Ligue 1 Marseille PSG Cavani joie 102017
La libération pour Edinson Cavani et le PSG | AFP - Boris Horvat

Ligue 1 : Marseille et le PSG dos à dos après un match renversant (2-2)

Publié le , modifié le

Quasiment 6 ans jour pour jour après avoir gagné son dernier Classique, l’OM avait l’occasion de conjurer le mauvais sort au sein de son Orange Vélodrome surchauffé. Raté. Mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. Dominés en première période par l’engagement physique des locaux, les Parisiens ont été menés au score par deux fois. D'abord sur un but de Luis Gustavo d'une frappe limpide des 30 mètres, puis sur un autre de Florian Thauvin à 10 minutes du terme après l'égalisation de Neymar. Réduits à 10 suite à l'expulsion de la star brésilienne pour une altercation avec Ocampos, le PSg a égalisé à la dernière seconde de jeu par l'intermédiaire de Cavani, marquant un coup-franc qui glaçait un Stade Vélodrome déjà prêt à festoyer la victoire.

Défi physique

Les Marseillais entament le match plein de bonnes intentions. Présents physiquement, rudes dans les duels, les hommes de Rudi Garcia annoncent la couleur. Et bizarrement, ce sont eux qui mettent le pied sur le ballon. La première frappe cadrée intervient au quart-d’heure de jeu. Cavani, profitant d’une mauvaise relance de Sakaï, s’empare du ballon à l’entrée de la surface marseillaise mais écrase trop sa frappe du droit que Mandanda capte sans aucun problème (14e). Les locaux restent présents, ne refusant aucun duel, ce qui pousse les Parisiens à déjouer.

Luis Gustavo contrarie les pronostics ...

La recrue estivale Luiz Gustavo récompense la rudesse de ses coéquipiers d’une frappe magistrale aux 30 mètres. La défense parisienne ne monte pas sur lui et permet au Brésilien de déclencher un tir puissant terminant sa course dans le petit filet droit d’Alphonse Aréola. Ce qui augmente encore l’ambiance d’un cran. Dans la foulée, Cavani a l’occasion d’égaliser sur un centre puissant de Kurzawa mais la balle rebondit sur son genou et termine largement au-dessus du but marseillais (18e).

… Mais Neymar ouvre son compteur en « Classique »

Sauf que le PSG, même hors du coup, arrive à revenir au score par l’intermédiaire de sa star brésilienne. Combinant avec Adrien Rabiot, Neymar dégaine un tir croisé du gauche, qui passe sous les gants de Mandanda avant de finir au fond des filets avec l’aide du poteau (33e). "Il leur faut une demi-occasion pour que ça fasse filoche", résumera Dimitri Payet au micro de Canal+ à la mi-temps. Au moment de retourner au vestiaire, le compteur de Neymar affiche 10 buts et 7 passes décisives pour 11 matches disputés avec le PSG.

Marseille verrouille

En seconde période, le PSG renoue avec le contrôle du ballon. Mais non avec l’efficacité. Mis à part une main grossière mais non sifflée d’Amavi dans sa surface de réparation, les Parisiens ne se sont pas créés d’occasion franche, la faute à une défense marseillaise toujours très bien en place. A la 70e minute de jeu, aucune des deux équipes n’a tiré au but…

Thauvin fait exploser le Vélodrome

Après 545 minutes de jeu face au Paris Saint-Germain, Florian Thauvin débloque son compteur ! Sur une mauvaise appréciation de Rabiot, l’attaquant marseillais de 24 ans reprend un centre au premier poteau puis explose de joie (2-1, 79e). Après 6 ans à se casser les dents sur les joueurs du PSG, Marseille est à 10 minutes de conjurer le mauvais sort. Les spectateurs sont en transe. D'autant plus que peu de temps avant la fin du match, Neymar écope d'un second carton jaune après une altercation avec Ocampos. La victoire se rapproche. 

Glacial Cavani

A dix, le PSG tente de revenir au score sous l'impulsion de Cavani. L'Uruguayen obtient un coup-franc aux 23 mètres, et décide de se faire justice lui-même. Pari gagnant. Le ballon frappe le dessous de la barre et fait trembler les filets de Steve Mandanda. Le Paris Saint-Germain arrache le nul et réalise un véritable hold-up sur la pelouse de son meilleur ennemi lors d'un match complètement renversant. 

Des supporters à deux doigts de gâcher la fête

Une partie des supporters marseillais, impliqués dans de longs affrontements avec les forces de l'ordre avant la rencontre, ont failli gâcher la fête du tant attendu 'clasico' français. Fumigènes à gogo, bombes agricoles, et pluie de projectiles en tout genre, ont empêché la majeure partie des 60.410 spectateurs 100% marseillais - les fans parisiens étant interdit de déplacement pour ce match par un arrêté préfectoral - de se rendre paisiblement au stade Vélodrome, obligés de subir les effets des gaz lacrymogènes et des lances à eau après les ripostes des forces de l'ordre. Au final, la police faisait état en fin de soirée de 15 interpellations, et de 4 blessés légers parmi les forces de l'ordre.