Vous êtes ici

Ibrahimovic encore bourreau de Saint-Etienne

Zlatan Ibrahimovic inscrit son 3e but de la soirée face à Saint-Etienne

Zlatan Ibrahimovic inscrit son 3e but de la soirée face à Saint-Etienne | Oli SCARFF / AFP

Par

Publié le 16/02/2017 | 22:58, mis à jour le 16/02/2017 | 23:16

Un triplé de Zlatan Ibrahimovic, qui avait déjà fait si mal aux Verts en Ligue 1, a permis à Manchester United de prendre une énorme option pour les huitièmes de finale de l'Europa League face à Saint-Etienne (3-0). Le Suédois est bien la bête noire de l'ASSE.

On ne l'a presque pas vu du match. Il a joué en marchant. Et, à la fin, il a quasiment éliminé Saint-Etienne de la Ligue Europa. Zlatan Ibrahimovic s'est cruellement rappelé aux mauvais souvenirs des Verts en leur infligeant leur première défaite de la saison dans cette compétition. Celle qui va certainement les priver des huitièmes de finale. C'est sévère mais c'est aussi la réalité du plus haut niveau.

Encouragés par des supporters dont les chants parvenaient à percer à travers les hymnes à la gloire des Red Devils, les Verts ne se laissaient impressionner ni par le lieu, ni par l'événement. Dès la 3e minute, Hamouma profitait d'une passe mal assurée de Bailly vers son gardien pour faire passer une première frayeur dans l'échine mancunienne. Bien en place, l'équipe de Galtier jouait sans complexe et ne se brûlait pas les pieds avec le ballon. Certes, Martial confirmait son retour en forme avec une belle frappe (10e) mais Ruffier ne s'en laissait pas compter. En revanche, le spectre des 13 buts inscrits par Zlatan Ibrahimovic en 14 matchs face à Saint-Etienne refaisait son apparition quelques instants plus tard sur un coup-franc inexistant obtenu par le Suédois. Le portier stéphanois avait raison de s'inquiéter : la frappe d'"Ibra", détournée du bout du pied par Pajot, le prenait à contrepied, le ballon franchissant la ligne avec une lenteur moqueuse et désespérante... (1-0, 15e).

Les Foréziens auraient pu accuser le coup devant ce nouveau coup de poignard de leur "bourreau" habituel. Il n'en était rien. Avec une abnégation remarquable, ils rendaient coup pour coup aux hommes de Mourinho. A la reprise de volée de Mata sur une passe géniale de Pogba (25e) succédait un tir malin de Saivet (29e), à un raid de Martial (30e) répondait l'écho de la tentative contrée de Monnet-Paquet (40e). Bref, l'ASSE pouvait rentrer aux vestiaires rassurée sur son niveau et sur celui de son adversaire, mais aussi avec beaucoup de regrets. D'autant qu'un club comme M.U n'est pas trop du genre à répéter deux fois 45 minutes aussi hiératiques. 

Ibrahimovic diabolique

Mourinho, qui en a vu d'autres, réagissait à la reprise en sortant Fellaini pour Lingard, délaissant son traditionnel 4-3-3 pour un 4-4-2 plus équilibré. Le résultat était immédiatement visible, les Red Devils se montrant tout de suite plus pressants. Ibrahimovic voyait son but refusé pour hors-jeu (49e) puis les Français de United se mettaient en évidence. Martial déboulait et frappait en force dans un angle fermé (63e) puis Pogba enchaînait une frappe enroulée après un contrôle orienté qui flirtait avec le poteau droit de Ruffier (63e) avant de place un coup de tête sur la transversale (69e). Les Verts, si fringants en première période, avaient désormais beaucoup de mal à tenir le rythme.

A bout de souffle, ils trouvaient encore l'énergie de se procurer une occasion qui aurait pu changer le cours de ce 1/6e de finale mais Nolan Roux, à peine entré en jeu, manquait son duel avec Romero (73e). La chance stéphanoise était passée. Car le bourreau n'avait pas fini ses basses oeuvres. Invisible durant tout le match ou presque, Ibrahimovic était au bon endroit au bon moment pour pousser le ballon dans le but vide après une superbe percée du joker Marcus Rashford (2-0, 75e). Un coup-franc détourné, un but de près... il ne manquait qu'un pénalty pour écoeurer définitivement les Stéphanois. C'était chose faite à deux minutes de la fin, le Scandinave se le procurant lui-même. L'ex-attaquant du PSG, en prenant Ruffier à contrepied, venait d'inscrire son 17e but en 14 matchs face aux Verts. Le cauchemar continue. 

Sur le même sujet