Rickie Fowler
L'Américain Rickie Fowler. | Ross Kinnaird / AFP

US Open : L'Américain Rickie Fowler échappe à l'épidemie qui a décimé les cadors au 2e tour

Publié le , modifié le

Ce samedi matin, l'Américain Rickie Fowler est l'un des très rares cadors à pouvoir encore viser la victoire dans l'US Open après le 2e tour funeste à plusieurs favoris, dont le numéro un mondial et tenant du titre, Dustin Johnson. Fowler (28 ans) n'est plus leader du deuxième tournoi du Grand Chelem de l'année, mais il est encore idéalement placé, à un seul coup d'un inattendu quatuor de tête.

En tête à l'issue du premier tour, Rickie Fowler a connu un passage délicat en enchaînant trois bogeys de suite, mais il s'est bien repris pour rallier le club-house avec une carte de 73 (+1) pour un score de 138 (-6). "J'aurais bien sûr préféré éviter d'avoir trois bogeys sur ma carte, mais au final, je suis content de ma journée et je suis dans une bonne position avant le week-end", a insisté le neuvième joueur mondial, en quête de son premier titre majeur.

Quatre joueurs en tête ex aequo

Quatre joueurs se partagent la première place, les Américains Brian Harman et Brooks Koepka et les Anglais Paul Casey et Tommy Fleetwood, avec un score de 137. Aucun d'entre eux n'a déjà remporté de titre majeur. Il faut descendre à la 19e place pour trouver les premiers joueurs qui ont déjà un Grand Chelem à leur palmarès, avec l'Allemand Martin Kaymer et l'Espagnol Sergio Garcia, ex aequo à seulement quatre coups de la tête (141).

Le numéro 1 mondial Dustin Johnson passe à côté

L'exigeant parcours d'Erin Hills - le plus long de l'histoire choisi par la Fédération américaine de golf pour accueillir l'épreuve - a eu raison du grand favori, l'Américain Dustin Johnson. Arrivé sur place seulement 36 heures avant le coup d'envoi de l'épreuve, après la naissance de son deuxième fils, "DJ" a craqué en fin de journée avec trois bogeys entre les trous numéro 13 et numéro 17. "C'est vraiment dommage, car si je drive comme je l'ai fait ce vendredi, ce parcours est vraiment fait pour moi", a-t-il constaté. Pour la première fois depuis le lancement du classement mondial en 1989, il n'y aura aucun membre du top 3 mondial au troisième tour d'un Grand Chelem.

McIlroy et Day également à la trappe

Déjà en difficulté la veille, les numéro 2 et numéro 3 mondiaux, respectivement le Nord-Irlandais Rory McIlroy et l'Australien Jason Day, n'ont pas réussi à relever la tête et ont fait leurs bagages dès le 2e tour. McIlroy sortait d'une période compliquée avec une blessure récurrente au dos qui a limité ses apparitions sur le circuit : "Je suis optimiste, il faut juste que je retrouve mes repères en compétition", a insisté l'ancien numéro un mondial, 102e au classement final (149). Auteur la veille de deux triple-bogeys pour une carte catastrophique de 79 (+7), Day a terminé à la 144e place (154) : "J'ai trop mal drivé pour pouvoir viser les premiers rôles, c'est dommage, car je n'avais jamais aussi bien préparé un tournoi du Grand Chelem", a-t-il regretté.

AFP

US Open de golf