Messi Pjanic Dybala Barça Juventus
Messi entouré par Pjanic et Dybala | LLUIS GENE / AFP

Ligue des Champions : Messi crucifie la Juventus

Publié le , modifié le

Auteur d'un doublé et impliqué sur le 3e but, Lionel Messi a été le grand artisan de la victoire du FC Barcelone sur la Juventus Turin dans le choc du Groupe D en ouverture de la Ligue des Champions (3-0). Les Catalans prennent ainsi une belle revanche sur les Italiens qui les avaient éliminés l'an passé en quart de finale de cette compétition (3-0, 0-0). Dans l'autre match de ce groupe, le Sporting Portugal s'est imposé sur le terrain de l'Olympiakos (2-3).

Mis sous l'éteignoir par les Bianconeri en quart de finale la saison passée, Lionel Messi est revenu en pleine lumière. Le Barça doit encore tout, ou presque, à son demi-dieu. Face à une équipe qui sait si bien comment faire déjouer les Blaugrana, l'Argentin a su trouver les clés pour forcer le verrou. Paradoxal Barcelone. Messi-dépendant, affaibli par le départ de Neymar et par la crise de défiance envers ses dirigeants, humilié par le Real en Supercoupe, inquiétant dans le jeu, le club catalan vient pourtant de remporter ses trois premiers matchs de Liga et de passer 3-0 à la Juve...

Même privée de Chiellini, Mandzukic, Khedira, Marchisio et Höwedes (blessés), la Juventus ne changeait pas la formule qui lui avait tant réussi l'an passé face au Barça. Une défense compacte, un pressing incessant et des contres létaux. Une trilogie qui faisait de nouveau merveille en début de match, les Catalans s'empalant régulièrement sur la défense transalpine tandis que De Sciglio (5e) et surtout Pjanic (12e) allumaient deux missiles longue portée qui faisaient trembler le Camp Nou. Acteur majeur de cette domination turinoise, Blaise Matuidi semblait déjà faire partie des meubles au milieu des Bianconeri. Dans l'autre camp, Ousmane Dembele, lui, paraissait plus emprunté. Exilé sur son flanc droit, le jeune Français avait rarement l'occasion d'exploiter sa vitesse dans un jeu blaugrana qui tournait au ralenti, même si quelques slaloms rappelaient que son coup de rein va faire très mal. 

Le récital du maestro

A court d'inspiration devant, battu dans les duels au milieu, le Barça ne rassurait pas. Sauf qu'il a dans ses rangs Lionel Messi. Et ça, ça change tout. Longtemps l'Argentin a buté sur la défense turinoise. mais déjà il donnait l'impression d'être le seul à pouvoir sortir les Blaugrana de l'impasse. Juste avant la pause, il sollicitait le une-deux avec Suarez à l'entrée de la surface et, avec la vitesse d'exécution qui est la sienne, il enchaînait contrôle-tir qui laissait la légende Bouffon statufiée (1-0, 43e). 

La seconde période, celle qui aurait dû être celle de la rébellion turinoise, était frappée du sceau du génie de Messi. 52e minute : le quintuple Ballon d'Or touche le poteau d'une frappe limpide. 56e minute : Il déboule sur la droite, son centre arrive indirectement dans les pieds de Rakitic qui marque dans le but vide. 61e minute : son coup-franc prend la direction de la lucarne et oblige Buffon à l'exploit. 69e minute : Messi file au but, fixe les deux derniers défenseurs, les crochète et marque d'un tir puissant à contrepied. Le tout assorti de dribbles et de passes machiavéliques. Tant que son n° 10 évoluera à ce niveau, le Barça pourra espérer de grandes choses. 

Déclarations : 

Massimiliano Allegri (entraîneur de la Juventus Turin): "Messi imparable ? Oui, si on lui laisse de l'espace. Mais si on le prive d'espace, on peut limiter son influence. Contre une équipe qui n'a pas Messi, nous n'aurions pas encaissé de buts. Un joueur comme lui peut marquer ou faire marquer depuis la limite de la surface. (...) Ce soir il a marqué parce qu'on lui a laissé trop d'espace, je dirais presque qu'on lui a facilité les choses. (Sur le nouveau Barça) C'est différent. Il n'y a plus Neymar, il y a Dembélé et ce sont des joueurs aux caractéristiques différentes. C'est l'une des équipes les plus fortes du monde avec le Real Madrid."

Julien Lamotte