AS Monaco, Borussia Dortmund, Ligue des champions
Les joueurs de l'AS Monaco et du Borussia Dortmund juste avant le coup d'envoi du quart de finale aller | DPA - BERND THISSEN

AS Monaco-Borussia Dortmund : Monaco doit finir le travail

Publié le , modifié le

L'AS Monaco n'est plus qu'à 90 minutes d'une demi-finale de Ligue des champions qui lui tend les bras. En s'imposant 3-2 à Dortmund dans le contexte que l'on connaît, les hommes de Leonardo Jardim ont sans doute fait le plus dur. Il va falloir confirmer à Louis II où le Borussia voudra réussir un exploit et renverser la vapeur.

L'AS Monaco peut s'offrir pour la quatrième fois de son histoire le dernier carré de la Ligue des champions : 1994, 1998, 2004 et donc 2017. L'équipe de la Principauté n'y est pas encore mais presque. Il faut conclure le travail entamé en Allemagne, il y a une semaine. Dans un contexte très spécial - l'attaque du bus allemand par des engins explosifs -, Monaco avait réussi un gros coup grâce encore à sa jeune pépite Kylian Mbappé, auteur d'un doublé.

Sur sa pelouse, Monaco va pouvoir jouer sur son point fort, les contre-attaques éclairs, puisque le Borussia va devoir se livrer et exposer une arrière-garde pas vraiment hermétique. Mais le BVB a d'autres atouts, offensifs notamment, justement comme Monaco, et pourrait prouver ses capacités de résilience. Les joueurs et l'entraîneur, Thomas Tuchel, racontent depuis que jouer au football est une excellente thérapie. Sur le terrain, ils pensent moins à l'attentat. Déjà à l'aller ils semblaient concentrés sur le jeu dès la deuxième mi-temps, après avoir laissé échapper la première, terminée à 2-0 pour Monaco.

"Je me réveille toutes les nuits"

"Je me réveille toutes les nuits", a révélé le gardien de but Roman Bürki, dans le journal suisse Der Bund. Mais sur le terrain, il est heureux "de pouvoir se changer les idées et ne pas trop penser à ce qui s'est passé". A son image, les jaunes et noirs ont fait preuve de cran en dominant l'Eintracht Francfort (3-1) samedi, quatre jours après la triple explosion qui a choqué le monde du football et blessé Marc Bartra. Bref, si l'enquête piétine, le Borussia galope.

La jeune équipe de Monaco doit donc conserver le même cynisme froid qu'à l'aller pour écarter définitivement son adversaire. Jardim peut compter sur son infernal quatuor offensif, Bernardo Silva et Thomas Lemar pour créer des brèches, Radamel Falcao et le gamin en or Kylian Mbappé pour les exploiter. En revanche, l'entraîneur portugais doit encore se passer d'un élément de son autre quatuor, celui de la récupération du ballon, formé par les deux défenseurs centraux et les deux milieux défensifs. Cette fois, le précieux Fabinho, qui avait raté son premier penalty à l'aller, après 17 réussis, fera défaut (suspension).

Le 54e match de Monaco

Depuis la phase à élimination directe, Monaco a toujours manqué d'un de ces quatre éléments. Jemerson puis Kamil Glik, de la charnière, ont loupé chacun une manche de la double confrontation contre Manchester City, et à la récupération, l'indispensable Tiémoué Bakayoko était suspendu pour l'aller à Dortmund. Il avait été remplacé par Joao Moutinho, qui sera son partenaire au milieu mercredi soir.
Sur les côtés, Benjamin Mendy, absent en Allemagne, est de retour, il a joué tout le match contre Dijon (victoire 2-1). La place de latéral droit, Djibril Sidibé se remettant d'une appendicite, se jouera entre Andrea Raggi, un peu lent mais expérimenté, et Almamy Touré, plus vif mais plus tendre.

Le Malien avait correctement tenu le couloir gauche à Dortmund. Jardim a savamment dosé le roulement de son effectif, mais la saison commence à être longue : l'ASM aborde son 54e match et la fatigue pèse. L'équipe de Didier Deschamps en 2004 était arrivée exsangue en finale et avait explosé contre le FC Porto (3-0). Tuchel aussi a ménagé ses joueurs. Il a retrouvé Marco Reus, buteur dès la 2e minute contre Francfort pour son retour de blessure, et l'a relayé à la pause par Ousmane Dembélé. Le prodige français, sorte de Mbappé de la Ruhr, a donné trois caviars en 45 minutes, dont un décisif pour un but de Pierre-Emerick Aubameyang. Mais c'est la récupération psychologique qui devrait être décisive pour ce quart retour...