Le golfeur américain Tiger Woods
Le golfeur américain Tiger Woods | AFP - CHRISTIAN PETERSEN

Pour Jack Nicklaus, Tiger Woods aura beaucoup de mal à revenir à son meilleur niveau

Publié le

La légende du golf Jack Nicklaus s'attend à ce que Tiger Woods, en proie à des "problèmes dans sa vie plus que dans le golf", éprouve les pires difficultés à redevenir compétitif, a-t-il déclaré lundi au quotidien USA Today. "Il va avoir beaucoup de mal, je ne sais pas si Tiger va encore jouer longtemps au golf", a expliqué Nicklaus, vainqueur de 18 titres du Grand Chelem, un record, juste devant les 14 victoires en Majeurs de Woods.

Arrêté pour conduite sous influence le mois dernier

"Il pourrait revenir et rejouer, cela va être dur après cette dernière opération au dos et tous les problèmes qu'il a rencontrés dernièrement", a poursuivi Jack Nicklaus. Tiger Woods, qui reste le joueur de golf le plus connu de la planète, a été arrêté pour conduite sous influence le mois dernier en Floride après s'être endormi au volant de sa voiture. Les images de son arrestation et des tests le montrant incapable de marcher ou de parler, ainsi que sa photo d'identité judiciaire ont fait le tour du monde. A 41 ans, l'ancien numéro un mondial a expliqué à la police qu'il avait fait une réaction à des médicaments, dont un anxiolytique, prescrits pour calmer ses douleurs au dos et des troubles d'anxiété.

Un dos récalcitrant

Le joueur aux 14 titres du Grand Chelem a été opéré du dos fin avril pour la quatrième fois depuis 2014. Éloigné des parcours de golf pendant quinze mois entre 2015 et 2016 à cause de son dos, il a tenté un retour sur le circuit professionnel fin 2016/début 2017, mais a dû mettre fin à sa saison après seulement deux compétitions, toujours en raison de douleurs au dos. "Tiger est un bon gamin, il pense beaucoup aux autres, on va voir se qui va se passer", a indiqué Nicklaus. "J'espère qu'il va remettre de l'ordre dans sa vie et mener une vie normale, mais aussi qu'il va utiliser tout ce qu'il a accompli pour aider beaucoup d'enfants et d'autres personnes", a-t-il conclu.

AFP