 20/05/2017 | 18:30, mis à jour le 20/05/2017 | 21:27

Le Canada s'est qualifié pour la finale du Mondial de hockey sur glace en foudroyant la Russie 4 à 2, samedi à Cologne, où les doubles tenants du titre ont marqué tous leurs buts dans le dernier tiers-temps. Les Canadiens affronteront en finale la Suède qui a battu Finlande 4-1 à Cologne.

Vainqueur de la finale avant la lettre, les joueurs à la feuille d'érable chercheront à remporter une 27e couronne mondiale, qui les mettrait à égalité avec les Russes (en comptant l'époque soviétique). Ces derniers manquent la finale pour la deuxième fois consécutive après leur échec cinglant l'an passé à Moscou contre la Finlande en demi-finale. Ce match, qui pouvait être vu comme un choc entre les deux meilleures ligues du monde, même si sept de ces Russes jouent dans la NHL nord-américaine et un Canadien dans la KHL russe, a tenu ses promesses. Après un premier tiers équilibré et déjà musclé, les Russes ont cru plier le match en marquant deux fois dans le deuxième par Evgueni Kuznetsov et Nikita Goussev.

Dépassés par la virtuosité technique de leurs rivaux, les Canadiens ont marché au bord du gouffre pendant de longues minutes. Mais ils sont revenus du vestiaire décidés à mettre une forte pression physique sur les Russes dans la dernière période. En 17 minutes, les Canadiens ont renversé la situation en marquant trois fois par Mark Scheifele (Winnipeg), Nate McKinnon (Colorado), meilleur pointeur de son équipe avec six buts et huit assistances, et Ryan O'Reilly (Buffalo). A une minute de la fin, Sean Couturier (Philadelphie) a ajouté un quatrième but dans la cage vide, alors que les Russes jouaient leur va-tout à six joueurs de champ contre cinq et sans gardien. Le pays du hockey a montré qu'il pouvait maintenir sa suprématie même s'il ne présente pas à Cologne sa meilleure sélection possible (les Russes non plus d'ailleurs), notamment parce que les play-offs de la NHL sont toujours en cours en Amérique du Nord. En finale, les Canadiens seront les grands favoris quel que soit l'adversaire.

Sur le même sujet