Monaco -Montpellier - 2010
Stéphane Ruffier a parfaitement contré les offensives montpelliéraines | AFP - STEPHANE DANNA

Montpellier et Monaco se neutralisent

Publié le , modifié le

Monaco et Montpellier ne sont pas parvenus à se départager ce mardi, en match reporté de la 2e journée (0-0). Avec 4 points en deux matches, Montpellier accroche le bon wagon (7e), alors que Monaco, enregistrant son deuxième nul consécutif reste 14e.

Montpellier, très solide et déjà bien organisé, a obtenu un bon match nul (0-0) sur la pelouse d'une équipe de Monaco très insuffisante en attaque, mardi soir en match reporté de la 2e journée. Les Monégasques, avec un quatuor offensif Aubameyang-Niculae-Bulot-Park bien peu inspiré, alignent leur deuxième nul vierge en deux rencontres après celui obtenu à Lyon. Avec 4 points en deux matches, Montpellier accroche le bon wagon (7e), alors que Monaco reste 14e.
Même si l'assise défensive de son équipe tient le coup et si le jeune Mendy (18 ans) semble promis à un très grand avenir, Guy Lacombe doit s'impatienter en attendant de pouvoir aligner sa recrue congolaise Dieumerci Mbokani, suspendu.
Les hommes de René Girard, quant à eux, ont démontré un réelle solidité et peuvent s'appuyer sur une organisation générale identique à la saison passée et très bien maîtrisée. Olivier Giroud, qui s'est offert un duel intense avec le duo Hansson-Puygrenier, a par ailleurs démontré qu'il serait l'un des attaquants à suivre cette saison.

Le match, reporté samedi à cause de la pluie, commençait sur un rythme assez lent, sur une pelouse redevenue praticable mais loin de ce que l'on attend d'un gazon qui vient tout juste d'être posé. Rapidement, l'ancien Monégasque Souleymane Camara s'illustrait (4, 5, 17). Monaco réagissait progressivement. Un coup-franc du gauche de Mangani, successeur de Nenê en ce domaine, obligeait Jourdren à une belle envolée (24). Dans la foulée, Park laissait filer intelligemment un centre d'Aubameyang pour Niculae. Mais le Roumain ratait sa reprise (24). Un peu plus tard, il se reprenait pour servir Park, dont la tête s'écrasait sur le montant gauche de Jourdren (27). La fin de la première période était, de nouveau, à l'avantage de Montpellier. Un tête de Giroud passait de peu à côté (34). Puis, laissant Hansson sur place, il voyait sa tentative détournée en corner par Ruffier (39). Après la pause, Park manquait encore de réalisme, devant un Jourdren bien sorti (59). En réaction, Ruffier sortait parfaitement un ciseau retourné de Giroud (60). Par la suite, aucune des formations ne se découvraient et le nul devenait logique.

Les déclarations :

René Girard (entraîneur de Montpellier) : "Je  pense que c'est un résultat logique. Avec un peu plus de lucidité, on aurait pu  faire quelque chose de mieux. Mais eux aussi se sont créé des occasions. On a  fait un match costaud. J'ai trouvé mon équipe très disciplinée. C'est très  intéressant. Quand on se crée des occasions, c'est moins décevant. C'est un bon  résultat car je craignais cette équipe Monégasque, qui a gagné en puissance  cette saison. En gagnant, on aurait pu se trouver plus haut. Mais l'an dernier,  à la même période on n'avait que deux points. Cette fois-ci, on en a quatre. Et  ce qui est pris n'est plus à prendre."
      
Guy Lacombe (entraîneur de Monaco) : "Je suis agacé par trois points.  D'abord, le terrain. Là, personne n'y peut rien. Deuxième point: je n'ai pas le  sentiment qu'on arbitre Monaco différemment des autres. Il faut le dire et  continuer à le dire. Troisième point: le comportement de certains de mes joueurs  n'est pas compatible avec le haut niveau. On a manqué de beaucoup de choses sur  cette rencontre. Il y a des choses dans le comportement et l'attitude que je  veux voir cette saison. Ce n'était pas le cas. Mongongu? Il était plus qu'en  difficulté comme latéral droit. On avait parlé ensemble avant le match. On a le  droit de ne pas aimer jouer à un poste. Mais il faut le dire. Le point positif,  c'est que certains joueurs ont tenté de pallier les absences des autres. Mais si  on s'appuie sur le bon match de Lyon, c'est du leurre. Il faut que l'ensemble du  club le comprenne. L'équipe n'est pas encore prête."

AFP