Vous êtes ici

Ligue 1 : Paris souffre mais gagne à Metz (3-2)

Edinson Cavani (PSG)

Edinson Cavani (PSG) | JEAN CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Par

Publié le 18/04/2017 | 20:21, mis à jour le 18/04/2017 | 20:50

Paris s'est fait très peur. Dominateurs face à un FC Metz fébrile, rapidement devant au score, les Parisiens se sont fait surprendre par les Lorrains revenus au score en fin de match. Il aura fallu un but de Blaise Matuidi dans les arrêts de jeu pour permettre aux joueurs d'Unai Emery de repartir avec trois points de ce match en retard comptant pour la 31e journée. Le PSG est désormais à égalité de points avec Monaco, qui a toujours un match en retard.

A la 88e minute, Paris avait peut être dit adieu à ses chances de titre. Ultra dominateurs en première période face à un FC Metz qui avait la tête ailleurs, les Parisiens sont tombés dans des travers qu’il connaissent bien, levant le pied trop tôt après un début de match maîtrisé.

Philippe Hinschberger avait fait le choix du turnover, préférant préserver certains cadres pour les matchs décisifs pour le maintien qui arrivent (à Lorient samedi puis contre Nancy). Face à cette équipe remaniée, le PSG s’est baladé en première période, malgré quelques ratés dans le dernier geste qui auront retardé l’ouverture du score.

Trois minutes pour faire le break

Il aura suffi de trois minutes aux Parisiens pour trouver la faille, grâce à deux offrandes de Maxwell. A la 33e, le vétéran brésilien a d'abord délivré une merveille de centre sur la tête de Cavani, qui n'en demandait pas tant. D'une tête piquée l'Uruguayen a battu l'intérimaire Kawashima qui remplaçait Didillon dans les buts de Metz. L'attaquant parisien a désormais inscrit 30 buts en Ligue 1 cette saison. Trois minutes plus tard, c'est encore Maxwell qui a trouvé l'offensif Blaise Matuidi dans la profondeur pour le 2-0.

Dix minutes pour se faire peur

Comme trop souvent, les Parisiens ont ensuite pris leurs aises. Plus tranquilles et moins tranchants en seconde période, les coéquipiers de Thiago Motta se sont contenté de faire tourner la balle, jusqu’à se faire surprendre. Yann Jouffre à redonné de l’espoir aux Lorrains à la 78e minute sur un beau coup franc, et Cheick Diabaté a arraché le 2-2 dix minutes plus tard.

Dans une fin de match de folie qui a vu un nouveau coup franc de Jouffre s'écraser cette fois sur la barre, Paris s’est enfin réveillé et a montré le caractère dont il avait manqué plus tôt, pour arracher une victoire capitale dans le sprint pour le titre. C’est Blaise Matuidi qui a surgi à la 93e minute pour placer sa tête dans le petit filet adverse et permettre au PSG de faire le plein. Avec un match en plus que les Monégasques, les joueurs de la capitale sont désormais à égalité de point en tête du classement. De quoi mettre la pression sur les joueurs de Jardim, embourbés dans un calendrier surchargé.

Sur le même sujet

La rédaction recommande